Épices et aromates : comment bien les utiliser

Mijoté de mojettes un peu à la façon des Balkans, avec du paprika fumé, de l’oignon, du laurier, du carvi…

Dans le gros bazar de mon cerveau, il y a un petit placard réservé aux futures idées pour mon blog. Et dans ce placard, il y a plein de petits tiroirs… l’un d’entre eux est le tiroir des articles « utiles, mais pas très glamours ». Je l’ouvre de temps en temps pour regarder mes fiches… et puis je le referme pour farfouiller plutôt dans le tiroir juste au-dessus, celui qui est plein de suggestions de gâteaux au chocolat, de cookies et de plats délicieux ^^.

Mais cette fois-ci, j’ai décidé d’être raisonnable !

Car s’il y a bien une question qui revient depuis des années c’est celle-ci : « Marie, quelles épices utilises-tu en cuisine ? »

Petit flashback, à l’époque où ma grande (maintenant pâtissière) travaillait dans une Biocoop : on est à l’heure de la pause déjeuner, ses collègues sortent chacun leur petite gamelle, et ça se met à sentir le curry dans toute la boutique. Pourtant, si certains avaient bien mis du curry dans leur plat, d’autres avaient utilisé du garam massala, du « mélange mexicain » et du « mélange pour le riz ». Mais pour être honnête, ça sentait un peu tout pareil…

Quand elle leur a demandé pourquoi ils mettaient des épices partout, ses collègues lui ont répondu d’un air un peu étonné (pfff ces jeunes faut tout leur expliquer…) que c’était pour donner du goût.

Alors elle a ouvert sa gamelle à elle, qui ne contenait « que » des oignons et des poireaux caramélisés à l’huile d’olive avec des petits cubes d’un reste de poulet rôti, du riz basmati et une pincée d’origan. Là, tous les regards stupéfaits se sont tournés vers cette gamelle fumante dont les effluves chatouillaient si coquinement les narines…

« Mais qu’est-ce que tu as mis dans ta gamelle toi ? ». « Bah, c’est une fondue de poireaux, ma mère elle fait toujours ça l’hiver. Pourquoi ? ». « Parce que ça sent super bon ! Il y a quoi comme épice dedans ? ». « Euh, juste un peu d’origan je crois, mais techniquement c’est pas une épice hein… ». « Mais alors, comment elle fait pour que ça ait du goût ta mère ? ».

Il a fallu leur expliquer…

Alors voilà, après avoir procrastiné 7 ans sur cet article, je vais enfin vous révéler tous mes « secrets magiques » pour donner du goût aux plats… avec ou sans épices ;).

C’est parti, abracadabra !, voici déjà les 10 règles qui font toute la différence :

La délicieuse « Empanada Gallega », une recette de Galice
  1. Les mauvais produits tu fuiras : parce que côté goût, il y a un monde entre un œuf fermier et un oeuf de poule élevé en batterie, entre du lait cru entier de la ferme et une brique UHT…
  2. À la fraîcheur tu veilleras : une courgette ou une aubergine toute fraîche c’est bon, mais au bout de quelques jours à traîner sur l’étal le goût devient amer. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres…
  3. La saisonnalité, tu respecteras : parce que sans surprise, la fraise de février épatera beaucoup moins nos papilles que les petites « Mara des Bois » ramassées en mai dans le jardin…
  4. La cuisson, tu chouchouteras : Prenez un chou chinois et faites-le bouillir. Bon, maintenant coupez un 2ème chou chinois en petites tranches et laissez-le dorer gentiment dans un peu d’huile d’olive, jusqu’à obtention d’une appétissante coloration de ses sucs de cuisson. Je parie que le premier sera très jaloux du deuxième  !
  5. De la matière grasse, tu mettras : et oui, car c’est elle qui véhicule les saveurs sur nos papilles. Pas de matière grasse, pas de goût ! On comprend mieux pourquoi dans le tiramisu, le mascarpone fait hélas davantage fureur que le yaourt de soja.
  6. Le sel, tu n’oublieras pas : Car sans scoop, le sel est un exhausteur de goût. Point trop n’en faut, certes, mais difficile d’imaginer une cuisine de gourmet sans un peu de sel. (En revanche, on peut s’habituer très vite à moins saler, et parfois pour la santé c’est mieux ainsi).
  7. Dans de bonnes marmites, tu cuisineras : Parce que s’il est délicieusement facile de faire dorer à la perfection un mets dans une cocotte en fonte ou dans un faitout à fond très épais, rien ne va plus dès qu’on utilise la casserole à bas prix ou la poêle anti-adhérente de chez la Foirpouille : les aliments sont encore crus à l’intérieur que l’extérieur est déjà cramé, l’huile fume, le détecteur de fumée hurle ses bips stridents, bref… ce n’est pas que vous ne savez pas cuisiner, c’est juste que même moi, dans un mauvais matos je rate mes plats ^^ (donc en fait, on part chaque année une semaine en Haute-Savoie pour se nourrir de trucs crousti-brûlés-al-dente, c’est balot).
  8. L’ail, l’oignon et les échalotes, tu adopteras : si toutes mes recettes commencent en faisant préalablement dorer un de ces trois zouaves-là dans le fond de ma poêle ou de ma cocotte avec un peu d’huile d’olive, ce n’est pas juste pour le plaisir de pleurer deux fois par jour au-dessus de mon évier…
  9. Des poudres magiques, avec sagesse tu useras… et là on parle évidemment des épices, ça tombe bien 😉
  10. … sinon en dragon, tu te transformeras ! (Pour tout vous dire, j’ai eu idée de ressortir cet article du tiroir après avoir confondu dernièrement un piment d’Espelette avec un traître de piment italien explosif dont j’ai oublié le nom. Si je vous dis que 3 jours après, mes doigts qui ont épluché le truc piquent encore, ça vous donne une idée du temps que j’ai dû passer avec la langue sous l’eau froide…)

Deux petites notes préalables :

1-Comme le dit l’adage, « tous les goûts sont dans la nature » : je ne cherche donc nullement à imposer les miens ;)… juste à donner, aux personnes qui se questionnent, quelques pistes à explorer 🙂

2- Quels que soient l’épice ou l’aromate choisis, la seule chose qui ne vous donnera JAMAIS satisfaction c’est le petit pot qui attend depuis 1984 au fond de votre placard (vous savez, celui que mêmes les mites elles en veulent plus…) ! Alors nos petites poudres magiques on les achète avec parcimonie, on les range à l’abri de la lumière dans des contenants très bien fermés et on les termine assez rapidement. Car oubliés, les aromates se vengent en troquant leur arôme enchanteur contre une « saveur » -si on peut encore parler de saveur- de pelouse desséchée du mois d’août. Quant aux épices, elles ont l’incroyable super pouvoir d’adopter un vague goût de savonnette.

La « sopa de Lima », une bonne soupe mexicaine au poulet avec du piment, du citron, de l’ail, de la coriandre, du laurier…

Voici donc mes aromates préférés :

Poêlée d’orge aux champignons, avec des oignons et du thym frais

-Le thym : on en voit dans beaucoup de recettes, mais parmi les « herbes de Provence » ce n’est pas forcément mon chouchou. Je lui préfère de loin la sarriette ou l’origan… Le thym frais est toutefois très sympathique dans les recettes au fromage de chèvre, ou sur des côtes d’agneau grillées par exemple. Étonnement, c’est en dessert qu’il me séduit le plus : crème brûlée au miel et au thym, tarte au citron et au thym… il se distingue même dans les gâteaux au chocolat !

-La sarriette : le parfum de cette herbe est tellement dingue que je n’arriverais jamais à comprendre comment son cousin le thym a pu lui voler la vedette. Il devait avoir des connaissances haut placées ^^.

Mon conseil : cultivez-la fraiche au jardin ou sur votre balcon, elle est très facile à réussir (mais par contre assez compliquée à trouver séchée dans le commerce). Que ce soit pour parfumer un plat de haricots, une poêlée de légumes, un plat de pâtes ou de riz, une pizza, une pâte à tarte, une viande grillée ou mijotée, un poisson au four, etc. vous serez totalement séduits…

-L’origan : Il a exactement les mêmes usages que la sarriette, mais attention : certains fabricants confondent deux variétés d’origan, or c’est l’origan compact qui a un bon goût d’huile pour pizza… l’autre, plus proche de la marjolaine, évoque plutôt l’odeur d’un insecticide pour cafards. Voilà, ça fait tout de suite moins rêver.

-Le laurier : J’en mets dans presque tous mes plats de viande mijotée ou braisée. Trois feuilles de laurier dans la cocotte d’un poulet en train de dorer sur le feu et hop, ça change tout ! Le laurier fait immanquablement partie de tous mes bouillons (avec son pote le clou de girofle).

-Le basilic : Oui, c’est une star, oui ses deux meilleurs amis sont l’ail frais et le parmesan. Mais sous ses airs de winner, c’est un fragile :  on ne peut pas le cuire, ni le congeler, ni le mixer trop finement, ni le mettre en conserve, et encore moins le sécher sinon il perd son statut d’aromate le plus cool du potager pour rétrograder tout en bas de la liste, avec le vieux pot d’herbes de Provence complètement éventé (le fameux, celui de 1984)…

Potimarron farci, avec un peu de piment, de l’ail, du persil et du thym

-L’ail, l’oignon et l’échalote (voir plus haut)

-La sauge : incroyable dans les jus de rôtis et les pommes de terre sautées à l’ail… à noter que cette vilaine fille, pourtant très méditerranéenne, a de grandes affinités avec le beurre.

-Le gingembre : séché et en poudre, c’est pas tip top… mais un petit morceau de gingembre frais écrasé dans un plat (aussi bien salé que sucré), ça change tout ! Testez-le revenu avec de l’ail dans un peu d’huile de coco avant d’ajouter votre poulet, votre riz ou vos légumes : cela vous donnera une saveur beaucoup plus authentiquement indienne que le curry du supermarché 😉

Le gingembre est aussi très utilisé dans certaines cuisines d’Amérique du sud, pour relever les plats de poisson par exemple…

Cuit, sa saveur est plus douce : il est alors moins piquant, mais reste très aromatique.

-Certains légumes : comme le céleri, le panais, le persil tubéreux, le poireau, le poivron rouge… ils sont tellement parfumés que les aromates eux-mêmes en sont un peu jaloux !

-La ciboulette : incontournable petite touche de saveur pour les poissons surtout avec de la crème fraiche, les tartares, les carpaccios, la saurisserie, les fromages frais et les sauces de salade.

-Le persil plat : très très addictif dans des pommes de terre chaudes où un beau morceau de beurre demi-sel est en train de fondre… ou dans les omelettes aux cèpes ;). Ou plus modestement dans de simples carottes râpées. En fait, le persil plat c’est bon partout !

Le persil frisé n’a quant à lui pas d’autre intérêt que d’être beau. (Quand on est comme moi une personne très érudite qui lit des Astérix, on sait aussi que le persil frisé est très efficace pour boucher les oreilles quand le barde chante).

-Le cerfeuil : je l’aime passionnément en mesclun et dans les œufs en gelée 😉

-L’aneth : pour les poissons fumés, on fait difficilement mieux. Mais je n’en cultive pas car le vert de fenouil (sauvage ou cultivé) peut aisément le remplacer. Et de cela, j’en ai plein le jardin…

-Le romarin : un peu délicat à utiliser, il est capable du meilleur comme du pire car mal dosé ou trop cuit il donne comme un goût de tisane amère trop infusée… Un brin frais de 7 ou 8 cm de long suffit par exemple largement à parfumer une pintade cuite en cocotte (et c’est si bon la pintade au romarin !).

Antipasti de légumes rôtis aux herbes fraîches
Un bol d’albondigas, des petites boulettes espagnoles de boeuf épicé

Du côté des épices, voici mes préférées :

-Le piment d’Espelette : Parce qu’il présente une saveur incroyable sans non plus trop « arracher la g*eule ». Il s’entend à merveille avec l’ail et l’origan pour métamorphoser un poulet rôti ou enrober des patatoes maison entre autres…

-Le paprika fumé : L’épice (si peu connue…) qui donne comme un irrésistible petit goût de chorizo à tout ce qu’elle touche ;). Le paprika fumé est aussi à l’aise dans un plat mijoté que sur un rôti ou des œufs brouillés. Son meilleur pote est le carvi, et de leur amitié naît comme un petit goût de bonne cuisine d’Europe Centrale…

-Le carvi : Je trouve son parfum plus rond, plus doux que son proche cousin le cumin. Mais c’est très personnel :). Dans les salades de choux, le carvi déchire tout ! Il faut toutefois le laisser un peu se réhydrater dans la sauce pour qu’il donne le meilleur de lui-même.

-La noix de muscade : en trèèèèès petite quantité elle fait merveille dans les terrines et pâtés, les saucisses, les gratins de pomme de terre, les quenelles, les veloutés de potiron et les sauces de type béchamel. Idéalement, achetez des noix entières vendues avec une petite râpe, car en poudre c’est une épice qui prend vite un goût de savon quand elle s’évente…

-Le clou de girofle : Inséparable ami du laurier. Dès que ces deux-là entendent « pot-au-feu » ils sautent dans la marmite ! Attention toutefois à ne pas en mettre plus de trois à la fois, histoire d’éviter que votre bouillon prenne comme un petit arrière-goût de salle d’attente de dentiste…

-Le poivre : qu’il soit gris, noir ou blanc est une question de goût. Mais attention, le poivre s’évente vite. Le jour où l’on comprend enfin que le poivre n’est pas juste là pour apporter du piquant, mais aussi sa saveur florale incroyablement délicate, on arrête de le maltraiter ;). Idéalement, poivrez plutôt en fin de cuisson afin d’éviter qu’il ne prenne une saveur un peu âcre.

Mon moulin préféré : le poivre « 5 baies » (qui contient aussi des baies roses et de la coriandre, lesquels ne sont pas des poivres à proprement parler). De celui-là j’en ai plein mes placards, lesquels abritent environ 24 moulins 5 baies « presque finis », vous savez, ceux où il ne reste plus que 2 ou 3 très grosses bouboules qui ne passent pas dans le mécanisme, mais qu’on n’ose pas jeter et je me demande bien pourquoi.

Gâteau-grog

-La cannelle : en cuisine orientale, on l’utilise beaucoup dans les plats salés. Mais c’est dans les desserts (surtout l’hiver) que son parfum si réconfortant me charme jusqu’au plus profond de l’âme. Surtout en association avec un peu de gingembre, d’écorces d’agrumes, de vanille (et de rhum !).

-Le safran : on ne présente plus cette petite poudre magique qui donne tant de charme à tous les plats qu’il touche. Le problème, c’est que le safran n’a pas que la couleur de l’or, il en a aussi le prix… Du coup, j’avoue ne pas l’utiliser très souvent.

-L’anis vert : cette petite graine assez peu connue fait des merveilles pour rôtir les poissons (hummm, la daurade à l’huile d’olive, fleur de sel et anis vert…), mais donne aussi un charme fou aux pâtisseries méditerranéennes en association avec l’huile d’olive, le miel et la fleur d’oranger… beaucoup de petits biscuits corses ou provençaux contiennent d’ailleurs de l’anis vert.

-La badiane : la saveur la plus douce et florale de tous les anis. Je la mets entière dans les grogs et les compotes…

Voilà, je vais évidemment me frapper bientôt sur le front en m’écriant « Zut, dire que j’ai oublié ça ! » mais bon, voici déjà une bonne petite liste je pense.

Je n’ai pas noté le curcuma parce qu’à ma grande confusion, je vous avoue ne pas en être très fana… à l’instar de la coriandre fraîche, de la cardamome, du fenugrec etc. Mais comme je vous le disais, tous les goûts sont dans la nature 😉

Le fameux « Lingot des Incas » (tiré du livre « Recettes sublimes et sages au chocolat »). Oui, il y a un peu de piment dans ce gâteau, et croyez-moi ça vaut le détour 🙂

Je termine avec deux petites astuces :

1/Perso, je ne mélange jamais systématiquement toutes les « herbes de Provence » pour parfumer un plat sinon je trouve que cela donne une saveur uniforme dont les papilles se lassent vite. Mieux vaut mettre un coup de la sarriette, un coup de l’hysope, un coup de l’origan, un coup du thym, un coup du romarin… on apprécie alors beaucoup mieux le parfum de l’herbe choisie.

2/Plutôt que de laisser s’éventer 34 « mélanges d’épices » différents dans mon placard, je crée mon propre mélange au moment où je cuisine.

Envie d’un plat hongrois? Hop, de l’ail, du paprika fumé et du carvi.

D’un plat mexicain ? Hop, du piment d’Espelette, de l’origan, du paprika, de l’oignon et une touche de cumin.

D’un plat grec ? Hop, de l’ail, de l’origan, un peu de menthe et du zeste de citron.

D’un plat italien ? Beaucoup d’ail et d’anchois revenus dans l’huile d’olive, de l’origan et une touche de piment !

D’un plat indien ? Je fais revenir ail et gingembre hachés dans un peu d’huile de coco, puis je rajoute du curcuma, du poivre, un peu de muscade râpée.

D’un plat libanais ? Hop ! De l’hysope, de l’origan ou de la sarriette, des graines de sésame, de la menthe des champs et du cumin.

D’un pain d’épices ? Hop, je dégaine la cannelle, le clou de girofle, la muscade et le gingembre.

Et ainsi de suite… Car avec quelques rapides recherches, on peut trouver assez facilement la formulation d’un mélange d’épices particulier de type colombo, curry, garam massala, ras-el-hanout, zaatar, furikake, tandoori, sambal… et même si l’on n’a pas absolument toutes les épices nécessaires dans nos placards cela peut déjà beaucoup nous inspirer ;). C’est beaucoup plus amusant que de se contenter d’ouvrir un vague petit flacon. Parce que tous ces mélanges « spéciaux » qui contiennent parfois 30 épices et aromates différents… et bien au final, ils finissent par avoir tous un peu le même goût, non? ^^

Sur ce, je vous laisse avec une chouette galerie de recettes (issues de mes livres) toutes bien relevées d’épices ou d’aromates… Je vous souhaite une excellente salivation ^^

(Photos tirées principalement des ouvrages « Le monde entier en 80 recettes« , « 19H25 ! Qu’est-ce qu’on va manger? » et « Les savoureuses recettes du régime méditerranéen« . Plus un autre, qui sort cet automne… :))

Rechercher

N’en perdez pas une miette ! Abonnez-vous à ma newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J’ai LA solution pour enfin utiliser ces petites boules de poivre en perdition au fond de leurs moulins : les recycler dans la confection de rhums arrangés (ou de cocktails divers) me paraît tout indiqué !

    (ne me remerciez pas, je SAIS que cela va vous plaire : il y a suffisamment de mentions de rhum disséminées au fil de ces pages et des années ^^)

    1. Nooon, cela se voit tant que ça que j’aime le rhum dans les gâteaux? ^^
      J’aime le punch aussi, et les grogs… mais je suis très raisonnable (si si !).
      Bonne après-midi à vous Marie-Annick 🙂

  2. La prochaine fois que vous croquerez par mégarde un petit piment bien enflammant, essayez de saupoudrer votre langue avec du sel, l’effet calmant est instantané ! ( je l’ai expérimenté lors d’un dîner seychellois).
    Merci pour tous vos conseils, toujours si agréables à lire !

  3. Très bel article, il faut bien tout un monde pour convoquer épices et aromates.
    En ce qui me concerne, je les aime toutes. Lorsque j’étais étudiante, le curry (en poudre) tenait la meilleure place. Aujourd’hui, exit le curry (j’utilise plutôt une pâte de curry de temps en temps) et place aux saveurs avec des épices brutes à mélanger (souvent je les amène du Maroc), des mélanges déjà faits (de Roellinger), et des herbes dont la gamme n’a cessé de se diversifier au fur et à mesure des expériences : la sarriette par exemple est devenue un incontournable de certains plats.
    Bref, on pourrait en parler des heures et des heures. Et je suis d’accord avec l’importance des plats de cuisson : fonte ou warmcook chez moi, ça fait toute la différence.
    J’ajouterai une dimension à explorer : les marinades.
    Tout un monde qui symbolise tant les partages, les explorations, au sens historique comme au sens contemporain.

  4. Ouahhh ! Génial l’article, Marie !
    Super complet , plein d’infos et de recettes . Généreux , quoi, comme toi !
    Merci, merci, merci !
    Anne: une lectrice enthousiaste .

    1. Merci Marie pour cet article qui va mettre très utile, j’ai beaucoup de difficultés à donner du goût à mes plats, cela me désole, je suis heureuse de les cuisiner mais au moment de les geduster c’est très décevant. J’espère remédier à cela grave à vos précieux conseils 😁

  5. Coucou Marie
    Merci pour ce bel article qui je te l’avoue m’a encore appris de petits conseils des petites astuces même si j’utilise aussi des herbes épices aromates. Mais il faut toujours savoir de petites choses et les utiliser selon nos goûts avec parcimonie pour certaines et certains et découvrir au fil de notre cuisine de nouvelles et nouveaux.
    C’est un article que je vais garder précieusement.
    Je te souhaite une belle fin de semaine et te fais de grosses bises.
    Merci pour TOUT ce que tu fais.
    Je ne me lasserai pas de te le dire.
    Jacqueline

  6. Coucou.
    Ça a le mérite d être très clair ! J ai beaucoup aimé le ton sautillant et ludique de l article. Je connais enfin l’utilisation de certaines épices . Ça fait un bien fou de lire un très bon article culinaire après une mauvaise nuit. (Et oui…). Ça m’incite à continuer ma collection de vos livres recettes.conseils….
    Un très grand merci. Je vous embrasse et vous souhaite une journée magique pleine d’émotions positives. Marie-Ange

  7. Un merveilleux article très complet et qui titille les narines. Je dois dire que j’utilise toutes les épices et plantes aromatiques citée, pour parfumer mes plats. Meric Marie pour cet article très complet. Bises et belle journée

  8. Bonjour Marie,
    Lorsque tu fais des pommes de terre rissolées à la sauge, est-ce que tu mets les feuilles entières ou ciselées ? En début, milieu ou fin de cuisson ?
    Merci
    Marlène F.

  9. Au moins lorsque vous faîtes un article, on en a pour son argent !!!! 🙂 C’est divinement bien écrit et expliqué – merci !
    Cordialement,

  10. Bonjour Marie et mille merci (s) pour ce SUBLIME article!!!!!
    Mais une frustration toutefois : comment se fait-il que je ne parviens jamais (jamais!) à trouver une recette en m’aidant de la case « trouver une recette » si je ne sais pas d’avance à quelle date tu l’as publiée?
    Par exemple aujourd’hui, j’aimerais trouver la recette de la « Sopa de Lima » ou encore du Gâteau Grog et …. je n’arrive à rien !!
    Serais-je parfaitement nulle???

    Vite, une réponse 😍 je suis trop impatiente 🌺

      1. Grand grand merci Marie pour la recette du gâteau grog!
        Mais n’empêche je viens de réessayer, si je tape gâteau grog sans indiquer la date (que je ne connaît pas forcément) aucune recette n’apparaît 😫 Comment faut-il procéder alors?

        1. Est-ce que vous utilisez bien tout simplement le petit rectangle de recherche avec une loupe, en haut à droite? (Juste au dessus de ma photo en noir et blanc)

          1. Oui Marie j’utilise bien le petit rectangle avec la loupe juste au-dessus de la photo en noir et blanc : eh bien je clique et … il ne se passe RIEN, rien ne bouge! Et pas davantage si je clique dans l’autre rectangle « chercher une recette » : toujours RIEN ! Comment font les autres?

          2. Une fois que vous avez écrit « gâteau grog » dans ce petit rectangle, cliquez sur « entrée » de votre clavier 🙂

          3. Tatatannnn! Ca y est ça fonctionne! Merci Marie ! Pourquoi n’y ai-je pas pensé? Il y a un petit décalage dans le temps (il faut dire que mon ordinateur n’est plus de première jeunesse) mais Ça fonctionne !! Encore merci!!!!

  11. Que je suis à l’aise avec vos choix et vos commentaires (cuisine et permaculture familiale) ! Moi aussi j’aime les épices et les herbes. Si j’avais ouvert un restaurant (ma formation n’est pas du tout celle là), je l’aurais appelé « La cuisine aux herbes »…
    Je suis passionnée depuis qlq années de plantes sauvages et mon plaisir est de trouver de nouvelles saveurs. Une vraie curiosité qui me comble de joie. La dernière en date : la Chryste Marine (feuilles et petits fruits) et les blettes maritimes (Bretagne, bord de mer). Un régal. Voir le blog  » plantes sauvages comestibles.com » de Nathalie Deshaies. Je viens de faire avec une pâte brisée, des petits roulés blettes/feta, celles-ci arromatisées avec qlq petits fruits de Chryste Marine au goût puissant mais délicieux. Ne pas trop en mettre toutefois, il faut trouver le bon dosage.
    Je dois tjrs vous envoyer ma recette de sorbet à la betterave ! Je n’ai pas oublié mais c’est une telle pagaille dans mes recettes qu’un grand rangement est à faire.
    Bonne journée à vous et merci pour vos bloquer g qui m’enchantent.

  12. Merci Marie pour toutes ces informations et conseils sur les épices et aromates qui vont nous permettre de mieux les utiliser et de réussir les préparations.
    Vous êtes une « mine » de ressources culinaires. Bonne réussite pour votre prochain livre.

  13. Bonjour Marie et merci pour cet article très intéressant !!!
    Par contre, y a-t-il une règle particulière pour l’introduction des épices quand la préparation est cuite ? Début, milieu, fin ou autre consigne puisque certaines épices se dénaturent en chauffant. Merci d’avance et félicitations pour tout ton travail dans tout ce qui te passionne ! Bonne journée

    1. J’avoue ne pas trop me prendre la tête, j’épice souvent mes plats au petit bonheur la chance : parfois en début de cuisson, parfois au milieu, parfois à la fin… c’est juste pour le poivre que je fais bien attention de ne pas le surcuire.
      (Mais j’ai peut-être tord :))
      Bonne après-midi Jo,
      Marie

  14. J’adore merci! Justement je me disais que mes sauces « tomates-moches-du-jardin » se répétaient un peu et que j’essaierai bien d’autres associations que laurier/thym/romarin frais/oignons/ail (mm si c’est tres bon).

  15. Super article. Merci pour toutes ces informations. Je me demandais pourquoi je n’aimais pas trop les herbes de Provence alors que j’aime beaucoup l’origan. Réponse trouvée. Encore merci. J’aime beaucoup ces articles « informatifs » , même si j’apprécie bien sur tes sublimes recettes.

  16. Bonjour Marie,
    Merci pour ce délicieux article que je me suis empressée de lire en arrivant chez moi. Etude complète où l’intérêt littéraire ne le cède en rien à l’intérêt culinaire. Ayant dans ma cuisine deux grands tiroirs pleins d’épices variées (je procède d’ailleurs actuellement au tri, car certaines sont assez vite périmées), je suis fan absolue de ces auxiliaires magiques qui transforment la cuisine du quotidien en repas de fêtes. Grâce à la Covid et aux confinements, je me suis lancée avec mon fils aîné dans la cuisine méditerranéenne pour meubler les soirées, notamment dans les recettes des chefs Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi, et j’ai ainsi considérablement étendu ma palette d’épices pour cuisiner. J’adhère par conséquent à 100% à votre propos.
    Je voulais aussi juste signaler un mélange d’épices qui sort de l’ordinaire et dont la famille et les amis raffolent : le
    za’atar, très usité au Liban par exemple. Encore merci, chère Marie, pour ce chouette blog, auquel je me réfère régulièrement.
    Nous attendons avec hâte la sortie de votre nouveau livre.
    PS : Juste une interrogation concernant l’huile de coco utilisée dans certaines de vos recettes. Des mises en garde circulent sur Internet sur une dangerosité avérée pour nos artères de cette matière grasse pourtant fort savoureuse. Qu’en penses-tu ?
    Demain, je pars faire une cure d’aneth chez des amis scandinaves. 😋 Chaque pays a ses aromates préférés et, grâce à eux, on peut voyager dans sa cuisine.
    Encore merci et belle journée, ensoleillée en Ile-de-France. ☀️🍀

    1. Merci pour ce si gentil message 🙂
      Concernant l’huile de coco, c’est comme tout : consommée raisonnablement de temps en temps juste pour se régaler, elle ne pose pas souci. Ce qu’il faut, c’est ne pas cuisiner avec au quotidien : pour cela, l’huile d’olive lui est infiniment supérieure pour notre bonne santé cardiovasculaire…

  17. Merci, Marie.
    Comme tout ceci est bien décrit.
    Toutes ces épices me mettent l’eau à la bouche.
    Je pense qu’il faut préciser qu’on ne doit utiliser que des feuilles de laurier séchées. (Je crois que fraiches, elles sont toxiques).
    Je vous souhaite de belles journées d’automne ensoleillées et… inspirantes !

  18. Bonjour,
    Tout d’abord, merci pour vos articles sur vos blogs qui me ravissent à chaque fois ! J’ai beaucoup de plaisir à lire vos conseils qui rejoignent ceux de ma grand mère : « pas trop d’épices en même temps sinon on ne sent plus le goût de rien ! »
    Pour le safran, s’il vous reste un peu de place au jardin, il s’agit d’un crocus qui se cultive aussi sous nos latitudes ! Ma grand-mère en produit dans le sien, qui est plutôt au nord de la Loire !
    Un bulbe est planté pour plusieurs années et donne plusieurs fleurs en vieillissant.
    Merci vraiment pour vos contenus, et très belle journée à vous

  19. Comme à votre habitude Marie,vos mots nous mettent l’eau à la bouche et l’envie de se mettre aux fourneaux😉😋un grand merci pour tant de plaisir et de fraîcheur! En plus je m’y retrouve complètement. Ayant passé la cinquantaine j’ai été élevée au sel-poivre-thym-laurier et la decouverte des épices m’a ouvert des aventures culinaires insoupçonnées. Utilisées en début ou en fin de cuisson elles se révèlent différentes encore. Je vous souhaite une belle journée gourmande😋 Christine

  20. bonjour, merci pour ces astuces, je comprends mieux pourquoi certaines épices du fond du placard ne donnent pas l’effet gustatif souhaité!!!! si tu manques d’idées pour un prochain livre, j’aimerai bien un livre avec des recettes SANS FOUR. en effet, cet été, j’ai dû sélectionner parmi la vingtaine de tes livres, les recettes sans four pour me régaler sans surchauffer la maison!! j’y suis arrivée mais bon un livre nouveau je ne me lasserai pas.. merci Marie pour la joie de te lire ou de regarder tes vidéos sur Instagram. vous en êtes où pour le puits??

    1. Nous n’avons hélas pas trouvé d’eau, c’est tellement triste… quelle déception.
      Mais nous attendons les pluies de l’automne, pour voir un peu ce qu’il va se passer. Les nappes sont peut-être trop basses.
      Bonne soirée à vous Christine,
      Marie

  21. Très intéressant cet article! Je me faisais dernièrement la réflexion que plus je cuisine (tes recettes surtout) et plus je deviens « sage » au niveau des épices. J’en mélange beaucoup moins, et je suis plus sur les herbes aromatiques. J’adore ajouter une feuille de laurier dans mes soupes de légumes (à ce propos : sèche ou fraiche la feuille de laurier ? moi je l’utilise fraiche). Les herbes de mon jardin sont de plus en plus invitées dans mes plats. Dernièrement , j’ai fait pousser du gingembre et du curcuma sur les conseils de « jardinbiobzh ». J’ai hâte de pouvoir y goûter.
    Du côté des épices, j’adore le cumin alors que le carvi de m’emballe pas. Je n’aime pas trop non plus le safran , je n’ai jamais compris pourquoi on en faisait tout un plat (ha ha ha admire le jeu de mot laid !) Bon, ça tombe bien pour moi vu que ça coute la peau des fesses…
    Je vais garder précieusement tes conseils concernant les mélanges à faire en fonction de la nationalité des plats.
    Merci pour toutes ces précisions. Bisous

  22. Chère marie.
    La sagesse du bon sens a encore parlé !!!!!!!
    Je suis comme vous , les herbes avec leurs parfums si personnels avant tout.
    Quelques épices individualisées sont bien plus savoureuses que tous ces mélanges……….
    Merci pour cet article et toutes vos bonnes idées !!!! Enfin un domaine où je ne me pose pas la question: je peux ou pas en manger…….????
    Très impatiente de voir votre prochain ouvrage (mystère……).
    A très bientôt.
    Bon automne parfumé à la famille Chioca
    je vous embrasse.
    Mireille.

  23. Quel bel article Marie, comme quoi de si petites choses peuvent changer le contenu de nos assiettes. Merci pour le temps consacré à sa rédaction !
    Cela m’a donné envie de partager quelques propositions pour complèter les vôtres pendant un long trajet en voiture. J’espère que cela ne vous dérangera pas…
    Sauf pour la sarriette, toutes les herbes qui suivent sont utilisées fraîches et je crois qu’il est vraiment important d’insister sur l’achat des épices. Il faut oublier les marques de supermarchés, les étals attrayants en plein air (même dans les pays exotiques), c’est une question de qualité, de provenance et d’hygiène. Il y a très très peu de bons distributeurs.

    La sarriette
    Incontournable avec du fromage de chèvre, surtout frais ! Sèche, passée au mortier et saupoudré sur des tartines. (le mortier, c’est un peu une obsession personnelle. Celui de chez ASA en porcelaine forme gobelet est actuellement mon préféré)
    L’origan
    Le sauvage est très aromatique. Vivace, il fait de jolies fleurs et pousse spontanément au jardin.
    Le laurier
    Une feuille dans l’eau des pâtes, ça change tout !
    La sauge
    Merveilleuse en bonne quantité dans un soufflé (une bonne poignée de feuilles hachées pour 3 oeufs).
    Le gingembre
    Haché avec de l’ail, melangé à du vinaigre balsamique réduit et de la sauce soja, verser froid sur du poulet ou du poisson pour une version japonaise.
    Le persil plat
    Grand copain de la menthe pour un taboulé recette moyen Orient, et pas plus d’une cuillère de céréale par personne !
    Le cerfeuil
    Connaissez vous le tubéreux au goût puissant, vivace, en feuilles pendant les trois quarts de l’année et qui se ressème à tout va ?
    Le carvi
    Divin dans une pâte à pain pour accompagner du fromage.

    1. Un très grand merci pour toutes ces suggestions chère Caroline 🙂
      Oui, je connais bien le persil tubéreux, je le cultive d’ailleurs au jardin !
      Je vous souhaite une très belle soirée,
      Marie

  24. Bonsoir Marie, merci pour toutes ces informations, je cuisine beaucoup de vos recettes et effectivement pas besoin de mettre du curry partout pour avoir de délicieux plats ! Sinon sachez qu’il y a de très bonnes choses qui datent de 1984, moi par exemple ;=)
    Continuez d’écrire, blogs, livres de cuisine, de jardin, j’adore vous lire !!
    Au plaisir de vous lire, Géraldine

  25. On sait tout sur les épices que j utilise énormément 🤣😋😋. Il est vrai que quelquefois j ai des surprises sur les dates….. j utilise beaucoup l origan que tu m as fait connaître. J ai fait ce soir les aubergines libanaises et évidemment je n avais ni origan ni paprika fumé 😢😢😢😢 J si mis des herbes de Provence et du paprika doux. C était bon malgré tout. Merci et bises. Nicole

  26. Merci merci pour votre joli post sur les épices. J’en ai beaucoup dans mes placards et c’est bien de nous rappeler avec quoi et comment les utiliser 😃

  27. Merci Marie pour cet article
    Un conseil avec le piment qui brule (grande connaisseuse car j’habite en Inde):
    Le lait et le yaourt!
    D’ou la raita qu’on mange ici.
    J’ai par exemple une fois, decouper des dizaines de piment pour les tremper dans l’eau froide et en faire des ‘fleurs’…Bien sur sans gants.
    Je fut reconnaissante de la personne avec moi qui me fit plonger mes mains dans un bol de lait

  28. Quelles photos alléchantes ! Hâte au prochain livre ! (j’ai déjà ceux que tu cites et je viens d’en parcourir deux pour trouver des idées pour samedi soir !)

  29. Merci Marie, je vais noter les combinaisons. J’ai des épices qui datent de notre séjour aux Emirats, beaucoup de sacs d’épices sont vendus en grande surface autour d’un comptoir et j’en avais profité pour acheter plusieurs sachets.
    Bon, après le séjour en bateau aller et retour en Guyane, les épices ont mal vécu leur mal de mer. Nous avons les épices de chez Rollinger à St Malo et Cancale.
    Mais, je suis d’accord, mieux vaut mélanger au dernier moment. Je vais investir dans des moulins à poivre…
    Belle soirée, Marie. Je t’embrasse bien amicalement.

  30. Merci beaucoup pour cet article, moi qui les laisse trainer et les oublie ces épices de 1984, en me demandant bien comment les utiliser… Cet article m’ouvre un monde. Je viens à peine de vous découvrir sur l’archipelle. Me lançant avec joie dans le potager en permaculture, j’ai planté des aromatiques… que j’ai oubliées dans un coin là aussi, comme celles de la cuisine, pour me concentrer sur les légumes… Je les ai plantées ces aromatiques en me disant que si j’en ai des fraiches, je les utiliserais peut-être, mais quand on sait pas faire et qu’on n’a pas l’habitude d’y penser… Bref, l’été prochain, je continuerai à planter des aromatiques qui me manquent, car je vais bien finir par m’y mettre, et cet article donne envie de se pencher sur la question plus sérieusement!

    1. Merci pour ce gentil message chère Isabelle, et bienvenue sur mon blog 🙂
      Vous verrez, rien que la sarriette, l’essayer c’est l’adopter 😉
      Bonne soirée à vous,
      Marie

  31. Bonjour Marie. Quelle cocotte recommandez vous pour la cuisson de poulets et rôtis bien dorés à l’extérieur et moelleux à l’intérieur ? Plutôt l’ecovitam ou la roaster ? J’ai vu que vous aviez édité un livre de recette pour ces 2 cocottes que vous connaissez donc très bien. L’écovitam passe t’elle au four ?
    Bien sûr les prix sont très différents.
    Merci de votre avis objectif.
    Cordialement.

    1. En fait, ce sont deux modes de cuisson différents : la cocotte roaster est en tôle très légère, c’est une cocotte à enfourner. Le faitout Ecovitam, lui, est pour mijoter sur le feu grâce à son fond très épais (il ne passe pas au four à cause des poignées).
      Très sincèrement, si c’est juste pour les poulets vous serez ravie de la cocotte roaster, qui est la moins onéreuse des deux 🙂
      Bonne soirée !
      Marie

  32. Merci pour cet excellent article, savant mélange de vos connaissances, de vos expériences , de votre humour et de votre bienveillance. Belle journée.

  33. Oh merci pour cet article !! Je me souviens, il y a quelques années, quand j’échangeais des recettes avec des amies, elles étaient étonnées que nous ne mettions pas d’épices, ou si peu… elles avaient du mal à comprendre qu’un excellent rôti de porc bien élevé avec des pommes de terre du jardin se satisfaisaient simplement de sel… sans doute utilisaient-elles des aliments sans saveur… ou avaient pris l’habitude de tout couvrir… oui aux épices et aux herbes quand elles sont utiles, qu’elles relèvent le plat, mais inutile d’en mettre trop ♥ et bien les choisir !

    1. C’est exactement cela ! Je trouverais presque triste de rajouter des épices dans un plat concocté avec des ingrédients déjà très bons par eux-mêmes 🙂
      Bonne soirée à toi Sophie,
      Marie

  34. Bonjour Marie, je vous connaissais un petit peu par ma belle-soeur, fervente admiratrice chez qui j’ai feuilleté plusieurs de vos livres, et j’ai eu beaucoup de plaisir à vous découvrir davantage dans la vidéo youtube de Brian du site de de l’Archipelle. Bravo pour tout ce que vous faites au jardin et dans votre cuisine ! Vous inspirez de belles choses : amour de la nature , de la bonne nourriture, de la famille , de la vie ! Continuez ainsi ! Avec mon mari, depuis quatre ou cinq ans, nous avons la chance de nous occuper de deux petits potagers en Ile-de-France et en Bretagne, et depuis trois ans, nous avons un poulailler avec quatre poules. C’est un bonheur de se retourner vers les choses simples et vraies de la vie et de retrouver les belles sensations de l’enfance quand nous passions les vacances chez les grands-parents du Sud-Ouest. Pour eux, c’était une évidence d’avoir tout cela ! Je m’abonne tout de suite à votre lettre d’informations et je vais puiser dans tous vos conseils de cuisine ! Aves tous mes remerciements, Amicalement, Christine

    1. Merci du fond du coeur pour ces doux mots chère Christine… je vous souhaite la bienvenue sur mon blog 🙂
      Bien amicalement aussi,
      Marie

  35. Je crois que tu as décrit à peu près l’intégralité de mes aromates et épices préférées : l’ORIGAN (mon père étant d’origine italienne et ma mère faisant la sauce tomate et le ragoût de saucisses pommes de terre à la tomate comme personne, ça me rappelle directement mon enfance, j’en mets partout et le frais est incomparable dans les sauces !), l’ail, l’anis étoilé, la sauge, l’aneth, le cumin… Je rajouterai aussi l’estragon, que j’aime beaucoup dans des sauces crémeuses.
    Les huiles et beurres ont également un grand rôle à jouer : de la bonne huile d’olive, huile de sésame ou de noisette ça peut tout changer dans un plat ! J’utilise peu l’huile de coco en cuisine ou pâtisserie, je trouve que ça a un goût un peu trop éloigné de ma zone de confort (ce qui est aussi la raison pour laquelle je n’utilise que rarement le curcuma, le gingembre ou le curry).
    J’avoue que je ne suis pas trop fan du basilic non plus, même si j’en fais pousser plein dans ma loggia juste pour le plaisir d’avoir de la verdure !

  36. Bonsoir,
    Un grand merci pour ce récapitulatif, en ce qui concerne le laurier je l’utilise toujours frais depuis 50 ans!! et d’accord avec toi la sarriette est une merveille.

  37. Bonjour Marie !
    J’ai une petite question qui n’a rien à voir avec ce délicieux article… J’aimerais savoir comment stocker au mieux mes légumes dans la cave. Je trouve de tout et son contraire sur internet et pas vraiment d’explications précises sur une méthode efficace. Je ne sais pas si je dois mettre dans des caisses, superposer, ou pas, mettre de la paille sur laquelle je pose des légumes, ou pas, cajettes sur cajettes, ou pas..! Je suis perdue ! J’aimerais stocker le plus possible surtout les courges ! Si tu as des conseils… je suis preneuse ☺️☺️☺️☺️

    1. En fait, pour être honnête mes légumes ne se conservent pas très bien (ce n’est qu’une « demi-cave », pas idéale) du coup je les laisse au jardin, en pleine terre, ils s’y conservent beaucoup mieux 🙂

  38. Bonjour Marie,
    Merci beaucoup pour cet article très intéressant ! J’ai appris plein de choses et utilise intelligemment mes épices maintenant ! Grâce à tes articles, je suis devenue une cuisinière de niveau 2 ! (Je suis partie de -3000000)

    Cela m’a fait rire ton commentaire sur la cardamome ! Moi aussi je ne savais pas trop quoi en faire ! Et puis un jour ….j’ai découvert un truc fou ! J’étais en train de lire une histoire où le personnage prenait un chococaf épicé. L’idée a fait son chemin dans mon petit cerveau et le lendemain matin , devant ma tasse de café noir je me suis dit : hum …. Et si … et si je mettais de la cannelle ..non non et si ! Je faisais un truc de ouf et que je mettais …de la cardamome ! Une explosion sur mes papilles !!! Il a fallu une pincée pour donner un ptit « talalata » à ce café !!

    Bref ! Je blablate ! Merci pour ton blog, tes bouquins et ton écriture si agréable à lire !!!
    Bonne continuation !!!

    Belle journée !

  39. Bonjour,
    Merci pour cet article qui est comme toujours très clair et très utile.
    Mais je vous écrit pour une question qui concerne une autre recette (je suis le conseil donné dans la page contact 😉 ).
    Pour ce week end je dois réaliser le Gâteau Pinata « Ile au trésor » du livre « Mes Beaux gouter de Fête ». Malheureusement les magasins autours de chez moi n’ont pas d’arrow-root. Est ce que je peux le remplacer par autre chose et dans quelle proportion?
    Merci de votre retour
    Bonne soirée

    1. Aïe, sincèrement je ne sais pas trop Emilie, vraiment désolée… il faudrait tester avec une autre fécule, mais je ne suis pas sûre à 100%.
      J’espère que tout ira bien 🙂

    2. Bonjour,
      Du coup on a poursuivit notre recherche et à la dernière minute on a trouvé de l’arrow-root. Résultat comme toujours au top 😉 le gâteau a fait sensation que ce soit pour le visuel ou pour le goût. Sans oublié la découverte de la surprise pour les plus jeunes. En tout cas merci d’avoir pris le temps de me répondre. Bonne soirée

  40. Bonjour je sais que vous êtes très occupée, je suis vos diverses activités! Merci pour vos delicieuses recettes votre philosophie et vos poétiques photos qui apaisent souvent mes angoisses et m inspirent dans mon potager . J aimerai m offrir une cocotte pour faire des Mijotés/sautés comme vous. Que me conseilleriez vous ? (je ne retrouve pas dans insta vos conseils à ce sujet). Mille Mercis à vous et belle journée. Rachel

    1. Le top du top, c’est vraiment les faitouts Ecovitam, et je suis sincère : à la maison je ne cuisine qu’avec ça.
      Pour le cas où vous en auriez besoin il y a le code « GOURMANDISES » qui vous donne droit à 10% de réduction sur le site Warmcook (et par souci de transparence, je dois vous dire que je touche aussi une commission).
      Sinon, pour les plus petits budgets (j’ai connu ça :)) on peut tout simplement tenter de chiner une bonne cocotte en fonte d’occasion 🙂
      Bonne soirée Rachel 🙂

  41. Bonjour Marie
    Je vous suis depuis longtemps vos conseils vos recettes m ont beaucoup servi!
    Aujourd’hui je vous écris non pas en rapport avec votre post mais pour un conseil je viens de confirmer une intolérance au gluten en plus du lactose auriez vous un conseil pour adapter votre recette de petits pains comme les muffins pour le petit déjeuner et comme toujours sain et bon!! Un très grand merci au plaisir de vous lire
    Rachel

    1. Hélas, pauvre Vincent, je voudrais tellement vous aider… sauf qu’hélas, le sans gluten n’est pas du tout ma spécialité, et du coup je ne saurais vraiment que vous dire. Il faudrait voir cela avec une auteure plus spécialisée, comme par exemple Valérie Cupillard, Clémence Catz, Cléa, Frédérique Barral, etc.
      Bon courage, et prenez bien soin de vous !

  42. Merci Marie pour les remarques utiles et certains détails « pointus » ! J’ajouterais mon « bouillon cube » maison : un pot dans lequel je mélange au fur et à mesure des bouts de feuilles de poireaux, des épluchures de courges, des restes de ciboulettes, des zestes d’agrumes, etc etc tous séchés et réduits en poudre, tout va dedans du moment que ça a du goût !

  43. Merci pour cet article incroyablement utile ma chère Marie! Même si tu es cruelle pour ce pauvre persil frisé : ma grand mère en mettait des quantités dans la farce du hachis parmentier, je n’aimais pas trop ça mais maintenant je suis nostalgique et j’en ai plein mon jardin. J’adore le carvi et le cumin et en hiver je fais ta recette du « balkan pot » à la riste une fois par semaine elle est sublime… j’ai récemment adopté le merken, que mes neveux chiliens mettent dans tout : c’est du piment assez léger et fumé. Ça marche très bien avec les plats où tu mettrais du paprika fumé. Plein de bises chère Marie

    1. Peut-être as-tu trouvé du persil frisé parfumé? Quelle variété mets-tu au jardin? 🙂
      (Merci pour le merken, je ne connaissais pas 😉
      Bisous !
      Marie

      1. Le sachet de graines me dit persil vert foncé très frisé : avec ça on est bien avancées… mais de toutes façons je n’ai pas un palais très exercé et c’est la nostalgie qui lui donne le plus de goût. Sinon aucun rapport mais j’ai essayé ta recette de marbré aux légumes racines à la vapeur (de la cuisine bio du quotidien) que j’ai trouvé incroyablement raffiné, ainsi que les croquettes à la jardinière de légumes (19h25) vraiment très bonnes aussi ! Merci beaucoup Marie ! Des bises

  44. Chère Marie, comme chaque année , je viens te souhaiter un très joyeux anniversaire. Profite bien de cette journée avec toute ta petite famille.
    Moi, c’était samedi dernier, et pour l’occasion j’ai réuni mes enfants et petits enfants et j’ai fait un couscous avec ta recette du livre  » les grands classiques version bio ». Une réussite! Les boulettes : un délice… je me demande si je ne pourrais pas les refaire version merguez (à tester).
    Je t’envoie plein de baisers pour cette journée particulière . A bientôt.

    1. Oh, merci ma chère Pat <3
      Je trouve ton message avec quelques jours de retard, mais je me sens très touchée.
      Je t'embrasse bien fort,
      Marie

  45. JOYEUX ANNIVERSAIRE Chère Marie!
    Sic tempus fugit! mais il semble glisser sur toi sans laisser de traces, au contraire tu embellis…. à l’image de tes photos et vidéos qui nous permettent de nous laver les yeux de toutes les blessures du monde et nous rappellent que ce monde est aussi merveilleux si on reste attentif au moindre petit signe de lumière: un petit rayon de soleil sur les herbes le matin, les enfants qui jouent dans le jardin, une petite tarte aux pommes inspirée par l’une tes recettes….
    Je ne laisse pas souvent de commentaire, mais je te suis toujours fidèlement depuis 2012! sur ton blog, et même maintenant sur instagram….
    Je suis aussi Maud, et ses petites princesses, Roselyne, Hugue et Charlotte et toute la famille que nous avons vu grandir !
    Amalthée la petite chèvre, notre filleule nous avait laissé croire que nous étions un peu de la famille!
    Porte toi bien chère Marie….à l’année prochaine!
    Amicale bises.
    Nathalie et sa tribu….

    1. Que je suis touchée ma chère Nathalie, vraiment tu me mets un peu la larme à l’oeil…
      Je te remercie du plus profond du coeur pour tes mots si doux <3
      Des bises très amicales aussi,
      Marie
      (Amalthée, moi non plus je ne l'oublierai jamais. Il n'y en avait qu'une comme elle...)

  46. Coucou Marie ! je venais de t’écrire un long message ( peut-être un peu trop dithyrambique ?) qui manifestement n’a pas franchit le passage du « modérateur »????
    Alors juste un petit mot pour te souhaiter un BON ANNIVERSAIRE!
    Porte toi bien chère Marie….merci d’être là!
    Amicales bises.

    Nathalie, François et leur tribu

    1. Si si, ne t’inquiète pas, je l’ai bien trouvé 🙂
      J’ai été obligée de rajouter une étape de « modération » dans les coms sinon il y avait des petits malins qui se servaient des messages de mon blog pour se faire de la pub, et parfois ce n’était pas très joli à voir ce qu’ils proposaient…

  47. Ah que je suis d’accord avec toi, Marie. Quelle idée d’acheter des mélanges tout prêts quand on peut utiliser des épices fraîchement moulues et des herbes du jardin – même au Canada, j’y arrive, à avoir du persil, du thym, de la menthe, et de la ciboulette sur ma terrasse ! (ok, seulement en Août, météo oblige hahaha).
    Pour mes 45 ans, je me suis fait un tiroir à épices : que des (petits!) pots en verre tous identiques, de belles étiquettes écrites à la main, tout ça à l’abri de la lumière et de la chaleur….un pur bonheur.

    Persil : excellent sur pommes de terre vapeur, avec beurre ou filet huile d’olive 🙂
    Ciboulette : dans les œufs brouillés !!!! Juste cuits mais pas trop, pour qu’ils restent moelleux (pas besoin de lait ou autre ajout, tout est dans la cuisson). Avec ou sans paprika fumé. Et du 5 baies. Une tuerie 🙂
    Et dans l’omelette aux pommes de terre, aussi, ajoutée juste à la fin…..

    Voilà, c’est bon, il ne manque plus rien dans ton article 😀

    Bises !!! Bonne Fêtes !!!!

    1. Merci Laetitia pour ton gentil message 😉
      Comment vas-tu d’ailleurs, toujours au Canada avec ta grande famille :)?
      Je te souhaite un très joyeux Noël !
      Marie

      1. Mais oui mais oui, toujours au Canada, pour toujours j’espere…. On a envoyé nos demandes de citoyenneté on Novembre, puis on a travaillé dur, et passé l’examen de connaissances il y a 3 semaines ! On l’a eu !!!!! C’était notre cadeau de Noel en avance 😍. Maintenant on n’attend plus que la convocation pour prêter serment, et nous serons franco-canadiens…..

        A part que je ne peux rien planter au jardin, tout va bien ! Entre les lapins, les lièvres, les écureuils, les ration laveurs, les coyotes, les trucs poilus non identifiés (si si! J’ai des photos !), qui se baladent en permanence dans le jardin, rien n’a le temps de pousser, tout est dévoré à peine sorti de terre (et parfois, les graines sont mangées avant de germer.)
        Heureusement, j’ai des jardinières sur ma terrasse, que je protège jalousement. Pas touche à mon persil, les poilus !!!!!
        C’est mieux que rien 😁

        Je travaille dur pour essayer de convaincre les canadiens que leur nourriture n’en est pas, et qu’ils peuvent manger meilleur et mieux – c’est pas gagné 😂. Tu devrais songer à vendre tes livres ici lol….je parle de toi tout le temps !!!

        J’ai rencontré la semaine dernière une créatrice de recettes qui travaille pour des entreprises ayant besoin de diversifier leurs plats. On a eu une discussion fascinante ! J’ai pensé à toi.

        On prépare Noel, nous aussi ! Tu connais le family cooking marathon, je pense ? 😂
        Je te souhaite de merveilleuses Fêtes en famille…..à l’année prochaine !!!!!

        Grosses bises

        1. Ma chère Laetitia, tu me feras toujours rire ^^
          Plein de bises, et tous mes voeux les plus affectueux pour cette nouvelle année…
          Je t’embrasse bien fort

          1. Ah, tu me fais chaud au coeur, là ! Je suis contente de t’avoir fait rire, parce que le rire, ça irrigue le cerveau, ça fait sécréter plein d’hormones du bonheur, ça éloigne les rides, ça maintient en bonne santé, bref, le rire, c’est la vie 🙂

            J’espère que tu as passé de merveilleuses Fêtes en famille – j’imagine que chez les Chioca, c’est comme chez nous…. Pas triste du tout 😀

            Gros bises à partager 🙂

Vous cherchez des ustensiles pour cuisiner sainement? Faitouts Ecovitam, extracteurs de jus Kuvings, Roaster… Je les utilise au quotidien depuis 10 ans !

10% de réduction sur tout le site !

10%

de réduction sur tout le site !

En utilisant le code promo  GOURMANDISES