Ces 10 grands principes « healthy-minceur » qui nous font perdre, euh, pardon, PRENDRE du poids…

Je n’ai rien à vous vendre. Ni bouquin particulier, ni coaching, ni lien affilié, ni produit « détox » supposé miracle, rien ;).

Si j’écris cet article c’est uniquement avec le rêve de vous aider ne serait-ce qu’un peu, et de vous éviter encore plus de déceptions, de douleurs et de découragement. Si ces mots pouvaient contribuer ne serait-ce que pour quelques-unes* d’entre vous à ne pas (à ne plus !) se détraquer la santé, je me sentirais déjà bien assez récompensée pour les heures passées à les écrire.

Je ne suis pas nutritionniste, ni médecin, ni diététicienne, ni naturopathe. Juste auteure d’une cinquantaine d’ouvrages de cuisine bio. Aussi, considérez cet article plutôt comme un témoignage (très résumé) de tout ce que j’ai pu lire et emmagasiner comme informations depuis des années, et non comme des conseils médicaux. Je vous encourage d’ailleurs à « fouiller » davantage pas vous-même ces divers points, l’idéal étant même que vous puissiez consulter de très bons praticiens de santé pour vous accompagner de façon individuelle et la plus personnalisée possible (car la clé est souvent là).

Si je suis aujourd’hui devant mon ordinateur alors que dehors, le ciel est si bleu et que je n’ai pas encore eu le temps cette année de donner ne serait-ce qu’un seul coup de grelinette à mon potager ^^, c’est que depuis quelques jours commencent à fleurir ici et là non pas les fleurs de mon jardin, mais toutes sortes d’articles « minceur », accompagnés de décomptes vers ce fameux jour J où l’on est toutes censées rentrer dans un bikini en taille S sans que notre pauvre corps (qui s’en fout éperdument et doit se « battre » en secret chaque jour dans des batailles bien plus vitales pour notre survie) ne déborde de partout.

C’est HORRIPILANT !

Tous ces magazines, toutes ces publications sur les réseaux sociaux qui se contentent de répéter comme des perroquets les mêmes injonctions laissent penser que tout est facile, que l’on peut -et doit ! – toutes être super minces, et que celles qui n’y arrivent pas sont des nouilles sans volonté vu qu’il « suffit » de compter ses calories et faire du sport.

Or il n’en est rien.

Et même, le plus grave, c’est que la plupart (oui, la plupart !) des « conseils minceur » clamés un peu partout (parfois même par des représentants du corps médical hélas) sont non seulement inefficaces, mais de surcroît contre-productifs. Je vous en passe déjà 10 en revue aujourd’hui…

*Pour ne pas plomber inutilement mon texte, j’écris principalement pour les dames, car j’ai peu d’abonnés masculins à ce blog. Mais si ces messieurs veulent me lire, qu’ils soient les bienvenus 🙂

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet (vous savez combien j’essaye toujours d’être la plus précise et nuancée possible dans mes réflexions), deux préambules très importants :

1/ Cet article ne s’applique pas au cas des personnes ayant effectivement une ration alimentaire trop importante et/ou malsaine (grignotages, portions non adaptées, aliments trop industriels, etc.) car dans ce cas, une aide médicale extrêmement bienveillante pourra déboucher sur un beau rééquilibrage alimentaire, avec généralement des conséquences très heureuses sur le surpoids et la qualité de vie en général. Moi, je parle surtout aux personnes qui ont l’impression de faire « tout bien » et pourtant, continuent de s’enrober de quelques centimètres en plus année après année…

2/ Si votre joli corps rebondi vous convient c’est parfaitement OK, et je dirais même, bravo ! Je ne suis pas en train de vouloir mettre tout le monde au régime, loin de là : j’ai moi-même un tour de hanche pas du tout dans les « clous » des canons de la mode (genre, un bon 44/46… allez, je lance le truc, je fais 117cm de tour de hanches^^) et si je veille à ne pas m’habiller comme un sac à pomme de terre, ou à ne pas tenter d’engoncer ma pauvre silhouette en forme de poire dans une robe fuseau (ce qui me transforme illico en gros saucisson Lyonnais), je peux me sentir tout à fait féminine et jolie. La façon de s’habiller est tellement importante :  le « ressenti » peut être de plus ou moins 10kg ^^. Je connais tant de femmes rondes belles et rayonnantes… mais toutes assument leurs formes, et ont le grand bonheur de savoir vivre heureuses dans ce corps généreux. Souvent elles ont aussi, (comme moi je l’avoue) le bonheur incomparable de partager leur cœur avec un conjoint qui ne passe pas son temps à comparer H24 la femme de leur vie avec des mannequins faméliques. C’est tellement plus galant, délicat, bienveillant et plein d’amour ainsi… Ceci étant dit, je comprends aussi les femmes qui ont envie – ou même besoin- de veiller à leur poids. La société est parfois si cruelle dans ses jugements hâtifs, si culpabilisante, que je peux comprendre que l’on ait envie de s’entretenir une jolie silhouette, ou plus exactement la plus jolie silhouette que possible sans pour autant attenter à sa santé physique ou mentale. Sur ce, passons au vif du sujet.

Fausse « bonne idée » N°1 : Tout miser sur les calories

Je suis sidérée qu’encore de nos jours, avec tout ce que la science a prouvé, il y ait des gens pour nous demander de réduire notre ration calorique si l’on veut perdre du poids.

Alors certes, nuançons un peu :

Si l’on mange vraiment chaque jour deux, trois, quatre, cinq fois la ration alimentaire dont notre métabolisme a réellement besoin, réduire cette ration calorique à un apport quotidien raisonnable (donc pas trop bas…) va aider à perdre du poids et c’est une bonne chose. Ne serait-ce que pour la santé en général.

Mais se restreindre alors qu’on a déjà une alimentation correcte (pas forcément parfaite, mais notre corps sait très bien gérer les petits écarts qui nous rendent heureux si on lui fout la paix), c’est de la folie !

Oui, c’est de la folie, car on ne compte plus les publications sérieuses, émanant de médecins ou de praticiens de santé naturelle honnêtes, qui nous prouvent par A + B ce qu’il se passe lorsqu’on fait un régime hypocalorique :

  • 1/Le cerveau interprétant cela comme une famine (notre corps est, d’une façon générale, un merveilleux système dont la « préoccupation » numéro 1 consiste à toujours tendre vers la survie et la reproduction de l’espèce humaine), le métabolisme de base ralentit aussitôt, et pas qu’un peu. Cela signifie que le cerveau envoie des messages urgents à la thyroïde, aux surrénales, au foie, au pancréas, aux poumons, au système reproductif, etc. pour que tout le monde se mette en mode « économie d’énergie ». Cela signifie que vous dépensez moins de calories en dormant, en réfléchissant (d’ailleurs, dois-je vous prouver qu’on réfléchit mal quand on a faim ;)), en respirant, etc. Et cette baisse de métabolisme étant difficilement réversible (mais pas impossible, voir plus bas), vous comprendrez aisément qu’elle ne peut que déboucher sur une reprise du poids, voire dans la plupart des cas une reprise de poids plus importante que le poids initial. Et oui, même si l’on persévère à s’épuiser dans nos efforts héroïques pour s’affamer…
  • 2/Les organes vitaux mis au ralenti par le cerveau n’assurent plus bien leur activité : la thyroïde et les surrénales (deux organes si importants dans la gestion du poids) peuvent rapidement se détraquer, les ovaires ralentir leur activité (pré-ménopause précoce à 35 balais, coucou !), le foie se laisser déborder, etc. Cela induit une mauvaise gestion des graisses, des sucres, une mauvaise détoxication de l’organisme, un phénomène d’inflammation chronique (la famine est un « stress » pour votre organisme, or qui dit stress sur le long terme dit inflammation), une altération des fonctions intestinales, et donc possiblement des allergies, des intolérances, de grosses perturbations hormonales qui nous laissent jour après jour plus épuisées… et un peu plus serrées dans nos vêtements.
  • 3/Sachant cela, je vous pose la question : Qui voudrait encore de ce foutu « régime hypocalorique » pour ce foutu bikini à la c*n de l’été 2024 ? Franchement ! Et malgré tout il y a encore des tas de couillons, pardon, de « coachs », pour nous montrer des publications expliquant qu’après tout, une barre chocolatée industrielle « vaut » le même nombre de calories qu’un demi-avocat cru sur du pain complet.

Fausse « bonne idée » N°2 : Tout miser sur l’indice glycémique

La notion d’indice glycémique est en revanche beaucoup plus intéressante. Je ne reviens pas en détail sur le principe, si souvent expliqué ici ou dans mes livres. L’indice glycémique permet de connaître à l’avance comment un aliment va influer sur notre glycémie (même si cela varie un peu d’une personne à une autre). En gros, si l’IG d’un aliment est bas, la glycémie va monter de façon lente, progressive, sans qu’un pic trop élevé de sucre dans le sang ne déclenche chez le pancréas la réponse d’urgence « Houlàlà, il y a trop de sucre en circulation, vite, neutralisons-le en le stockant sous forme de graisse ».

L’indice glycémique, c’est donc vraiment un bon outil mais on ne doit pas TOUT miser là-dessus.

Exemple : sur le papier, le riz basmati a un IG plus bas (45/50) que les autres riz. MAIS si vous consommez une portion, même raisonnable, de riz basmati nature, votre glycémie montera beaucoup plus que si vous consommez une assiette de sushis réalisés avec un riz rond à IG pourtant plus élevé. Pourquoi ? Parce que le riz à sushi (IG 80) a été cuit puis refroidi (ce qui abaisse son IG), et que de plus, les protéines du poisson, les fibres des algues, l’acidité du citron et la matière grasse de l’avocat vont très efficacement « lisser » la glycémie de tout le bol alimentaire.

Idem si vous mangez « juste » un morceau de pain ou une banane au goûter pour calmer votre faim : dans une heure, vous serez prête à avaler n’importe quoi ! Mieux vaudrait choisir un agrume (plus acide, IG moins élevé que la banane ou le pain), puis croquer 3 carreaux de chocolat très noir ou quelques amandes pour que la matière grasse et les fibres solubles lissent un peu l’apport en sucre.

L’indice glycémique d’un aliment est donc à prendre en compte au quotidien (oh que oui, car c’est même l’un des seuls leviers sur lesquels nous pouvons agir pour prendre soin de notre silhouette sans nous affamer) mais pas en regardant uniquement des chiffres dans une liste.

Idéalement, les glucides ne doivent jamais être consommés seuls. Et voici, pour rappel, ce qui abaisse naturellement leur IG dans le sang :

  • 1/Leur degré de cuisson et leur mode de préparation (Exemples : le sarrasin a un IG bas, mais pas sous forme de tartine craquante extrudée. Les pâtes al dente ont un IG plus bas que cuites à point. Le riz ou les pommes de terre cuites puis refroidies au réfrigérateur ont un IG plus bas. Etc.).
  • 2/ L’ajout, dans le même bol alimentaire, d’un aliment acide (citron, vinaigre, levain dans le pain, aliment lactofermenté…), d’une protéine (sauf les laitages peu égouttés et peu affinés, lesquels augmentent au contraire la glycémie à cause de leur indice insulinique important, ce serait trop long d’expliquer cela en détail ici), d’une matière grasse, de fibres.
  • 3/ Un sommeil réparateur (et oui, l’indice glycémique de tout ce que l’on mange est généralement plus élevé le lendemain lorsqu’on a mal dormi !).
  • 4/ L’ordre du repas (et c’est là que la célèbre injonction du « fruit à manger avant le repas » tombe d’elle-même : mieux vaut infiniment commencer le repas par une salade ou des légumes, voire une protéine.
  • 5/ Le raffinage (ou pas) d’un même aliment : ainsi, les céréales complètes ont un IG légèrement moins élevé que les céréales raffinées. Cependant ce dernier argument a été un peu « surcoté », car au final, cela ne change l’IG que de quelques points (et, nous y reviendrons plus tard, l’excès de fibres peut aussi être source de problèmes de santé). 

Fausse « bonne idée » N°3 : Tout miser sur les légumes et les salades

Avouez qu’on n’en peut plus de toutes ces photos « printemps-été » de pauvres nanas en train de brouter de la laitue avec un grand sourire, comme si cela les rendait follement euphoriques… que je sache, même quand on raffole comme moi de salades et de légumes, la vie de ruminant n’est pas un but en soi dans la vie^^.

Alors, certes, les végétaux frais (légumes, fruits, herbes aromatiques) sont indispensables à une bonne santé s’ils sont de saison, les moins traités et les plus locaux possibles. Chaque famille de légumes présente un ou plusieurs effets sur la prévention du cancer, des maladies dégénératives, cardio-vasculaires, etc. et certains sont même de véritables « super-aliments » à part entière (oignon, ail, choux, carottes, fenouil…), bien plus efficaces et écologiquement intéressants que les compléments alimentaires arrivés tout droit en avion de l’Himalaya.

Mais comme je le disais plus haut, cet article s’adresse plutôt aux personnes qui ont déjà l’impression de faire « tout bien » et qui donc, à priori, mangent des légumes. Parfois, et c’est bien là le problème, TROP de légumes.

Ne vous choquez pas 😉

Moi aussi cela m’aurait fait bondir il y a encore peu de temps mais oui, on peut manger trop de légumes. Surtout quand on s’est mis en tête (je plaide coupable !) qu’il s’agissait-là du seul aliment que l’on pouvait manger à volonté car il ne présentait que des avantages. Et qu’on a naturellement un bon coup de fourchette ^^.

Il m’est hélas impossible de trop détailler, sinon cet article serait monstrueux ^^. Mais voici pourquoi on ne doit pas manger TROP de légumes (quand je dis trop, c’est vraiment trop, genre 3 énormes assiettes de salades ou de soupe qui, au final, nous ballonneront tout l’après-midi jusqu’à ce qu’une bonne crise de trombone à coulisse -si vous voyez ce que je veux dire- ne nous libère enfin. Ne riez pas, cela peut vite arriver quand on tente de se « caler » sans trop taper dans les protéines animales ou les glucides ^^).

  • 1/Parce que certaines familles de légumes sont bienfaisantes en quantité raisonnables, mais mauvaises en excès. Exemple : Un peu d’épinards frais (ainsi que d’autres jeunes pousses vertes) est un excellent tonique du foie, mais apporte trop d’acide oxalique si consommé en excès. Autre exemple : les brassicacées (tous les légumes de la famille choux, roquette, radis, etc.) sont extraordinaires en prévention de certains cancers, en soutien du foie, en stimulation des bonnes bactéries intestinales, etc. Mais en excès, ils ralentissent la fonction thyroïdienne. Encore un exemple ? Les laitues et carottes qui, même cultivées en bio dans nos propres potagers, accumulent toujours un peu de nitrates, surtout à la saison froide en conditions de faible luminosité. En quantité raisonnable le corps gère très bien cela, mais pas si l’on se transforme en ruminant et que les salades deviennent notre « fourrage » quotidien…
  • 2/ Parce que trop de légumes en général, et de fibres en particulier, cela peut être très indigeste, et causer une grande perturbation intestinale. J’ai souffert pendant des années, mais vraiment souffert, d’un syndrome de ballonnements chroniques. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis sentie si humiliée que l’on me félicite pour l’heureux évènement alors que le seul « habitant » de mon bidou était le demi-saladier de crudités avalé à midi. On nous dit que « manger cru, c’est top », or cela demande à être nuancé. Manger cru, ce n’est pas pour tout le monde, pas à toutes les saisons, pas n’importe quoi, pas dans n’importe quelle situation, pas sans préparer un minimum les aliments. C’est tabou, je le sais, mais avant de m’interpeller en commentaires souvenez-vous que j’écris cet article pour vous aider à ouvrir les yeux sur ces erreurs en matière d’alimentation qui vous font peut-être du mal, pas pour enfoncer des portes ouvertes ou répéter comme un coucou Suisse ce qu’on lit déjà partout chaque printemps depuis 20 ou 30 ans. Et perso, je n’ai rien à y gagner, c’est vraiment pour vous que je le fais. À titre personnel, je continue de manger des crudités (je connais des personnes qui doivent tout cuire et se portent à merveille), mais pas à n’importe quelle condition : En plus petite quantité qu’avant. En prenant le temps de les mastiquer à fond. En les préparant avec une bonne sauce à la fois acide (citron ou vinaigre de cidre), salée, épicée ou piquante (ail, oignon, gingembre, piment…) qui va à la fois « décrudir » un peu les végétaux et en même temps les rendre plus assimilables en soutenant le feu digestif. . Et là, ça passe beaucoup mieux.

Cela vaut aussi dans une moindre mesure pour les légumes cuits.

  • 3/ Parce que lorsque le côlon et les intestins sont irrités, cela crée une inflammation chronique de tout le corps, or l’inflammation débouche généralement plutôt sur un phénomène de prise de poids.
  • 4/ Parce que notre corps, capable de prouesses dès qu’il s’agit de notre survie, va savoir développer une stratégie de fou pour tirer un maximum de calories de ces plâtrées de légumes, principalement via la flore intestinale qui va être sélectionnée en fonction de cette problématique. Cela peut donc même être contre-productif d’un point de vue du métabolisme. Ce n’est pas la majorité des gens, mais renseignez-vous et vous apprendrez que les cabinets de naturopathes croulent sous les consultations de personnes en surpoids et en très mauvaise santé pour avoir donné aux légumes une place démesurée dans leur alimentation…

Pour résumer : les légumes tels que les choux, les feuilles vertes (épinards, pissenlits, salades, blettes..), l’ail, l’oignon, les tomates et poivrons (plutôt cuits et sans leur peau), les carottes, les céleris, les racines riches en inuline (topinambours, asperges…), les fenouils, les artichauts, etc. sont des trésors pour la santé. On peut, on doit, en consommer très régulièrement, à chaque repas. Mais sans tomber dans un excès.

Inspirons-nous une fois de plus de ce merveilleux régime méditerranéen : des salades, des légumes cuits ou des herbes à chaque repas, mais accompagnés d’une petite portion de céréales ou de tubercules à IG bas, de viande ou de poisson, de matière grasse saine (huile d’olive, beurre cru). Ces assiettes bien équilibrées mais simples et composées au final de peu d’ingrédients (voir plus bas), savourées dans une atmopshère détendue et en mastiquant bien, on n’a jamais rien fait de mieux depuis 4000 ans ;).

Fausse « bonne idée » N°4 : Se jeter à corps perdu dans le sport

Faire de l’exercice, c’est vital. Encore une fois je ne peux pas trop détailler mais cela influe sur notre poids, nos hormones, notre joie de vivre, nos articulations, notre circulation sanguine et lymphatique, notre cœur, le bon fonctionnement de notre cerveau, notre santé hormonale, et même la prévention de maladies très graves comme le cancer, le diabète, la dépression, etc. La liste est longue.

Mais trop de femmes, voulant perdre du poids et constatant que la restriction calorique ne « marchait plus », s’épuisent en séances folles de cardio-training.

Cela peut avoir quelques effets bluffants, au début.

Et puis très vite, cela ne suffit plus.

Pourquoi ? Parce que la fatigue, la baisse de motivation, les aléas de la vie, une blessure, des douleurs musculaires ou articulaires chroniques peuvent parfois nous obliger à « décrocher », ou du moins ralentir en partie. Or le délicat mais merveilleux métabolisme féminin, artificiellement boosté et surmené par ces entrainements de folie furieuse, va aussitôt se mettre en berne si l’on ralentit un tant soit peu. Exactement comme dans le cas des restrictions caloriques.

Plus grave : les entrainements en cardio-training (courses à pied, rameur intensif, hiit, etc.) sont perçus comme une situation de stress par l’organisme, déjà tellement sur-stimulé par notre monde de fou. Alors au début on perd du poids certes, on est euphorique (grâce à l’adrénaline et au cortisol sécrétés en abondance par nos grandes surrénales au moment de l’entrainement) puis les mêmes surrénales s’épuisent et l’on se retrouve, par tout un enchainement de phénomènes glandulaires et hormonaux trop compliqué à détailler mais qui ressemble un peu à une ligne de dominos s’effondrant les uns sur les autres, sans énergie, avec une thyroïde en berne, une progestérone qui s’est barrée en vacances, un métabolisme en mode « minimum syndical de la RATP » et donc une gestion du poids ultra compliquée… vu que chaque calorie sera « rentabilisée » à fond par notre organisme épuisé, affamé, qui ne voit qu’une chose : puisque nous courrons partout sans manger et avec un tel stress, c’est que c’est la guerre. Ça, l’organisme il les connaît bien ces signaux. C’était déjà la même chose quand nous devions courir devant un mammouth rendu furieux par les trois flèches qu’il s’était pris dans le derrière, que les gaulois affrontaient les romains en batailles épiques où l’on n’avait pas franchement le temps de se faire rôtir un sanglier, que les pauvres villageois assiégés derrière leurs remparts devaient tenir contre toute une bande d’anglais venus leur piquer tous leurs biens (je reconnais que de notre côté on les avait parfois bien cherchés aussi^^), ou que de pauvres « poilus » faméliques, plus morts que vifs, devaient tenir le coup dans le froid et la boue avec juste quelques raves bouillies et un morceau de pain moisi déjà à moitié dégusté par les rats. Oui, ces situations, le corps il les reconnaît. Peur + stress + faim = réponse combat-fuiiiiiitte !!!

Ce fameux « système combat-fuite » correspond à notre système nerveux orthosympathique. Un système merveilleux, qui sait nous garder en vie en « priorisant » à fond certaines fonctions (continuer de combattre et de survivre avec très peu), mais qui finit par nous défoncer s’il reste enclenché sur le long terme. Or, dans les pays « civilisés » de notre monde moderne, le système orthosympathique (combat-fuite donc) et généralement déjà beaucoup trop dominant par rapport au système nerveux parasympathique (repos/digestion/réparation). Alors que les deux devraient s’équilibrer.

Et lorsque qu’il croit que c’est la guerre et la famine, le corps « sait » qu’on a surtout besoin de stocker un max de réserves pour survivre parce qu’on est pas sûre de retrouver rapidement de la nourriture, et qu’il doit pour cela tirer tout ce qu’il peut des miettes d’alimentation qui lui parviennent. Pas besoin de digérer, de se détoxiquer, d’entretenir de bonnes fonctions reproductrices, de bien respirer, de réparer les organes, d’entretenir nos articulations, etc. Tout cela on s’en fout hein, ça sera pour après, quand la sécurité sera à nouveau assurée. S’il pouvait nous parler en interne notre cerveau nous dirait « J’ai pigé : Toi juste tu cours, tu combats et tu survies, et t’en fais pas, moi je suis là pour tenir tes hormones de stress au taquet (même la nuit, t’inquiète) et stoker un max de réserves d’énergie dans ton popotin et ton bide, je peux même t’en mettre sous les avant-bras et le menton si tu veux ». Sauf qu’en réalité, ce que notre cerveau a du mal à comprendre c’est que même si toutes ces hormones et ces messages nerveux de stress intense lui parviennent, nous en est juste assis sur un fauteuil devant un ordinateur à lire des mails agaçants, ou dans notre bagnole à stresser comme des fous parce qu’on sera en retard pour la sortie de l’école. Donc à priori, on ne va pas avoir besoin tout de suite tout de suite de nos « précieuses » réserves…

Non, notre corps n’est pas si « couillon » d’interpréter les choses ainsi. Il est merveilleux. C’est nous qui sommes fous de lui faire parvenir, par notre rythme de vie effréné aggravé de séances de sport épuisantes et violentes qui lui « confirment » que c’est grave la m*rde (et le tout en se rongeant les sangs quasi H24 parce qu’on a trois bourrelets), de tels signaux d’urgence.

D’une façon générale (même si tout doit être individualisé), nous avons plutôt besoin de pratiquer deux sortes de sport :

1/ De l’endurance douce, tous les jours (marche, vélo, natation, jardinage, danse lente…) en travaillant énormément notre respiration, le seul « levier » conscient sur lequel on puisse agir pour calmer le système orthosympathique et réactiver le parasympathique.

2/ Se muscler avec régularité et douceur, éventuellement avec des poids ou des résistances, car l’augmentation de la masse musculaire est quasiment notre seule option pour relancer un métabolisme malmené et ralenti par les privations caloriques.

L’idéal ? Si l’on peut, ce serait de marcher 10 000 pas (ou équivalent) et se muscler 10min (altères, abdominos hypropressifs, etc.) chaque jour ou presque. J’ai longtemps pensé que c’était impossible, mais suite aux conseils de mon cardiologue je le fais depuis mi-décembre sans avoir raté un seul jour, et ce sous n’importe quelle météo… je vous raconterai comment je me suis organisée pour rentrer ça dans mon emploi du temps 😉 (spoiler alert : je fais tous mes rdv téléphoniques pro en marchant, je réponds en vocaux à mes DM sur Instagram, je réfléchis au boulot du lendemain, je cherche les musiques de mes vidéos, ou tout simplement je me détends en marchant avec les personnes que j’aime, ou mon chien ^^… et au final, j’ai même gagné en qualité de travail).

Fausse « bonne idée » N°5 : Le jeûne intermittent

C’est très (trèèèès) « tendance ».

Je suis passée par là… et oui, le jeûne intermittent, que j’ai pratiqué entre 2018 et 2022, m’a fait perdre du poids, y compris sur mon tour de hanche où tout semblait si désespéré ^^.

En gros, je me contentais, très tôt en soirée, d’une mini-collation uniquement faite de légumes crus ou cuits. Pas de protéines, pas de glucides, même pas de fruits. Je me sentais bien. Détoxifiée, légère, en bonne santé… je vous ai même parfois encouragées à faire de même dans mes réponses à vos commentaires (mea culpa… j’étais de bonne foi).

Et je prenais parfois cette toute petite collation après 80km de vélo (à assistance électrique, certes, mais tout de même !), et ensuite je dormais mal, un peu énervée par des gargoullis d’estomac que j’essayais d’ignorer. Mais, persuadée que j’étais de bien faire, rien que le fait de manger un fruit m’aurait semblé un écart.

La première année (en 2018) j’ai perdu énormément de poids, je suis devenue toute mince et vraiment, à 35 ans et après 6 grossesses, cela fait plaisir je ne vous le cache pas. À cette époque je mangeais aussi très peu de protéines animales.

Mais rapidement, j’ai eu des troubles de santé un peu bizarres. J’ai perdu une partie de mes cheveux (hiver 2018, après environ 8 mois de ce rythme), j’ai fait un, puis deux burnouts (il faut dire qu’à côté de ça, je travaille environ 70H par semaine et par pitié, ne me dites pas que je dois prendre « plus soin de moi » car j’aimerais bien, vraiment, mais dans la vie on ne choisit pas tout). J’ai eu des soucis de cycles.

Puis j’ai enchaîné sur une sorte de pré-ménopause ultra-précoce (avec des bouffées de chaleur vraiment épuisantes, surtout la nuit), une prise de poids certes lente mais régulière et inéluctable qui n’a fait que s’aggraver jusqu’en 2022 malgré tous mes efforts : sport tous les jours, repas très « sains »(mais visiblement insuffisants, sauf que je n’en avais pas conscience), etc.

Là, en 2022 j’ai consulté deux fois : une naturopathe très compétente, et un médecin. Tous deux m’ont annoncé que j’avais épuisé mon organisme et énormément ralenti mon métabolisme en lui imposant un rythme de fou sans le nourrir avec les aliments dont il avait absolument besoin pour que ses organes fonctionnent correctement. Ils m’ont dit que c’était un problème répandu chez les femmes très actives et passionnées, de surcroît croyant bien faire en mangeant « détox », « léger », « digeste », « hypotoxique », etc.

Bien sûr que manger sainement est capital, et si j’ai survécu à cette époque avec des journées où, je vous le promets, j’étais debout le matin entre 3H30 et 5H pour ne jamais me coucher avant 23H, c’est aussi parce que même si je ne mangeais pas assez, du moins ce que je mangeais était hyper nutritif, de vrais aliments vivants et bruts, sans aucune « calorie vide ». Mais j’avais bloqué mon organisme dans le mode « combat-fuite ». Je me réveillais très tôt avec une pêche de folie (preuve d’un excès fou de cortisol, mais je ne le savais pas), menait mes journées tambour battant. Jusqu’au jour où mes surrénales et ma thyroïde se sont effondrées (suite à mon premier covid exactement).  L’être humain n’est pas fait pour vivre longtemps en mode combat-fuite-famine. Il lui faut parfois du calme, du repos, une alimentation certes un peu frugale mais saine, nutritive et suffisante.

L’un des deux praticiens m’a aussi expliqué qu’il est possible de vivre en bonne santé en mangeant très peu à une condition : avoir une vie ultra, méga, giga, zen… passer ses journées à méditer, marcher dans un cloitre, cultiver un petit jardin, chanter, se reposer, le tout avec des horaires ultra-réguliers. C’est pour cela qu’entre autres, les religieux, ermites et ascètes tiennent le coup et vivent généralement très vieux malgré de grandes mortifications sur la nourriture.

Mais cela ne convient absolument pas à une mère de 6 enfants, ayant de surcroît un travail à temps (plus que) plein et des responsabilités énormes.

Comme je pense que vous êtes tout de même nombreuses à vivre dans le même genre de monde que moi, avec de grosses charges mentales, nerveuses et physiques qui pèsent sur vos petites épaules, alors tirez sur le jeûne en général, et le jeûne intermitent en particulier, les conclusions que vous pourrez ;).

Fausse « bonne idée » N°6 : Les régimes « sans »

On est parfois obligées d’en passer par là si une allergie ou une intolérance grave nous empêche de consommer tel ou tel aliment. Alors si c’est votre cas ne vous formalisez pas et continuez de faire au mieux.

Ce qui est problématique, c’est quand les régimes « sans » suivent des phénomènes de mode. Combien d’entre nous ont été mises manu-militari au régime sans gluten, sans lactose ou sans glucides par un naturopathe zélé sous prétexte que cela allait tout arranger, alors qu’en vrai les causes de certains symptômes sont à chercher beaucoup plus loin. Certes, on peut avoir l’impression que si l’on ne consomme plus, par exemple, de gluten, de lait ou de glucides, certaines choses s’améliorent. Mais il est dommage de s’arrêter à un simple camouflage des symptômes alors que le stress, les repas pris à la va-vite, un manque de sommeil ou de mastication, une dysbiose intestinale, une infection bactérienne ou une mycose, une ou plusieurs carences sont peut-être à la tête de telle ou telle pathologie qui nous complique la vie.

Car outre leurs cortèges de restrictions pas toujours faciles à vivre, les régimes « sans » ont aussi leurs limites. Je ne peux pas trop détailler faute de place (merci d’ailleurs aux héroïques lectrices qui sont arrivées jusqu’ici ^^), mais pour ne donner que quelques exemples pratiques :

  • 1/ Un pain bio fermenté au levain naturel (éventuellement de petit épeautre si l’on est un peu sensible au gluten), est véritablement un « super-aliment »… contrairement à la plupart des « pains sans gluten » bourrés d’amidons, d’adjuvants et d’améliorants divers.
  • 2/ Hormis le quinoa et le sarrasin, la plupart des céréales sans gluten (maïs, millet, riz, etc.) présentent un indice glycémique plus élevé que les céréales contenant du gluten (épeautre, blé, orge, seigle…).
  • 3/ Les personnes qui ne consomment jamais de produits laitiers peuvent, réellement, présenter des carences en calcium. Ce n’est pas un « complot » de l’industrie du lait, mais un fait sur lequel beaucoup de naturopathes sont revenus : il ne faut certes pas consommer trop de produits laitiers (risques accrus de cancers hormo-dépendants, acidification de l’organisme, problèmes ORL, surcharge hépatique, etc.) mais il en faut tout de même un peu. Bio, au lait cru, issus de bêtes pâturant dans l’herbe, idéalement réalisé avec du lait de petits ruminants à cause de sa charge hormonale plus minime. En quantité raisonnable, de tels laitages auraient même un effet protecteur sur la santé cardiovasculaire, intestinale, osseuse, cérébrale… je ne suis pas médecin, mais j’aime me renseigner. Moi, les laitages ne me posent plus de souci, ni d’un point de vue ORL comme ce fut le cas à une époque, ni d’un point de vue du poids. Mais je ne consomme qu’un peu de fromage de chèvre bio au petit déjeuner ou de grana padano dans mes plats, guère plus.

Fausse « bonne idée » N°7 : Se priver de glucides

C’est aussi hypeeeeer à la mode, mais dangereux. Se priver totalement de glucides, c’est vraiment faire violence à notre organisme. Car tous nos organes ont besoin de ce carburant, et il n’est pas vrai que le corps saura le « fabriquer » quasi miraculeusement. En tout cas, s’il le fait ce n’est pas sans conséquences (des accidents graves chez certaines personnes suivant une diète cétogène ont été très sérieusement documentés). Bref cela ne peut pas convenir à tout le monde, ni dans n’importe quelle situation.

Pour en revenir au cas d’une femme active et même un peu surmenée, la privation de glucides met à mal tout son système hormonal, son métabolisme, son moral et même sa bonne gestion du stress. Pour les mêmes raisons évoquées plus haut, le cerveau interprète cela comme une situation grave de guerre et de privations. Il va donc mettre assez rapidement tout le corps en mode combat-fuite, stocker toute l’énergie qu’il peut, mettre les organes considérés comme « non essentiels pour la guerre » en veilleuse, et certaines grandes fonctions passeront à la trappe.

Consommons certes peu de glucides (par exemple, si on mange du pain à un repas, nul besoin de rajouter une assiette de pâtes), mais au moins 3 voire 4 fois par jour, à IG bas, en lissant au maximum l’apport glucidique par le reste du bol alimentaire (acidité, matières grasses, fibres, protéines, etc. voire plus haut).

Le soir, on peut se contenter d’une toute petite portion (un fruit, ou 50g de glucides cuits) mais il en faut tout de même un peu. Oui, même pour aller dormir. Ne serait-ce que pour le métabolisme de base…

Fausse « bonne idée » N°8 : Ne pas consommer assez de protéines animales

Si c’est un choix que vous avez fait pour des raisons philosophiques, je ne critique pas. Je vois les choses autrement, mais je peux comprendre et je respecte.

En revanche, si vous croyez devoir le faire pour votre santé alors attention, cela nécessite de beaucoup nuancer les choses.

Car il s’écrit énormément d’absurdités sur la question.

Les mêmes magazines qui nous ressortent chaque printemps leurs inepties copiées-collées de l’année précédente sur la théorie des calories nous clament régulièrement « mangez moins de protéines animales », « mangez plus végétal », « végétalisez votre alimentation », etc. Et cela donne bonne conscience, ça fait bien, ça fait cool, ça fait vertueux. Sauf que là aussi il faut individualiser.

Si vous consommez des œufs au bacon sur de grandes tartines beurrées au petit-déj, puis une quiche lorraine + un steak de 200g et une île flottante à midi, puis un pot-au-feu le soir (un peu à l’image de nos anciens des « 30 glorieuses » ^^) alors oui, vous consommez probablement trop de protéines et de graisses animales. Surtout si vous restez assis une majeure partie de la journée.

Mais rappelez-vous, j’avais bien dit que cet article était pour les personnes croyant déjà faire « tout bien ». Celles qui, comme moi, ont peut-être même fait leur essai de végétarisme, et sont restées ensuite « flexitariennes ». Des protéines juste à midi, en toute petite portion. Très peu de laitages, juste 2 ou 3 par semaine…

Et là aussi, pardonnez-moi car je ne veux pas choquer, mais cela peut être insuffisant. Car les protéines et les graisses animales…

– Quand elles sont de qualité (bio, brutes, sans additifs tels que ce que l’on peut retrouver dans les charcuteries industrielles)

– Quand elles sont cuites avec respect (sans faire cramer les graisses)

– Quand elles sont mastiquées avec soin

– Quand notre « feu digestif » (et donc l’acidité naturelle de notre estomac) est bien en forme

-Quand elles sont variées (un peu de viande blanche, un peu de viande rouge, un peu d’abats, un peu de poisson, un peu de fruits de mer, un peu d’œufs fermiers, un peu de fromages au lait cru, mais pas tout ça chaque jour évidement ^^)

-Quand elles sont consommées en 2 ou 3 petites portions raisonnables et digestes tout au long de la journée plutôt qu’en un seul gros steak d’Obélix à midi.

… sont { attention, roulement de tambour, je m’apprête à dire quelque chose qui risque de déclencher un séisme…} de véritables « super-aliments » pour notre santé.

Et j’en vois d’ici qui bondissent ^^

Whaaaaat ???

Marie est folle ! On vient juste de nous dire que la viande donne le cancer !

Alors, déjà, en regardant les choses de près on s’aperçoit avec désolation que les « études » n’ont fait aucune différence entre une viande dégueu issue d’un bœuf élevé aux hormones et aux antibios (voire un jambon de porc élevé en bâtiment sur caillebotis puis conservé au sel nitrité), et un bon poulet fermier élevé dehors, à l’herbe et au grain. C’est grave.

Les « études » n’ont pas fait de nuance non plus entre une cuisson carbonisée au barbecue et une cuisson lentement mijotée en cocotte.

Or, ça je peux vous le garantir : savourer un œuf fermier avec son jaune coulant, ou un morceau de poulet élevé vraiment au grain et en liberté, c’est bien mieux qu’un morceau de tofu (perturbateur endocrinien très contre-indiqué chez les femmes ayant des antécédents ou une génétique prédisposant à certains cancers), de seitan (c’est du pur gluten !) et autres « steaks » ou «burgers » végétaux souvent tellement additionnés d’amidons que dans l’assiette, ils font autant figure de glucides que de protéines. Et je vous le dis d’autant plus tranquillement que très sincèrement, J’AIME le tofu (surtout fumé ou lactofermenté), les yaourts de soja, le seitan. Cela me manque réellement, mais je me porte beaucoup mieux depuis que ne n’en consomme plus.

Vous allez me dire « Et oui mais les protéines animales de bonne qualité, c’est cher ». C’est vrai (cependant pas plus cher que certaines spécialités végétariennes), et cela me navre. Mais si vous suivez par exemple quelques naturopathes engagés sur ce qu’ils appellent « l’alimentation ancestrale », vous verrez qu’ils donnent de bons exemples sur la façon d’introduire dans son alimentation un peu plus d’œufs fermiers, d’abats, de morceaux de viande moins onéreux, voire de produits de la mer (il suffit de 3 huitres par semaine pour faire déjà du bien à sa thyroïde, pas besoin d’en manger 12 !).

Et l’écologie ? Et la planète ? me direz-vous.

C’est un véritable enjeu : nourrir convenablement les êtres humains sans épuiser les ressources. Pour cela, il faudrait commencer par arrêter de construire toujours plus de magasins à la noix pour nous vendre des trucs fabriqués à l’autre bout du monde et dont on n’a pas du tout besoin. Comme le disait déjà Pierre Rabhi il y a bien longtemps, si l’on entourait nos villes de grandes ceintures vivrières (composées de solides écosystèmes fermiers inspirés de la permaculture et incluant à la fois des animaux, des céréales, des vergers et des légumes interagissant en un beau cercle vertueux) plutôt que des zones commerciales, ce serait beaucoup plus intelligent. Car pour vivre en bonne santé on a davantage besoin de carottes bio, de pain au levain et d’œufs de poules élevées en plein air que d’une 34ème paire de grolles à 12 balles ou même du dernier téléphone à 130 millions de pixels alors que notre vieux schnock de portable qui a « déjà » 2 ans fonctionne encore très bien…

Après, si l’on devait résumer notre consommation de protéines animales en 3 mots ce serait : qualité, régularité, tempérance. C’est en les savourant à presque chaque repas mais de grande qualité et en petite quantité qu’elles nous font vraiment du bien. Deux œufs mollets au jaune coulant, ou 80 à 100g de poulet ou de bœuf, ou un maquereau frais au repas de midi, c’est parfait. 1 œuf, ou quelques moules, ou 50g de blanc de poulet dans sa salade au repas du soir aussi. Et il faut savoir résister à l’envie de se resservir car voilà, parfois ce qui fait qu’un aliment est bienfaisant ou mauvais pour la santé dépend « juste » de si l’on s’en ressert régulièrement une deuxième portion…

Certaines personnes diront qu’elles digèrent mal les protéines animales (parfois ce sera plutôt les céréales, ou les légumineuses, tout dépend des gens). Cela vient d’un manque d’acidité dans l’estomac, induit soit par un stress chronique (encore…), soit une mauvaise mastication, soit trop d’eau ou d’aliments froids et humides consommés au repas, soit justement parce qu’on ne consomme pas assez de protéines et que du coup le « feu digestif » est en train de s’éteindre.

Je vous explique.

Que se passe-t-il lorsque vous ne mettez dans votre feu de cheminée que du papier journal ? Il va brûler vite, mais pas très longtemps, et si vous y mettez d’un coup une grosse bûche elle va étouffer le feu plutôt que l’entretenir. C’est une image pour comprendre ce qui arrive chez les gens qui ne se nourrissent habituellement que de végétaux et qui, d’un coup, vont tenter de manger une côte de boeuf…

Si vous voulez vous réhabituer à mieux digérer et assimiler les protéines, commencez par en manger un tout petit peu, et choisies parmi les plus digestes. Ce sera le « petit bois » que l’on enflamme avant d’ajouter les grosses bûches. Et puis petit à petit, en gérant le stress, en mangeant de tout (y compris des protéines animales et un peu de gluten, des légumineuses, des légume riches en inuline…) votre feu digestif formera de belles et solides braises capables de tout consumer, tout assimiler. Pour le plus grand bonheur de votre organisme.

Fausse « bonne idée » N°9 : Manger trop de fibres !

Contrairement à ce qu’on lit souvent, nous sommes faits non pas de ce que l’on mange, mais de ce que l’on assimile. Or trop de fibres cela empêche la bonne assimilation de certains nutriments. J’ai bien dit « trop » de fibres, car en soit les fibres sont précieuses à plus d’un titre…

Il faut aussi y prendre garde si l’on souffre du côlon, afin de ne pas aggraver l’inflammation, source de prise de poids.

Il y aussi ce fameux acide phytique, contenu par exemple dans le son du blé complet (neutralisé en grande partie par la fermentation au levain) et qui déminéralise l’organisme. J’aurais hurlé au scandale en lisant cela il y a 10 ans mais en fait, le pain ou les pâtes réalisés avec du blé semi-complet (T80 ou T110) vaut parfois mieux pour certaines personnes sensibles des intestins que le pain intégral… et oui, même s’il y a quelques points de différence côté indice glycémique.

Fausse « bonne idée » N°10 : Mettre « plein de trucs healthy dans son assiette »

On en voit passer, de ces jolis « bowls » colorés comme des mosaïques… c’est très joli ! Mais pas toujours très digeste.

En vrai, même s’il est important de manger varié et coloré (plus c’est coloré en vert foncé, rouge, jaune ou orange, plus c’est riche en antioxydants), il ne faut pas perdre de vue que si l’on simplifie nos assiettes, elles n’en seront que plus digestes.

Des légumes cuits à l’étouffés (ce qui ne les empêche pas d’avoir du goût s’ils ont mijoté par exemple avec des oignons et quelques aromates) + une portion raisonnable de céréales (pain complet, riz…) ou de pommes de terre (ou de patates douces, etc.) + une portion raisonnable de poisson, d’œufs frais avec le jaune coulant, ou de fromage, ou de viande non carbonisée, le tout arrosé d’un filet d’huile d’olive, ça c’est l’assiette par-fai-te ! Même pas besoin d’entrée, ni de dessert, tant mieux pour le budget ;). Et ça passera mieux qu’un « bouddha bowl » ultra instagramable avec du riz à la sauce soja, des dès de carottes crues et du chou rouge émincé, un pesto d’algues, des graines de lin, des haricots rouges, du tofu, des baies de goji séchées, des noix de cajou et des grains de grenade sur le dessus ^^.

Idem au petit déjeuner : même si chacun est différent, je peux vous garantir qu’un œuf à la coque avec un peu de pain au levain et de beurre cru, ou une tartine de fromage de chèvre avec de l’huile d’olive, ce sera probablement plus digeste (et ça vous tiendra tellement mieux au corps !) qu’un « smoothie bowl » composé de graines de chia gonflées dans du lait de riz, avec des flocons d’avoine, des morceaux de banane et des fraises arrosées de sirop de yacon sur le dessus. Quelle histoire pour digérer un tel micmac sans se transformer en ballon dirigeable ^^.

Il y aurait tellement de choses importantes encore à évoquer… la gestion du stress et des émotions, la « dignité » que l’on doit retrouver au moment de passer à table pour ne pas se laisser trop aller sans contrôle, l’importance capitale de laisser nos smartphones, nos télés et nos ordis (petite astuce : faites-les « garder » dans la pièce d’à côté par vos collègues les plus irritants, et ainsi la pause-repas sera vraiment un petit havre de paix ^^)… mais je n’ai jamais écrit d’article aussi long de toute ma vie et je suis en train de me dire que j’aurais mieux fait d’en faire un livre ^^

Mais il reste une toute dernière chose, importante. Faites-vous plaisir avec vos assiettes, car c’est la meilleure astuce pour persévérer à se faire du bien dans le long terme. Même lorsqu’on a peu de moyens, on peut trouver des petites choses qui mettent du pep’s dans la nourriture. Faire revenir un oignon dans l’huile d’olive avant d’ajouter ses légumes pour la soupe, rajouter un chouïa de grana padano (moins cher que le parmesan) et une pincée d’origan dans un grand plat de pâtes aux poireaux confits, mixer du pain rassis avec un peu d’huile et le rajouter sur un gratin pour « économiser le fromage » avant de le glisser au four… Et puis parfois, les aliments sains sont tellement bons qu’il ne faut pas grand-chose pour s’en régaler. Un œuf de mes poules, du pain grillé, un soupçon de beurre, du sel, moi je suis refaite !

Je suis passée par là, car je vous confie que nous avons vécu des années à 8 sur le seul salaire d’ouvrier de mon mari, alors autant dire qu’à l’époque on n’a pas vu souvent un pot de purée d’amande ou un rôti de veau ! Et pourtant les repas étaient joyeux, sains, simples mais bons et réconfortants. C’était souvent des plats uniques et complets, à base de pâtes complètes, de riz ou de lentilles en ingrédient N°1, mais avec des légumes et des protéines comme « complément ». Soit dit en passant, mes enfants sont maintenant grands, forts et en bonne santé, comme quoi ils n’ont pas trop souffert d’avoir été si souvent « privés de dessert » par la force des choses ;).

Vous avez donc toute ma sympathie et ma compréhension dans vos galères, et j’espère de tout cœur, par cet article, vous avoir un peu aidées.

Prenez bien soin de vous, et de ceux que vous aimez 🙂

Rechercher

N’en perdez pas une miette ! Abonnez-vous à ma newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. (Ça alors, je suis la première à commenter!)
    Merci pour ce long article qui donne beaucoup à réfléchir.
    Effectivement, avec les détails qui ne trouvent pas leur place ici, et agrémenté des sources et références nécessaires, ça ferait un livre très intéressant 🙂
    Je me bats depuis des années (depuis toujours, en fait) avec ces questions et ces injonctions et je soupçonne aujourd’hui que j’ai une inflammation chronique généralisée qui est peut-être le fond du problème, ou une bonne partie. Je ne sais pas si tu peux ou veux le faire, mais je serais intéressée par le nom de cette naturopathe… (Je n’habite pas si loin de chez toi, peut-être est-elle de mon côté??)
    Merci, quoi qu’il en soit!

  2. Et bien dis donc ma chère Marie, c’est une thèse que tu as écris ! Avec un temps de lecture supérieur au temps de douche de mon ado, c’est tout dire ! 🤪
    Je partage ton avis sur les injonctions insupportables des magazines sur le thème « summer body ». Nous sommes comme nous sommes, zut à la fin ! En tous cas merci pour ce long article qui remet les idées en place. Illustré par des photos sont sublimes… 😍

    1. Merci Marie pour ce bel article qui est exactement ce dont j’avais besoin. Comme toujours, c’est beau et bien dit.
      Si j’ai le moral un peu en berne, je viens faire un tour ici (depuis des années !) et je trouve toujours le bon petit plat, le bon mot ou la jolie photo qui me met du baume au cœur et le sourire aux lèvres. C’est bien sûr aussi toujours l’occasion de régaler toute la famille (j’ai d’ailleurs toute une collection de vos livres pour ça 😊)
      Merci pour tout !
      Philomène.

  3. Bonjour Marie
    Je ne vous remercierai jamais assez d’avoir écrit cet article dont j’ai lu chaque mot jusqu’au dernier. Je me suis reconnue dans toutes les expériences menées de régimes d’exclusion, d’excès de fibres, de suppression des glucides, de journées menées à un rythme effréné en « oubliant » mon corps, etc. Je crois que je suis passée par les 10 erreurs sans exception et je suis aujourd’hui épuisée. La lecture de votre article a été pour moi comme une sorte d’électrochoc et de réveil nécessaire. Le retour au bon sens et à la simplicité s’impose.
    Je lis vos articles et collectionne vos livres depuis plusieurs années.
    Pour tout le travail que vous réalisez, pour la qualité de vos photos et la finesse de vos écrits, pour l’inspiration que je trouve dans vos recettes, MERCI !

    1. Quel article chère Marie ! Oui vous auriez pu en faire un livre. Avec de jolies photos. Il est passionnant, j’ai tout lu d’une traite. J’espère le retrouver facilement quand j’en aurai besoin, une petite piqûre de rappel est toujours bonne à prendre. Personnellement, j’aime par-dessus tout les livres qui « traînent » sur une table, que chacun peut ouvrir et se laisser surprendre. Merci à vous pour ce temps pris pour nous. Votre grande générosité fait partie du plaisir que j’ai toujours à vous lire. Bonne journée à vous !

  4. Merci pour votre article ! Je m’interroge beaucoup sur mon alimentation en ce moment et ça m’aide à savoir vers quoi me diriger. Je n’ai jamais fait vraiment attention à ce que je mangeais mais plus le temps passe, plus je sens une envie profonde d’aliments plus sain, plus léger. (Et merci pour votre tour de hanches, je me trouve trop enveloppée et je me suis dis plus d’une fois que j’aimerais avoir la même silhouette que vous… Alors que j’ai sensiblement le même ! ^^)

  5. Un grand merci pour cet article pertinent et pointu ! Comme beaucoup je m’identifie à chaque point, je travaille déjà sur la plupart d’entre eux et ce rappel au bon sens et à la simplicité me motive à aborder les autres avec bienveillance.
    Encore une fois bravo et merci pour le contenu que vous nous procurer à travers blogs, réseaux sociaux et vos livres magnifiques (j’ai le bonheur d’en posséder quelques uns!!).

  6. Merci beaucoup Marié pour cet article très complet et, on le sent, écrit avec le cœur. Je me suis reconnue dans pas mal de fausses bonnes idées dont je suis revenue (La sagesse de la quarantaine ?). Je sens que j’ai un peu ‘gonflé’ ces temps ce mais je vais simplement être plus raisonnable… même si j’ai l’impression de tout bien faire, je crois que les p’tits plaisirs se sont additionnés ces derniers temps (de graves problèmes de santé m’ont fait réaliser qu’on ne vit qu’une fois !)

  7. Excellent article. Bravo et encore merci d’avoir pris le temps de nous expliquer tout cela. C’est très instructif sans être moralisateur. Merci à vous Marie.

  8. Encore une fois tu tombes à point! j’ai rendez-vous la semaine prochaine chez ma diététicienne, et je vais l’annuler (meuh non ! je rigooole) car tu as exactement le même discours qu’elle.
    Ton article est tellement rassurant, plein de bienveillance ! et surtout déculpabilisant.
    En ce qui me concerne, comme je fais de la couture , je dois connaitre mes mensurations : elles correspondent à un 46 (voire moins) en tour de poitrine, un 46 en tour de hanche, mais mon tour de taille correspond à un … 50 ! Cela veut dire plusieurs choses : 1- difficile dans ces conditions de trouver un vêtement en prêt à porter qui respecte mon corps de rêve… 2- Cela est le signe que j’ai trop de graisse abdominale et donc des risques cardio-vasculaires, AVC , hypertension (j’ai déjà), apnées du sommeil (j’ai aussi)… Si je m’en tiens à mon IMC je suis en obésité grade 1 🙁 80 Kg pour 1,61) enfin, j’étais, car j’ai perdu 2 kg Yes!!
    J’ai 66 ans, 5 petits enfants, et je compte bien les accompagner encore un moment si Dieu me prête vie. Alors, certes, je souhaite retrouver une silhouette harmonieuse, m’habiller comme je veux, mais mon but c’est de prendre soin de ma santé.
    J’ai donc pris quelques mesures : une alimentation équilibrée (grâce à toi) , ne pas me peser trop souvent , prendre mon temps, bouger, (je ne suis pas sportive mais je me suis mise au vélo d’appartement, et avec une bonne vidéo (en ce moment celle tournée dans ton jardin), je suis presque devenue accro…) Depuis ma fracture de la malléole, j’ai repris un peu le jardinage.
    En clair, j’ai décidé de profiter de ceux que j’aime (comme toi, j’ai la chance d’avoir un mari qui m’aime comme je suis), de faire ce que j’aime, de ne plus me prendre la tête avec tout ça.
    Merci, merci pour cet article. Et que tu ais un corps en poire , en pomme , en banane … tu es magnifique, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur!
    Je t’embrasse.

  9. Merci beaucoup Marie pour cet article si complet et passionnant dans lequel je me suis reconnue….J’essaie aujourd’hui de me libérer des injonctions et de vivre le plus naturellement possible….encore Merci pour tes conseils.
    Anne-lise (amoureuse aussi de son isere,sa plaine de la Bievre et des chambarans😉)

  10. Très chère Marie,
    C’est avec beaucoup d’émotion que je vous écris ce message. MERCI beaucoup pour ce long article lu jusqu’au bout. Oui vous devriez en faire un livre qui paraîtrait en février mars prochain et qui viendrait compléter la collection « écrit par Marie Chioca »!
    J’ai testé le fait d’avoir des assiettes plus simples mais non moins goûteuses et il est vrai que je ressentais une forme de paix intérieure pendant l’après midi. La digestion était grandement facilitée.
    Merci pour votre engagement, votre humour et votre sincérité!

  11. Bonjour, je suis venu à bout de ce long article qui a le mérite de remettre l’église au milieu du village (comme on dit). Effectivement, il est bon de ne rien s’interdire, mais de miser sur la variété, la qualité, le tout dans des proportions raisonnables. Ca ne fait pas de mal de le rappeler.
    PS: Je viens de recevoir votre livre sur la permaculture, une belle lecture en perspective.

  12. Un gros merci pour cette article qui vous a pris bcp de temps mais tellement enrichissant.
    Je voulais recommencer une cure de régime ‘so shape’ , ben je vais benner mes sachets restant.
    Je préfère suivre vos conseils. Manger sainement et ne pas me générer du stress supplémentaire. Aprecier ma cocotte ( merci pour le code Gourmandise)
    Milles merci.

  13. Bonjour Marie, après avoir lu le carrousel sur Instagram j’ai pris le temps de lire ton long article documenté. Très intéressant, très bienveillant. Il me conforte dans des choix et des constats que je fais depuis quelques temps. A une époque je me suis même sentie nulle de ne pas perdre de poids en suivant un programme de hiit où les témoignages de résultats incroyables étaient nombreux. Et puis je me suis tournée vers d’autres activités (pilates, musculation) et même si c’est toujours trop lent à mon goût 😆 je vois des changements sur mon corps et je me sens bien mentalement. Ce qui finalement est très important aussi. Depuis, j’ai lu que certaines activités pouvaient être bonnes à un âge mais pas adaptées à un autre (j’ai presque 49 ans). Et qu’en étant déjà stressée par ailleurs (travail et déséquilibre vie personnelle) certaines activités ne faisaient qu’augmenter le taux de cortisol et m’empêchaient de perdre du poids/des centimètres. Lire ça m’a permis de me sentir en paix. Et aujourd’hui je pense plus en terme de santé qu’en terme d’esthétique. Je fais des activités physiques car c’est bon pour ma santé globale, physique et mentale.
    Je voulais te dire aussi que je trouve que tu es une très belle femme rayonnante. Tu es bien sûr jolie mais par-dessus tout c’est ta bienveillance qui te fait rayonner. 😊
    Merci pour tous tes écrits et le temps que tu nous offres.

  14. Bonjour Marie,
    Merci pour cet article tellement plein de bon sens et qui fait « du bien » à lire. Je me suis reconnue dans tellement d’exemples que vous avez donnés. Certes, je ne suis pas allée jusqu’à tester le tout végétal, mais pour le reste, j’ai presque eu l’impression que j’aurais pu avoir écrit ce bel article (peut être pas aussi bien…lol). Après cette lecture, je me sens « moins seule » face à mes soucis (même si j’ai un mari adorable qui me soutient énormément face à mes différents soucis de santé), et c’est beaucoup, croyez moi!
    Excellente continuation!

  15. Merci pour ce très long et instructif et plein de bon sens article. Oui tu en a fait un pavé mais tellement peu par rapport à l’avalanche de messages minceur, santé, detox et autre régimes express sans parler des compléments alimentaires miracles. Merci pour tout ça. On oublie souvent que la course à la minceur va à l’encontre de la bonne santé et que de toute façon on regrosssit toujours c’est prouvé. Donc oui au bon sens, oui au plaisir, oui aux portions raisonnables, oui aux ingrédients locaux et de saison, oui à la variété et oui à l’équilibre. Chérissons surtout un corps en forme qui nous permet de nous bouger, en bonne santé et déjà tout ça est déjà un petit miracle. Je suis partante pour ton article 10 000 pas et 10 min poids/haltères. Je pense que j’ai besoin d’un peu de muscle mais la salle n’est pas pour moi ! Merci du temps précieux que t as pris pour rédiger cet article. Hélène

  16. Bonjour,
    J’ai tout lu avec intérêt, bravo pour ce long plaidoyer du bien être et bien manger Bien sûr je me suis reconnue dans plusieurs « erreurs », on croit bien faire!! Merci de nous remettre les idées en place. J’ai fait le cake aux oranges avec les oranges de ma copine niçoise, un régal!!!!

  17. Quel article chère Marie ! Oui vous auriez pu en faire un livre. Avec de jolies photos. Il est passionnant, j’ai tout lu d’une traite. J’espère le retrouver facilement quand j’en aurai besoin, une petite piqûre de rappel est toujours bonne à prendre. Personnellement, j’aime par-dessus tout les livres qui « traînent » sur une table, que chacun peut ouvrir et se laisser surprendre. Merci à vous pour ce temps pris pour nous. Votre grande générosité fait partie du plaisir que j’ai toujours à vous lire. Bonne journée à vous !

  18. J ai tout lu. Mais je vous suis depuis des années, j ai plusieurs de vos livres et je suis d accord à 100% avec tout cet article. Merci pour ces rappels qui ouvriront les yeux à certains je l espère.

  19. Merci pour cet excellent article (que j’ai lu en entier avec intérêt !) Je suis suivie par une naturopathe qui ne doit pas être trop mal car elle prend en compte pas mal d’aspects que tu évoques (et c’est la seule qui en 5 min a fait le lien entre toutes les merdouilles médicales que j’accumulais –> candidose). Mais même en sachant tout ça ce n’est pas toujours facile de tenir les consignes quand on est une maman qui, bosse, qui a 2h de trajets min au quotidien etc…. d’ailleurs en ce moment je suis en rechute avec « boulimie » de sucre et autres cochonneries 😞 je crois que le manque de soleil hivernal ne me réussit pas du tout !
    En tous cas après avoir lu ton article j’ai envie d’un oeuf ! 😄 (Mais je n’ai pas de poules dommage !) Et ca me motive aussi à me refaire des menus simples et corrects ! Y a plus qu’à…
    Bonne journée !

  20. Merci Marie, voilà un article « comme j’aime » mais sans détour, dans le plein sens du terme 😉.
    Une remise à l’heure des pendules très positive et tout en sagesse!

  21. Bonjour Marie,
    Je vous suis déjà depuis quelques temps sur instagram et les articles publiés ce matin m’on donné envie d’aller voir vôtre blog.
    Je suis en télétravail mais je n’ai pas eu la patience d’attendre ce soir pour lire ce que vous avez publié.
    j’admire votre travail et surtout votre générosité, votre passion pour la photo, j’ai l’impression de voyager en regardant vos publications.
    Tout simplement, ça me rend heureuse !!!
    Merci pour tout ce que vous faites et vos partages !!
    Grace

  22. Bonjour Marie, merci pour cet article clair et qui nous ramène à l’essentiel. Bonne journée, prends soin de toi.
    Francette

  23. Oh merci beaucoup Marie 🙏🏻
    Merci pour cet article plein de bon sens, et de bienveillance.
    Chacun de vos posts sur Instagram ou articles sur vos blogs me font beaucoup de bien !!
    Bonne journée 😊

  24. Un grand merci Marie pour cet article passionnant et rempli de bon sens. Et merci surtout pour tout le temps que vous avez pris (donné plutôt) pour l’écrire, je suis vraiment reconnaissante pour votre générosité, la qualité de vos écrits, de vos réalisations et de vos sublimes photos.

  25. bonjour Marie,
    Je me reconnais à 100% dans votre article.
    Il y a 10 ans environ que j’ai envisagé de modifier mon alimentation, et ce, pour toutes les « fausses bonnes idées » que vous évoquez.
    Il faut être conscient que lorsque l’on part de très loin, ces changements de mode de vie peuvent mettre un peu de temps à être assimilés.
    Mais quel soulagement, de retrouver un équilibre, de se sentir mieux dans « son petit intérieur ».
    J’ai moi aussi souffert très longtemps de douleurs intestinales intenses, de ballonnements gênants et douloureux du fait d’une alimentation chaotique.
    Il m’a fallu du temps pour analyser quelles étaient les mauvaises habitudes et les aliments indésirables et leur excès.
    Merci et bravo pour ce point, plus que complet, sur la question.
    Vous êtes précieuse, chère Marie.
    Amitiés du canton de Fayence.

  26. Merci merci merci Marie
    Oui merci de me conforter dans mes pensées. Depuis quelques temps j’ai adopté une alimentation saine pour améliorer ma santé et j’ai abandonné mon pese personne.
    En basant mon alimentation sur beaucoup de méditerranéens, de l’IG bas, vos livres de recettes et en introduisant quotidiennement un peu d’activité physique, je le sens en pleine forme et…. J’ai perdu du poids dans la bonne humeur.
    Bonne journée

  27. Un immense merci pour cet article plein de bon sens dans lequel je me retrouve entièrement ! Je suis maman de 4 jeunes enfants, obligée aussi de travailler de manière déraisonnable (à cause de ce système injuste qui fait que les artisans ne peuvent pas faire bouillir la marmite sans bosser comme des dingues… vous connaissez…), avec peu de moyens.
    Je me suis rendu compte avec le temps, qu’il était indispensable que j’arrête tout régime et toute restriction si je voulais tenir le coup au quotidien. Et franchement, avec les œufs de nos poules, la viande des fermes voisines, les légumes du maraîcher, du pain au levain maison, et des plats mijotés (parce que c’est quand même bien pratique), nous ne manquons de rien et nous nous régalons à chaque repas !
    Bon courage pour tout ! Et encore merci pour votre bon sens qui revigore !

  28. Merci Marie Chioca, j’ai des soucis avec mon nerf vagal qui est bloqué très gravement en combat et fuite.
    Cela me cause énormément de problèmes au quotidien. Le pire est la tachycardie posturale orthostatique et les intolérances à l’exercice et à la chaleur.
    Ma naturopathe m’a conseillé la diète carnivore. Cela fait 3 semaines. Je ne m’y fais toujours pas de manger que de la viande et de la graisse.
    Et pourtant, paraît-il que cela soigne énormément de maladies.

  29. Merci, merci, merci pour cet article, j’adhère ! Je suis arrivée aux même conclusions et si moi aussi, j’ai essayé de perdre à 3 ou 4 reprises, et ai réussi, je ne me bats plus, à cause de l’effet rebond, parce que je sais que je mange sainement, que je bouge, que tous les indicateurs indiquent une bonne santé, parce que Maman est en surpoids, que sa maman l’était aussi (et a bien vécu 96 ans), que Papa n’est pas mince non plus, parce que j’accepte que les choses soient ainsi…

  30. Merci Marie pour ce très bel article si détaillé.
    J’ai 4 poules et je me régale chaque matin d’un œuf coque. J’ai aussi un petit potager et je me régale des légumes (en ce moment ce sont les derniers poireaux). Il a beaucoup plu ces derniers temps et je n’ai encore rien pu faire.
    J’ai maigri en 2018-2019 de 13 kg en plus de 18 mois donc très progressivement en essayant de suivre les préceptes de la cuisine igbas et en voyant une Naturopathe qui faisait de la biorésonance.
    J’ai malheureusement regrossi en 2020 (confinements, stress dû à l’impossibilité d’exercer mon métier de musicienne…) et puis j’ai été ménopausée. Bref maintenant j’aimerai bien reperdre mais parce que je trouve parfois qu’un surpoids est difficile à supporter pour les articulations. C’est fatigant de porter en permanence un excédent équivalent à un pack de bouteilles d’eau…
    Ce n’est pas si facile quand on a une alimentation plutôt correcte, pas excessive dans les extrêmes . Mais bon j’ai 61 ans .
    Sur ce, je vais marcher !,

  31. Superbe article et superbes photos, comme toujours !
    Eh oui, « faire attention » à ce qu’on mange, pour éviter les excès et déséquilibres, mais surtout NE PAS CULPABILISER ! Parce que culpabiliser, ça ajoute du stress et le stress, ça favorise la prise de poids, du coup on re-stresse et re-culpabilise, etc. Depuis que j’ai compris que j’avais « le droit » de prendre plaisir à manger une petite « gourmandise » de temps en temps et que tout est dans l’équilibre global, mon poids s’est stabilisé, cela fait environ 25 ans maintenant. Bon d’accord, je me méfie de la ménopause qui va bientôt arriver, mais avec le jardinage et tes super recettes, ça devrait aller !
    Moi aussi à une époque je dormais entre 4 et 5h par nuit, et je pétais la forme en apparence, sûrement aussi à cause de tout le thé que je buvais. Et puis un peu après 40 ans le corps et la tête ont dit « stop » ! Grosse fatigue inexpliquée, tendinites à répétition, arythmie cardiaque, limite burn-out, etc. Alors on priorise, on relativise, on prend le temps de « bien » cuisiner, on essaie de faire pousser ses légumes, 7-8h minimum par nuit (8-9h c’est mieux), rooibos (sans théine) et infusions douces à volonté et on arrête d’essayer d’être wonder woman dans la vraie vie avec le boulot et la famille à gérer et un corps d’asthmatique-endométriotique de bientôt 50 ans ! Tant pis pour la poussière dans les coins et le tas de repassage ! Zen… Enfin, j’essaie !
    Bon courage à toutes et à tous et surtout, aimez-vous comme vous êtes !

  32. Merci Marie 🙏🏻 toujours très instructif de vous lire, et là c’est même libérateur !
    Je me sens détendue après vous avoir lue, décomplexée, ça fait tellement du bien ! Alors je vous le confirme : mission accomplie avec ce bel article !

  33. Bonjour Marie!
    Ahhh cet article je l’ai adoré et c’est vrai qu’il tombe a pic, car suite à des problèmes de santé , j’ai pris beaucoup de poids , et je me retrouve avec un corps que je ne connais pas, que je n’aime pas. Mais voila, pour maigrir , on a une quantité impressionnante d’informations qui s’offrent a nous et c’est difficile de faire le bon choix., que ça soit concernant la nourriture ou le sport.

    J’aime particulièrement le fait que tu abordes le sujet de la viande et je suis entièrement d’accord avec toi , de A a Z! ça me fait chaud au cœur de t’entendre parler avec honnêteté et lucidité, je dirai.
    Au plaisir de te lire,

  34. Merci !
    Il m’aura fallu 50 ans, et beaucoup de lecture, pour en arriver aux mêmes conclusions que vous. Et encore, moi, j’ai des progrès à faire.
    Votre long billet est passionnant, plein de bon sens et jamais culpabilisant.
    Je vais l’imprimer et le faire circuler.
    Et pourquoi pas un bouquin, avec vos délicieuses recettes et des idées de menus ? Je l’achèterais illico.

  35. Chère Marie, Un grand BRAVO pour cet article, synthèse encore une fois, écrite avec le talent qu’on vous connait. J’ai adoré la forme et le fond, tout y est ! La seule chose où je ne vous rejoins pas concerne votre auto-critique physique, votre beauté extérieure n’a d’égale que votre beauté intérieure Marie et la barre est haute, croyez-moi 🙂

  36. Ca fait plaisir autant de bon sens 🙂 Ma soeur est bonne soeur justement je peux témoigner là dessus. Et la vie sans excès, sans trop de stress aussi (faut bien l’avouer ça doit jouer), et je crois aussi que le rythme de vie qui change très peu (horaire pour manger, dormir, prier) et bien elles arrivent pratiquement toutes à plus de 90 ans les doigts de pieds en éventails ! Encore l’année dernière la doyenne de 110 ans pensait que « le Seigneur l’avait oublié ! » 🙂
    Pour ce qui est de « manger sans » je dois faire partir de ceux qui n’ont pas trop le choix, car retour du gluten = retour des douleurs. Le jeûne je pratique aussi mais je pense que c’est bien par période, pas tout le temps. Je pense aussi qu’il y a sans doute des saisons plus adaptées pour le faire, comme le printemps. C’est pas simple de trouver un bon équilibre 🙂 faut s’écouter.

  37. Bonjour Marie,
    Mon cheminement personnel et mon grand âge (67ans) m’a amenée aujourd’hui aussi vers le même genre de réflexion.
    J’ai toujours eu des problèmes de poids venant de ma terrible gourmandise plus que d’une mal nutrition . Je compensais par l’activité physique ce que je fais moins maintenant à cause de quelques problèmes mécaniques 😉.
    Je vous suis depuis longtemps déjà ( une dizaine d’années je pense ) et j’ai fait un tas de régimes, basses calories, sans gluten, sans sucre ( je n’ai jamais à faire réussi le jeûne intermittent) et suite aux frustrations toujours repris du poids .
    Je fais aussi un petit potager qui me fait manger des légumes bios de saison et qui me fait du bien moralement et physiquement .
    Actuellement je fais un régime plutôt igbas, en mangeant de tout modérément et sans compter les calories, je m’en porte très bien , me sens plus dynamique, meilleur moral et je maigris doucement .
    Un petit aparté, j’ai un faible pour les Poke bowl surtout au restaurant, car je les trouve plus sain et une meilleure alternative au burger frites et autres.
    PS: il me semble que ce n’est peut être pas le post le plus car vous avez l’écriture bavarde 🤣
    Catherine

  38. Bonjour!
    Adepte du manger de tout en quantité raisonnable c’est tout naturellement que je bois vos paroles . Vous me confortez dans mes convictions . Je suis infirmière et un medecin de mon équipe dit souvent que si le cerveau humain est à ce point évolué c’est grace a la diversification alimentaire et que supprimer un type d’aliments meneraient à un retour en arrière. Jeûner étant le pire car le cerveau est alors stressé (de ne plus recevoir d’énergie) et provoque un stockage dès qu’on se réalimente.
    Votre post me plait beaucoup!
    Merci pour toutes vos recettes aussi saines que sympas, je m’en inspire très souvent…et la finesse de vos commentaires ne gâche rien!!

  39. Bonjour merci pour votre sincérité et le non jugement. On sait ce quil faut faire pour prendre soins de soi dans la realite c’est autre chose . Belle journée Aurélie

  40. Bravo et merci Marie ! Encore un sujet de livre à développer : vivre bien avec un petit budget ! De mon côté, mon problème à gérer, c’est le cholestérol, bien que je ne sois pas enveloppée ni fane de charcuteries ni d’alcool. Et mon système hépatique qui n’a jamais été un foudre de guerre. Je vais tout de même mieux depuis que je mange mes légumes et les oeufs de mes poules, le tout en VRAI bio.

  41. Bonjour Marie,
    Merci pour cet article complet et plein de bon sens. Pourriez-vous simplement nous donner un retour de votre expérience des cures Cabot. Il y a quelques années vous en étiez très convaincue. Continuez-vous à faire ces cures ?

  42. Bien d’accord avec cet article, manger sain avec des produits frais et locaux et préparés pour varier les plaisirs c’est la base. Dans la logique anti gaspi et faire soi-même j’ai préparé récemment des peaux d’orange bio confites . Suite à cela j’ai une question sans rapport avec l’article , il me reste un sirop bien épais qui a pris le gout de l’orange. Je ne veux pas le jeter comment je pourrai l’utiliser ? pour sucrer des pâtes à brioches fouaces etc.. qu’en penses tu ? ou améliorer la texture des glaces ?
    Merci pour tes suggestions
    Lucette du 12

  43. Bien d’accord avec cet article, manger sain avec des produits frais et locaux et préparés pour varier les plaisirs c’est la base. Dans la logique anti gaspi et faire soi-même j’ai préparé récemment des peaux d’orange bio confites . Suite à cela j’ai une question sans rapport avec l’article , il me reste un sirop bien épais qui a pris le gout de l’orange. Je ne veux pas le jeter comment je pourrai l’utiliser ? pour sucrer des pâtes à brioches fouaces etc.. qu’en penses tu ? ou améliorer la texture des glaces ?
    Merci pour tes suggestions
    Lucette du 12

  44. Bravo pour votre article, souffrant d’inflammations j ai testé toutes ces fausses bonnes idées et résultats trop de légumes (ballonnements et ventre de femme enceinte à plus de 60 ans c’est pas sérieux et surtout cela influe sur l ‘humeur), abandon des yaourts et fromages, pas de lactose ( j ai ces intolérances depuis l’âge de 6 mois mais les pâtes pressées cuites m’ont toujours séduites et j’en ai dévoré sans souci jusque l’âge de 50ans) et limitation des céréales avec gluten, livre de cuisine sur les IG bas…. et boum je suis passée en peu de temps de l’ostéopénie à l’ostéoporose sévère, ….depuis peu j’ai adopté les yaourts et fromages chèvre et brebis et surtout abandonné la farine de riz et le millet, et oui le seigle et l’orge , les farines d’ épeautre et petit épeautre, quant aux amandes et noix cela m’irrite les gencives, hormis les noix de pécan et du brésil (un peu cher)…j’ai par contre limité le sucre dont je suis addict depuis ma tendre enfance..pas facile.. votre livre de pâtisseries sans sucre me tente …l’oeuf mouillette de notre enfance c’est un vrai plaisir
    encore merci pour ce chouette article

  45. Merci pour votre générosité de partager tout cela. Je suis bien d’accord avec vous! Retrouver le sens de nos choix et de nos actions.. beau printemps à vous!
    Marie Claude

  46. Bonjour Marie. Waouh encore un super article. Merci.
    Comme j’ai acheté beaucoup de vos livres ( en peu de temps😅) je me pose une question par rapport au soja…. Bon je n’en n’achète pas beaucoup. Mais je viens d’acheter du tofu soyeux pour faire un brownies 🤤 finalement je me demande si je vais le faire. Ah moins que ce soit comme pour tout. Si c’est de temps en temps et en quantité raisonnable.
    Je vous souhaite une très bonne journée.

  47. Bonjour Marie.
    Merci beaucoup pour cette réflexion certe longue à lire mais super intéressante.
    Je me suis reconnue dans vos propos et cela fait du bien de se remettre en cause.
    J’ai végétalisé mon assiette non sans conséquences néfastes pour mon organisme.
    Il ne supporte plus aucune légumineuse,graine(chia,lin),choux de toute sorte….et j’en passe…j’essaie à présent de me reconstruire non sans mal(insomnie,douleurs abdominales,sensation de faim permanente…..)
    Encore merci et continuez à prendre soin de vous ,de votre famille .

  48. Comme ça fait du bien de lire votre article ! J’aime votre humour combiné à votre bon sens. Je me suis tellement reconnue dans les divers régimes(suivie ou pas par un nutritionniste) en particulier j’ai connu les régimes hypo caloriques hyper déprimants quand on est gourmand, les dietes protéinées, avec les boissons vanille dans un shaker et manger uniquement de la salade comme un ruminant. Résultat : zéro sur le long terme car c’est une persecution du corps par ex je me suis bousillé le colon…

    ensuite, la nourriture vegan et ces fameux faux steaks qu’une amie sportive appelle « ma nourriture de piafs ». Dégueulasse. Ensuite le jeune intermittent. J’ai perdu 11 kg effectivement mais cela a causé un arrêt total de mes règles pendant 2 ans et de la fatigue. J’ai repris mes bons petits plats (bourguignon, daube, ratatouille) cuits en cocotte fonte en me servant dans un petit bol (j’ai toujours mangé comme 3 rugbymen). Et je ne suis plus en menopause. Étonnant ! Je ne compte aucune calorie, je mange de tout et je réduis simplement les quantités. Comme l’humain est capable de martyriser son corps pour des diktats de beauté qui curieusement ne correspondent pas aux idéaux masculins ! La marche et l’aquagym m’ont permis de me reconnecter avec mon corps au lieu de me battre contre lui et la méditation la musique et la cohérence cardiaque (respiration ventrale) de retrouver ma zenitude. Merci à Vous pour ces conseils précieux.

  49. Merci beaucoup pour ce passionnant travail.
    Je corresponds tout à fait au type de personne que vous décrivez. A force de vouloir bien faire on fait n importe quoi et mes intestins me le font savoir.

    Mille mercis

    Catherine

  50. Bonjour
    Merci beaucoup pour ce magnifique article.
    Et je vous rejoins qu’en voulant bien faire parfois on fait mal.
    Ici j’ai du re-mangé de la viande car après 2 ans et demi de migraines, je me suis dis c’est peut-être ca qui me manque, et bingo. Après j’ai des soucis de santé et je mange ce que je peux malheureusement et pas ce que j’aimerai.
    Belle journée à vous

  51. Merci Marie et bravo pour cet article fort intéressant. J’ai 65 ans , je suis passée par toutes ces fausses bonnes idées. Et je n’ai toujours pas cette taille S tant rêvée (lool) pourtant j’ai essayé
    Je ne suis ni en surpoids ni mince mais j’étais toujours obsédée par ces idées d’être mince , d’avoir une silhouette fine etc ,…bref. Donc cela m’a fait du bien de lire ton article que je relirai d’ailleurs 😊

  52. Merci Marie pour ce travail précieux, détaillé et tellement agréable à lire ( comme toujours !)
    Si tu n’existais pas …😅🥰…

  53. Bonjour Marie , toujours un vrai plaisir de vous lire, de nous faire partager vos réflexions , émotions , photos et coups de gueule , (tellement satisfaisants pour le lecteur ☺️! )Moi je note une tendance , pas enc’ore essayée et donc maintenant définitivement écartée ( ouf😆), le jeune intermittent ! Bonne journée Marie

  54. Article très intéressant, plein du bon sens qu’on semble avoir presque tous perdu .
    J’aime bcp l’image de ceux qui , sans être parfaits , ont le sentiment de faire tout comme il faut .
    Avec de la mesure , en diversifiant notre alimentation et en écoutant les réactions de notre corps ,nous aurons de meilleurs résultats sur notre santé et notre tour de hanches qu’en suivant les modes et les dictats. Merci pour ce retour d’expérience

  55. Merci Marie pour cet article réjouissant , je suis tellement d’accord avec vous ! Dans la ville où je vis ( Marseille) j’ai l’impression d’être entourée de nanas qui mangent toutes sans quelque chose , font 6h de sport par jours et se battent à longueur d’année contre leur âge … Il faut être à 57 ans ( c’est mon âge ) aussi lisse et musclée que si l’on en avait 30 . Et nouvelle lubie ici aussi , la nage en eau froide 😱😱. Bref époque de dingue , pour moi qui ne rêve que de slow life – que je pratique autant que je peux – mais en me sentant parfois très seule 😂. Bonne journée Marie vos livres aux si belles photos m’accompagnent depuis longtemps

  56. Bien chère Marie Chioca,
    vous m’avez bien surpris par ce bel article. Vous nous parler de nourriture terrestre et nous inondez des bienfaits de votre âme bien-veillante et bien vivante. Je m’en suis repais sans modération. Un peu long pensez-vous? Un repas gastronomique nous tient forcément un peu plus de temps à table qu’un repas pris sur le pouce, mais c’est là toute la vertu de l’équilibre; un peu plus aujourd’hui un peu moins demain, dynamique, pas statique. C’est mon jardin qui va apprécier ce matin car je ne vais pas avoir besoin de me remplir l’esprit plus avant. Je suis repus, en mode satiété bienheureuse! Un mot du menu de la part du mangeur que je suis: il est sain (honnête), équilibré (documenté), savoureux (nuancé, drôle, éclairant, sans lourdeur, nutritif), restructurant (tant le mangeur que son assiette, le 1er trop souvent oublié dans ce domaine). Un régal! Vous êtes une hôte merveilleuse. Votre cuisine des mots véhicule vos valeurs et c’est bon. Elle est aussi belle, généreuse et poétique que votre cuisine présentée dans vos magnifiques publications. Soyez remerciée pour tout ça. Mère-veilleuse! Je ne voudrais pas bousculer votre modestie mais si je n’honore pas la beauté et la bonté qui vous anime, alors autant quitter mon clavier pour aller au jardin. D’ailleurs, ceci étant dit, je peux maintenant y aller …tel Tom Bombadil, plume à son chapeau, la joie au cœur et au ventre, non sans vous avoir souhaité une très belle, une excellente journée! Merci d’être! Daniel

  57. Merci , Merci , Merciii !! Lu jusqu’au bout , avec beaucoup d’intérêt !! On se sent bien mieux après cette lecture .. 🙂
    Bravo pour ce travail de recherche et ce partage d’expérience …
    Prenons soin de Nous !!

  58. Merci merci Marie pour cet article /post/lettre ! Quel travail et quel enthousiasme..En tout cas ,ça m’aide beaucoup et remet l’église au milieu du village ! Du bon sens ,de la joie ,de l’amour ,du plaisir ! Nous sommes ce que nous mangeons ne l’oublions jamais !
    J’adore toutes vos lettres ,vos photos ,vos livres ..c’est beau et me ravie l’œil et le cœur et grâce à vos conseils j’ai un joli potager.J’habite à mi temps en Thaïlande et je rêve d’y avoir également un potager ,tout pousse très vite là bas ..
    Continuez de nous faire rêver ..
    Et merci pour vos précieux conseils et surtout d’avoir pris le temps de les écrire pour notre plus grand bonheur.
    Amitiés de julie (une fan !!)

  59. Bonjour Marie,
    Un publication qui fleurit juste à temps sur Insta et que je lis ce matin sur ton blog! Merci Marie pour toutes ces précisions et ces confidences qui me décomplexent un peu! 😉 Je te souhaite de pouvoir passer un peu plus de temps avec ta grelinette dans ton merveilleux jardin!
    Je te souhaite une belle journée.
    Bises du Béarn.

  60. Bravo pour cet article super intéressant et plein de bon sens que je m’empresse de transfèrer à mes filles. J’ai moi même essayé plusieurs de ces « régîmes » différents suites à un diagnostic d’une hypercholestérolémie familiale. Le résultat a été catastrophique le cholestérol n’a pas baissé par contre ma digestion est devenue un enfer ayant même des répercussions sur mon physique (douleurs musculaires , malaises…). Comme vous je viens d’arriver à la conclusion que je le régime méditerranéen avec des produits de qualité bio et local est surement la façon de s’alimenter la plus saine . Mais lorsqu’on est déréglé le chemin de la guérison peut être long et il faut de la patience . Bravo encore à vous pour cet article qui devrait être lu à l’école par tous les jeunes gens . Cela devrait faire partie de l’éducation. Bien cordialement
    Valérie

  61. Bonjour je suis d accord avec vous comme je vous suis et achète vos livre je pense que vous changer d avis sur beaucoup de choses que vous avez mis en pratique et je vous ai suivi par vos recettes et les aliments à consommer je m aperçois que l on peut changer d avis c est très courageux et je vous en félicite.Bonne journée à vous. Et je vous suis toujours avec beaucoup de plaisir.Mme Zeyssolff Thérèse

  62. Long, certes ! Mais passionnant et plein de bon sens, super ! Et merci… et bonne journée super active🤗😋, Camille

  63. Très impressionnant !!! Un document de grande qualité ( à conserver ) : recherche des informations et leur synthèse , l’analyse, le partage …. On ne peut que vous dire MERCI… et inviter les nutritionnistes, diététiciens, médecins, journalistes… à le lire rapidement.
    Après, je reste sur ma faim quant aux bons moyens de maigrir de 5 kgs excédentaires qui se sont accrochés désespérément autour de ma poitrine et de ma taille ces dernières années.
    Merci pour la qualité de vos propos et pour votre générosité.

  64. MERCI beaucoup vraiment pour CHACUNS de ces points!!! nombreux me parlent !! surtourt la « meme experience » avec le Jeune et le sport intensif!! des journées extremes! depuis mes 20 ans et là à 42 ans : malgré comprehension je sui sen automate certes beaucoup restreins tout comme mon organismes : maladie epuisée, seule et perdue !! kg en plus surtout et spirale dont j en arrive a sortie sauf chose sport qui est plus doux moins intense(culpabilité) mais ………
    merci pour ce rappel j espere arrivé au declic et perdre ces kgs

  65. Wouah ! Un grand merci Marie pour tous ces partages, une mine d’or d’informations.
    Oui, vous pourriez effectivement écrire ✍️ un livre sur ce vaste sujet qui finalement concerne tout le monde. 🙏

  66. Bonjour
    Merci pour cet article en effet cela fait bcp de bien de lire des choses sensées…
    Beaucoup de personnes devraient les prendre en compte ( gente masculine) se sentir concernée 😂😂😂

  67. Coucou Marie
    Je te remercie sincèrement pour cet article très enrichissant et qui clarifie un peu et même beaucoup tout ce qu’on peut lire, entendre.
    Je suis d’accord avec tout ce que tu écris, et tu m’as appris encore des choses que je ne savais pas ou que je pensais bonnes à faire.
    Faisons nous plaisir mangeons sainement simplement faisons de temps en temps un écart en l’appréciant surtout pas en culpabilisant (c’est le pire) notre corps le comprend.
    Faisons de l’exercice qui nous convient quotidiennement si l’on peut mais régulièrement.
    MERCI MERCI pour TOUT ce que tu FAIS.
    Et je lis toujours tes articles avec grand plaisir.
    Je t’embrasse très fort.
    Jacqueline

  68. Bravo pour ce long article!
    Je suis naturopathe mais avant tout Femme: ne lisons pas cette presse dont les articles vendeurs de sommeil nous imposent des diktats à l’extérieur de nous,
    Cultivons le lien, voyons nos amies, nos soeurs, soutenons-nous, discutons, partageons,
    Et cultivons la joie: manger de bons produits, de tout, comme il nous fait plaisir,
    Comprenons nos comportements parfois trop extrèmes,
    Asseyons nous avec une bonne tasse de thé, et laissons fondre le chocolat en « fondant de plaisir ».
    Belle journée!

  69. Tu es tout simplement croquante et inspirante Marie 🙂
    On se régale quand tu te lâches et ça nous fait un bien fou.
    Merci d’avoir pris le temps de remettre le clocher au milieu du village.

  70. Merci Marie.
    Excellent article.
    Il devrait y avoir de nouvelles matières (pour tous) à l’école : nutrition, economie/finance et gestion de l’information.

  71. Un énorme merci pour ce magnifique article qui m’a fait un bien fou ! Je suis naturopathe mais mon activité principale est de proposer des séjours de jeûne et randonnée en Corse, durant lesquels j’essaye de sensibiliser les gens à leur alimentation, les aider à revoir leur assiette … comme vous, je suis passée par toutes les cases et je me pose beaucoup de questions actuellement sur mon assiette. De grand ruminant, je reviens depuis quelques mois à des assiettes plus proteinées et glucidiques et m’en porte mieux. Mon jeûne intermittent est devenu deux tranches de pain au levain au petit épeautre avec deux œufs coulants des poules de mes voisins… quel bonheur quotidien ! C’est encore loin d’être parfait, je joue encore du trombone et mon ventre est rond et mon transit paresseux…
    Je vais m’appuyer sur votre article pour faire une conférence à mes clients.
    Quant aux bénéfices d’une semaine de jeûne annuelle dans tout cela, je me questionne aussi. Pour le pratiquer et l’apprécier, je constate que c’est souvent un starter de motivation pour changer d’alimentation chez beaucoup de mes clients, mais c’est aussi un régime express annuel pour d’autres …
    J’ai beaucoup aimé votre approche et votre humour, ça mériterait un livre !!
    À bientôt Marie, prenez soin de vous et si vos pas vous mènent en Corse, vous êtes la bienvenue.
    Bonne journée
    Flavie

  72. Mais que ça fait du bien d’être comprise ! Enfin quelqu’un qui me ressemble. Votre article me fait un bien fou. Toutes ces « modes alimentaires » nous ont détruites et quand je pense à ma vie de petite fille (nous étions 6 enfants, un père ouvrier, une mère au foyer) nous mangions moins que maintenant, par la force des choses, plus sainement aussi (on mageait bio sans le savoir) et pourtant nous étions en bonne santé. Comme quoi piocher dans ses souvenirs remet les choses en place. Une vie plus riche financièrement nous permet plus d’excès que nous payons en retour, de bourrelets et de physiques disgracieux. Ahhh le progrès… Juste garder en tête, de la mesure dans tout ! Se faire plaisir de temps en temps, manger équilibré et se bouger un peu. Et quand le moral tombe dans les chaussettes se rappeler que des gens connus comme Catherine Deneuve ou Brigitte Bardot et d’autres se sont, elles aussi, bien « épaissies » en prenant de l’âge !!! Et elles assument au lieu de s’affamer comme tant d’autres. Comme quoi il faut savoir s’accepter comme on est. Bigre, moi aussi j’ai fait le commentaire le plus long de ma vie. Belle journée et merci pour vos belles photos et votre joie de vivre.
    Bertille

  73. Bonjour Marie et un vrai grand merci pour cet article. J’ai appris plein de choses et me suis retrouvée aussi (oups) dans certaines erreurs… depuis plus de six mois je ne mange plus ni féculents ni céréales d’aucune sorte, pas de pain etc. j’ai perdu bcp de poids sans difficulté et cela fait très plaisir. Mais je reconnais que je traîne une incroyable fatigue que je comprends mal. et le moral un peu dans les chaussettes, sans compter que des rides sont apparues moi qui avais de sacrées bonnes joues. Mais je suis coincée car pas envie de retrouver mes kilos, pas plus que de re- consommer des patates 😉 j’ai mis assez de temps pour m’en déshabituer, ce n’est pas pour tout recommencer. Alors vieillir ou (re)grossir… telle est ma question.

  74. La notion de « feu digestif » est un leitmotiv essentiel de la médecine chinoise. En tant que praticienne, j’organise avec une collègue tous les ans « une cure idéale en médecine chinoise » pendant laquelle nous insistons sur l’importance de bien manger pour bien assimiler et nos recommandations croisent à de nombreuses reprises celles de cet article.

  75. Merci beaucoup, Marie, pour cet article passionnant que j’ai lu avec grand intérêt et qui va avoir une place de choix dans ma cuisine.
    Vous nous remettez les idées bien en place. Continuez à nous donner autant de bons conseils et d’excellentes recettes.
    J’ai tous vos livres, mais n’ai pas Instagram. J’attends donc vos blogs avec impatience. 🥰

  76. Bonjour
    quel article de bons conseils, merci à vous
    bonne journée au plaisir de vous lire
    ce midi à table, champignons frais en salade, lentilles à l’espagnole ( saucisses fumées, chorizo) fromage blanc et poire et voilà

  77. Waouh, j’ai lu ton long article et me suis régalée, merci pour ces conseils et illustrations, ton humour encore
    Bises

  78. Quel article!!!! mais quel bon sens !!!! je suis tout à fait d’accord avec toi, moi qui était diabétique, qui ne le suis plus grâce à une alimentation variée, à indice glycémique bas ou modéré, plus souvent bas…. mais depuis 12 ans maintenant, plus de diabète!!! une bonne santé et surtout le bonheur d’avoir su changer mes habitudes alimentaires. Pas de prise de poids depuis 12 ans, j’étais avant mon diagnostic à 56 kg, avec le changement d’alimentation, je suis descendue à 46g, c’est toujours mon poids, je sais un peu maigre, mais je me sens tellemment bien.

    Suivez bien les conseils de Marie, faites ses recettes qui sont toutes plus délicieuses les une que les autres avec des bons produits, au début de mon changement d’alimentation, ce sont les desserts qui me manquaient le plus, mais avec l’aide des recettes de Marie, je réalise des gâteaux avec des farines intégrales là je suis intransigeante…. j’ai toujours remplacé les farine Type 110 par de l’intégrale en y ajoutant un peu de bicarnbonate de soude alimentaire et du citron ou du vinaigre de cidre pour obtenir des gâteaux plus aérés.

    Merci Marie d’avoir diffusé ton article, je souhaite que bon nombre de tes « fans » soit conscient des bienfaits qu’il peut apporter à chacun d’entre eux

    Bises chaleureuses
    Ellenna

  79. Bravo Marie pour ce bel article instructif afin de remettre les pendules à l’heure.
    Les « régimes » sont tellement personnels que parfois c’est criminel d’écrire des articles sur les régimes pour tous.
    Beaucoup d’expériences et de bon sens. Chacun se retrouve et s’adapte au mieux.
    Merci pour ce long article et d’avoir pris du temps pour l’écrire. Je suis sûre qu’il va aider beaucoup de monde.
    Belle journée Marie. Des bises

  80. Merci Marie pour cet article bienveillant, bien documenté et riche d’expériences. Je me reconnais tellement dans toutes ces erreurs ! Je « ressens » depuis quelques temps ces conclusions intuitivement mais sans savoir comment l’expliquer et surtout y remédier. Mais maintenant je comprends mieux et vais pouvoir agir 😉. Merci pour tout ce que tu nous partages. Je suis une collectionneuse (et « offreuse ») de quasi tous tes livres alors il y a matière à rectifier mon alimentation !

  81. Bonjour et merci, cet article tombe à point nommé en premenaupose depuis 2 ans ( 😝 j’en peut plus 😜😜) j’ai repris tout le poids que j’avais perdu il y a 5 ans , votre article me conforte dans le fait que je prends la bonne direction. Merci. Christine.

  82. Enfin l’article que j’attendais ! Mille mercis Marie d’avoir consacré votre temps pour nous qui croulons sous les injonctions, de déconstruire toutes ces idées reçues.
    Je déclare cet article d’Utilité Publique à afficher partout à commencer par ma cuisine.
    J’attends avec impatience la suite….. ou le livre !!!

  83. Alors là, chapeau bas ! Mais que ça fait du bien de lire des trucs pleins de bon sens !!

    Je connais presque tout (j’ai quand même trouvé qqs infos de plus top) mais vraiment bravo, on devrait donner cet article à l’école. Je vais largement partager en tous cas 🙂

    Bonne tambouille 😉

  84. Merci Marie pour cet article que je valide à 100%. J’espère qu’il permettra à beaucoup de gagner du temps et d’épargner à leur corps tous ces combats-fuites! Manger bon et de qualité sans oublier de se faire plaisir est la clé pour une silhouette et un mental au zénith.
    Un onzième petit conseil serait d’éviter les édulcorants sous toutes leurs formes. Un sucre intégral non raffiné sera toujours meilleur pour la santé même si son ig est élevé

  85. Article très intéressant qui remet un peu l’église au milieu du village. Des rappels importants, sensés, et merci de ne pas diaboliser les protéines animales. Je préfère le poisson à la viande mais j’en mange quand même au moins deux fois par semaine car je sais que mon corps en a besoin. Le soir, par contre, c’est vrai que je mange presque toujours végétarien (avec ou sans protéines végétales mais en aucun cas des produits ultra-transformés), car je dors mieux (je digère mieux).
    J’aimerais bien réduire un peu les produits laitiers (base vache) mais j’ai encore un peu du mal.

  86. Bonjour Marie,
    Un ENORME MERCI d’avoir mené une telle réflexion et recherche.
    Avoir pris le temps et l’énergie d’écrire le résultat de votre expérience et de vos recherches est un immense cadeau que vous nous faites.
    C’est toujours un moment de bonheur de lire vos articles …. même si je le fais parfois en mangeant 😉
    💖

  87. J’adore cet article tellement trop long qu’un livre sur le sujet, je l’achète aussitôt !
    Forcément, ça me parle tellement qu’aujourd’hui, je ne sais même plus QUOI manger !
    Merci Maria !
    Annie B.

  88. bonjour Marie , bravo , tu es une véritable encyclopédie en matière de nutrition , j’ai beaucoup de difficulté avec la viande hormis la viande blanche , depuis ton article sur la cure cabot ,j’ai acheté le livre et je pique tes recettes, de même poiscaille!!et ton livre sur le poisson est parfait
    je ais finir par installer une étagère pour tes livres !!!
    merci encore Marie et prend soins de toi!!

  89. Je partage complètement vos idées et elles correspondent à ce que nous avons vécu en famille et vivons actuellement en retraite … hyper active !… Nous avons 84ans 1/2 et 76 ans. Nous avons eu 5 enfants. Je travaillais à l’extérieur à temps presque plein sauf le mercredi pour moi et un mari en continuels déplacements sur la France entière. A cela il faut ajouter nos nombreux engagements à des postes de responsables pour certaines associations. Vie pépère on ne connait pas ce sera dans l’Eternité je crois …
    Aux fausses bonnes idées dont vous parlez, il faudrait, me semble t-il, ajouter un maître mot : accepter de cuisiner. Mais aussi, acheter des produits bruts et de qualité, bannir les produits transformés. Pour moi, particulièrement depuis qlq années je cuisine bcp les plantes sauvages, au moins deux repas par semaine hiver comme été. Au printemps je n’achète pratiquement pas de légumes sauf ail, oignons. C’est un régal, variétés assurées en fonction des saisons, tout bon pour la santé et le porte-monnaie… Tout bénéfice… Pas de risque de pénurie dans les rayons en cas d’épidémie ou de grèves des transporteurs…. On ne peut pas demander mieux !..
    Merci Marie pour vos articles, tjrs très intéressants.

  90. Ouf ! 😀 je suis arrivée à la fin. Que de sagesse alimentaire. Mais tu vas te faire lyncher par toutes les mégères pseudo scienti machin chose mdr. Bref, que du bon à lire. Ça fait du bien. Bonne continuation de la part d’une diabétique qui se retrouve à nouveau dans le tourbillon du trou noir. Bon après la descente, il y aura la remontée lol.

  91. Merci Marie!
    …d’avoir pris le temps de « fourcher » (oui, avec une fourche… j’aime bien l’idée) toutes les bien-pensances nutritionnistes qui nous assaillent avec l’arrivée des beau jours et de l’incontournable maillot de bain!
    …d’avoir témoigné de vos propres tâtonnements…ça n’est pas si fréquent au pays des « wonders »!
    …d’avoir mis l’eau à la bouche à la gourmande que je suis, sans scrupules… juste un peu de bon sens, d’intelligence et de créativité!

  92. Bon Jour à Vous.
    Dans votre discours, tout est bon, rien à jeter ! ! !
    Merci, non pas pour moi, je suis adepte, mais pour tous ceux qui vous entendent ! ! !
    Née en 1951, j’ai du recul.
    A bientôt et grand merci encore.
    Je vous nomme ministre de la santé et ministre de l’agriculture qui, je le pense depuis toujours, devraient être un même et unique ministère.
    Michèle

  93. Bravo Marie,
    Je suis tellement d’accord avec vous, du bon sens, des bonnes choses, et un peu de bon vin, j’insiste un peu et bon, de l’exercice aussi et on vieillit sans surpoids ni cholestérol, ni tension … avec un bon sommeil et l’envie de vivre longtemps pour profiter du printemps !
    Bonne continuation, vous êtes exceptionnelle, vive les femmes !
    Laurette

  94. Il manque la numéro 11 !
    Je vous adore Marie Chioca avec tout votre fantastique univers.

    Et, ce n’est pas une fausse bonne idée, c’est une VRAIE.
    Nilse

  95. Merci beaucoup pour ce très bel article très inspirant et qui remet les pendules à l’heure
    Je me sens déjà mieux après avoir lu toutes ses astuces faites de bon sens finalement
    Prenez soi de vous Marie
    Annie

  96. Bonjour Marie, un GRAND MERCI pour cet excellent article. Merci pour ta générosité, pour ta bienveillance et ce partage. Je suis tellement d’accord avec tout ce que tu dis, il faut revenir à une alimentation simple, naturel, équilibré, comme ta mamie disait « il faut un peu de tout….. ». Qu’on mange un peu de viande, si possible BIO et de la région est certainement mieux pour notre santé et moins polluantes que de faire venir des aliments de l’autre bout du monde. Et effectivement, ce n’est pas facile de garder le bon sens, nous sommes bombardés avec des idées de régimes de plus en plus farfelus, la mode, qui veut nous mettre dans des maillots de bains taille 34 ☹, des programmes sportifs à l’extrême et…et…et. Alors de lire tes magnifiques textes nous font du BIEN 😊.
    Je profite également de te remercier pour les belles photos de ton petit protégé 😉 En voyant ces images, ça me rappelle tant de souvenirs. Nous avons eu 2 Oies cendrées, qui nous ont fait 4 fois des petits. C’est absolument merveilleux ! Malheureusement le jar et l’oie sont devenus la proie d’un renard. Il nous reste 2 jeunes de l’année dernière, qui me suivent dans le jardin ! Je connais le problème des pieds. Nous avons eu un petit canard avec le même handicap, on a fait comme toi, rattaché avec des élastiques et ce qui a bien aidé, c’était la « Balnéothérapie » !!! On l’a mis dans l’eau régulièrement, sans élastique, pour muscler ses pates !
    Encore merci pour tout ce que tu fais et ce que tu es !
    Je te souhaite une très belle journée
    Ruth

  97. Merci pour ce grand recap’ qui remet les pendules à l’heure! Votre témoignage est précieux. Il y a tant de « dogme » sur la bonne façon de manger qui fleurissent de partout et depuis si longtemps, qu’on y perd son latin et le bon sens alimentaire si je puis dire …

  98. Bonjour Marie, quel plaisir de te retrouver !
    Je t’ai lu d’un bout à l’autre et je t’avoue que je ne me suis pas rendue compte de la taille de l’article ;
    Ah le jeûne intermittent… moi aussi j’en suis revenue. Je me suis épuisée aussi, alors que je pensais que ça allait régler tous mes petits soucis de la cinquantaine tassée.
    Les années ont passé depuis l’époque où tu m’avais gentiment créer une brioche ig bas !
    Et je suis toujours en bataille avec mon poids, enfin j’ai un peu lâché l’affaire mais ça ne me plaît pas tellement.
    Tout ça pour te dire qu un prochain livre plein de bon sens comme cet article sera dans ma bibliothèque quand il sortira. Pourquoi pas avec cette fois ci des idées de menus ? Il rejoindra ma collection.
    Cet article tombe très bien.
    A bientôt Marie.
    Portes toi bien, et bonnes fêtes de Pâques à toute la famille.

  99. Bonjour Marie
    Un énorme merci pour avoir eu le courage de cette news-letter
    Je vous suis depuis longtemps, j’ai tous vos livres, et depuis 40 ans, je navigue dans tous les régimes « sans »,dans l’espoir de perdre des kilos…
    J’adhère totalement à toute cette longue lettre. Grâce à vous j’ai appris à me méfier des produits industriels, à connaître l’IG bas, à reconnaître des produits de qualité et à comprendre qu’il faut de tout un petit peu..
    Aujourd’hui,j’ai toujours trop de poids, mais j’ai trouvé mon équilibre et mon plaisir dans mes repas et j’ai toujours beaucoup de joie à vous lire
    Merci!!
    je suis une grand-mère de 82 ans.née pendant la guerre et j’ai mis très longtemps à découvrir légumes, viandes et poissons..
    Prenez soin de vous,.josiane

  100. Merci Marie pour tous ces bons conseils ! (Et le temps passer à les écrire pour nous les transmettre)
    J’ai récemment visité la maison de Léonard de Vinci au clos Lucé où j’ai appris qu’il avait décidé à la fin de sa vie de ne manger que quand il avait faim. Ça m’a semblé être également un bon conseil, même si c’est parfois difficile à appliquer dans nos vies bien rythmées 😉

  101. Merci beaucoup, Marie, pour cet article si nourrissant 🙂 et plein de bon sens…. ça fait du bien !!!
    Que penses-tu maintenant du RDF (régime de drainage du foie) dont tu as quelquefois parlé dans ce blog ?
    Le suis-tu toujours ? Deux fois par an ? Ou est-ce un régime que tu ne recommanderais finalement plus aujourd’hui ?
    Merci d’avance pour tes bons conseils !

  102. Oh Marie si tu savait ce que ton article me fait du bien
    tu devrai les éditer ou écrire un livre
    j ai lu récemment là ou chantent les écrevisses j ai retrouvé cet amour des mots
    qu’ il y as sur ton site (je le recommande aux amoureux de la nature)
    perso je me défini a géométrie variable c est tout 😉
    merci pour ta prose et ton amour du bien manger
    et de la vie
    bisous et bonne soirée

  103. Merci Marie pour votre franchise et votre courage, j’ai fait aussi pas mal s’essaie ces 10 dernières années avant de comprendre que je devais écouter en premier mon ressenti, mes envies. Je suis moi aussi maintenant flexivore même si j’avoue encore de temps en temps me laisser bercer par les sirènes qui prônent tel ou tel aliment, je reviens vite à la raison. Bravo !! pour avoir pris le temps d’écrire ce fabuleux article si détaillé et si bienveillant.

  104. Merci beaucoup pour votre article très riche en informations. Pouvez- vous m’expliquer le paragraphe?  » L’ajout, dans le même bol alimentaire, d’un aliment acide (citron, vinaigre, levain dans le pain, aliment lactofermenté…), d’une protéine (sauf les laitages peu égouttés et peu affinés, lesquels augmentent au contraire la glycémie à cause de leur indice insulinique important, ce serait trop long d’expliquer cela en détail ici), d’une matière grasse, de fibres. »
    C’est en mélangeant le même bol alimentaire d’un aliment acide, d’une protéine, d’une matière grasse et de fibres que nous élevons notre indice glycémique, ou alors c’est le contraire? Je suis perdue…
    Merci par avance.

  105. Que j’ai aimé ton article Marie, je l’ai lu jusqu’au bout sans en perdre une miette. Je te remercie de partager si généreusement ton expérience. Cela me rappelle les conseils des anciens, si sages, si raisonnables , pas influencés par le marketing à l’époque. Merci . Merci. Tu ne s tellement raison

  106. Formidable ! Ca fait plaisir de lire un bel article comme le votre et apporte un reel soulagement apres tous les bombardements mediatiques et medicaux qui nous culpabilisent constamment depuis notre adolescence. Ce n’est pas qu’en Europe, je peux vous le dire. Ici en Australia il y a un sentiment de honte qui s’abat sur la gens des que le tour de taille ou le « BMI » qui est Body mass index depasse le chiffre mythique auquel tous les medecins se referent. Ce resultat est froid, methodique, mathematique, peut etre astronomique 🙂 bref il ne prends pas la dimention humaine environnementale, notre age et les epreuves hormonales que nous avons subi, dans son calcul. A chaque fois que je vais chez mon medecin et qu’elle lit le resultat de la balance et de mon tour de taille, elle soupire… Nous mangeons depuis toujours sur le rythme mediterranean qui nous convient parfaitement, je cuisine presque tout moi meme, je commence meme a faire ma propre moutarde car ici la moutarde est trop sucree, je fais du velo, natation, marche (moderement je l’avoue) et ne bois de l’alcool que lors de repas au restaurant ou avec des amis et pourtant, je suis en « surpoids » et je culpabilise, j’envie les femmes minces, je n’aime pas mon corps puis je m’habille avec des vetements genre montgolfiere pour paraitre plus legere. En consequence je peux vous assurer que de lire vos experiences, votre belle rhetorique me donne du baume au coeur, voir du baume au corps comme vos recettes d’ailleurs, merci Marie

  107. Bonjour et merci pour ce morceau de bravoure que j’ai lu en entier et qui offre des pistes intéressantes frappées au coin du bon sens, mais pas que… Je suis un jeûne intermittent depuis cinq mois et ai opté pour la formule un repas par jour. J’ai perdu 7,500 kg en trois mois. Mais depuis deux mois, mon poids est bloqué à 77 kg. Cela dit, je mange de tout et ne me prive de rien. Mais suite à la lecture de votre article, je vaus effectuer certains ajustements. Encore merci. J’adore votre blog et votre humour. Cordialement.

  108. Bonjour Marie,
    Merci pour votre bel article fort intéressant ! D’autant plus qu’il rejoint ma propre expérience. Comme vous, j’en suis arrivée à l’assiette unique simple, équilibrée et mesurée , en prenant éventuellement vers 16h ce qui aurait pu être un dessert, heure à laquelle notre corps assimile mieux le sucré.
    Merci encore d’avoir pris le temps pour ce partage de réflexion.

  109. Merci pour ce grand recap’ qui remet les pendules à l’heure! Votre témoignage est précieux. Il y a tant de « dogme » sur la bonne façon de manger qui fleurissent de partout et depuis si longtemps, qu’on y perd son latin et le bon sens alimentaire si je puis dire …

  110. Merci beaucoup Marie pour cet article qui nous (me) déculpabilise beaucoup … Plutôt « flexitarienne » par goût et par dimension du porte-monnaie, je « craque » régulièrement sur un-dîner-où-je-mange-mal-n’importe-quoi à cause de … la fatigue, la vie en solo, l’âge et les soucis
    Alors je te lis et ça me fait du bien ! Le matin, le midi et même le gouter, je fais tout « plutôt pas mal » avec très souvent tes recettes ou recommandations (avec tes bouquins) mais le soir ça se gâte
    Je vais essayer de déculpabiliser surtout

  111. Bravo pour cet article qui remet l’alimentation à sa juste place: le plaisir et la santé qu’elle nous procure. C’est toujours un bonheur de lire vos articles, merci pour celui ci. Très belle journée, Marie et continuez, vous m’enchantez chaque fois que je vous lis.
    Anne Marie

  112. Bonjour Marie,

    Article-livre (!) épatant ou l’art de synthétiser, l’expérience perso et la bienveillance se tirent la bourre Oh shocking…!de nombreuses années de lecture de votre blog – sans jamais passer à l’acte car je suis une gourmande invétérée fan de crème, de beurre et d’huile d’olive et que JAMAIS les nombreuses nutritionnistes consultées non réussi à convaincre de mettre la pédale douce sur le gras, mais je crois que vous ,avec votre humour et votre bon sens vous avez fait mouche. Un printemps ,un été radieux et une Marie vont pulvériser mes 5 petits-mais tenace- kgs en trop. Merci.

  113. Bonjour Marie,
    Vous êtes passionnante et tellement censée. Je vous suis depuis de nombreuses années et j’ai quasiment tous vos livres. Aujourd’hui je suis diplômée en nutrition santé avec une approche holistique et raisonnée telle que je l’ai lue dans votre article.
    J’aimerais tant convaincre et aider toutes ces personnes qui ont déjà des pathologies, celles qui pensent bien faire avec ces fameuses idées reçues que vous avez parfaitement décrites mais aussi celles qui ne ignorent ou refusent de voir que leur alimentation est totalement déséquilibrée voir dangereuse!
    Au plaisir de vous lire à nouveau,
    Bien à vous
    Sylvie

  114. Je viens de lire votre lettre transmise par une amie : félicitations pour ce travail de recherche, très bien documenté et expliqué ! J’approuve tout et je le dirais plus simplement : de tout, un peu ! Bon courage pour vos prochains articles. Anne

  115. Chère Marie
    Tu es ,une fois de plus, merveilleuse au travers de ton article; j’adore ton humour croustillant ^^et rigolo !
    Ton article est vraiment intéressant et tellement vrai ! Ayant de gros problème de poids ( depuis un burn out en 2014 ) ce que tu écris m’apporte beaucoup de bien être , de sagesse et une certaine émotion .
    Du fond du coeur je te remercie d’avoir pris sur ton temps, qui combien j’imagine est très précieux, pour apporter un peu de clairvoyance et d’apaisement
    Merci Marie !!!

  116. Quel magnifique article Marie!
    Quelle somme de travail de collationner tout ça!
    Je ne peux qu’approuver ce que tu écris. J’ai suivi (i̵l̵ ̵y̵ ̵a̵ ̵p̵a̵s̵ ̵m̵a̵l̵ ̵d̵’̵a̵n̵n̵é̵e̵s̵) enfin, il y a très longtemps je veux dire :)) des cours de diététique énergétique (donc basés sur la règle des 5 éléments) et ton article en est quasiment un résumé parfait plus encore beaucoup d’autres précisions très importantes!
    Franchement félicitations, je suis vraiment admirative de tout ce travail!!!
    Un gros bisou de Belgique :))

  117. Bonsoir Marie,
    Merci pour votre excellent article – j’ai bien ri 😉 et tout ça n’est que l’illustration de tout le réconfort dont nous avons besoin pour mener notre vie tambour battant et quoi qu’il advienne !
    Merci encore – et sachez que je pratique et partage cette même philosophie.
    Bien à vous,

  118. Marie, incroyable ton article!!! Merci d’avoir pris le temps de partager ton expérience et tes connaissances! Je me reconnais pour certains points…. Maintenant je suis plus indulgente avec moi même, et je m’en porte mieux! 😉 Bisous Marie!!

  119. Merci beaucoup Marie, moi j’aime tes longs articles et moi aussi je vote pour un livre…mais je ne voudrai pas rajouter ca à tes journées surchargées, alros déja garder cet article en note c’est déja pas mal. Il rejoint mais en parfois plus compréhensible le livre « du bon sens dans notre assiette ».
    Et il est pile d’actualité car alors qu’on a toujours fais attention à notre alimentation, mon mari vient de se faire poser des stents à 54 ans donc on essai de tout remettre à plat pour trouver ce qui cloche…ton livre sur l’alimentation méditerranéenne vient donc de rejoindre nos étagères.

  120. Bonjour et merci pour ce bel article, intelligent, sincère.

    Après de nombreuses années de végétalisme, je suis redevenue omnivore. Ce choix a été très difficile car je l’avais fait pour des raisons éthiques. Vous abordez assez (trop) rapidement à mon goût cette question mais je conçois que l’article n’avait pas ce but, mais j’ai tout de même du mal à imaginer une planète avec des milliards d’habitants se nourrissant tous les jours de produits animaux. Mais bon, c’est un autre débat. Depuis que j’ai fait ce choix, en mangeant de la viande de boeuf (nourrie à l’herbe à côté de chez moi – pas évident à trouver partout en France mais il y a des systèmes de livraison à domicile), et régulièrement des abats, je me sens mieux. (en suivant les avis de personnes suivant l’alimentation ancestrale ou Weston-Price, notamment)
    J’ai un doute considérable aujourd’hui sur le fait que l’alimentation végétalienne soit réellement totalement bonne pour la santé, surtout quand on est une femme, car nous perdons du sang tous les mois, et en réalité je n’arrivais pas à mon quota quotidien de fer en étant végétalienne (ni de zinc, (très anti-inflammatoire) d’ailleurs le foi et cœur en sont riches…). Même s’il faut comparer ce qui est comparable, et certainement que manger vegan, bio et équilibré est tout de même meilleure qu’être omnivore et manger industriel, fast food, et produits animaux d’élevage intensifs….Et plus beaucoup de mondes ne mangent d’abats de nos jours. En tout cas, je constate effectivement que beaucoup de femmes souffrent de malnutrition (bien que pensant bien faire et de l’extérieur paraissant en bonne santé, jusqu’à que ce qu’un jour le corps lâche, ou petit à petit…) Je bannis également le jeune intermittent ! Un médecin américain que j’apprécie le déconseille, en invoquant le fait que nous sommes massivement en manques d’un grand nombre de nutriments, il nous faudrait plutôt manger…davantage, et mieux !

    Je me questionne sur votre critique de pesto d’algues et de graines de lin, elles sont réputées très bonnes pour la santé.

    Bon cheminement de santé et bon appétit à toutes et tous 🙂

  121. Bravo! Mille fois Bravo!!! Je suis allée jusqu’au bout de ce magnifique cours magistral ( je me
    croyais dans l’amphithéâtre de l’Université que je fréquentais il y a …. plus de 50 ans) et j’opinais du bonnet à chaque vérité annoncée…. Je ne me lasse pas de suivre tous vos écrits et vos recettes alléchantes que je partage avec mes filles et mes ami(e)s. Merci de faire du bien à tous ceux qui vous suivent…. Continuez à dispenser votre humour et vos bons conseils devenus indispensables au fil du temps!..
    Bien amicalement à vous

  122. Chère Marie.

    Toujours le bon sens en action !!!!!!!!!!!
    Merci pour cet « Immense » article si documenté !!!! Il est toujours bon de remettre les pendules à l’heure, tellement d’horreurs nous sont balancées comme vérités pseudo-médicales………..Même quand on croit faire bien, on finit par s’y perdre ou préparer toujours les mêmes choses, surtout quand on doit supprimer des aliments de base (gluten, lait animal, soja……..) pour des raisons de santé !!!!!!!! MERCI encore de tout votre temps pour nous aider à mieux être et mieux vivre en bonne santé !!!!
    Prez soin de vous. Bon jardinage.
    Chère Marie, je vous embrasse. Bien affectueusement. Mireille.

  123. Wahouuuuuuu!
    Merci Marie…. Merci pour ce long article où je me retrouve en parti.
    Cela fait du bien tant de mesure et de tempérance par rapport à notre mode d’alimentation dans notre monde de fous…
    J’ai mis pas moins de une semaine à trouver le temps de te lire correctement pourtant je n’ai que deux enfants…😆
    Juste encore une fois un immense merci!!!

    Mathilde

  124. Merci beaucoup pour ce partage, je vous suis depuis de nombreuses années et je suis toujours ravie de vous lire. Beaucoup de vos recettes m’inspirent au quotidien. Votre façon de penser et de vivre sont tellement en accord avec ma propre façon de voir la vie de tous les jours ; merci, merci, merci.
    Cordialement
    Marie-Claude

  125. Super article (j’ai tt lu 👍).
    Pleins de vrais constats qui mènent tous à : foutez nous la paix !!!

    Manger correctement en se faisant des petits plaisirs, manger de tout sans excès, ni privation… Voici ma doctrine (assez semblable à la tienne apparemment).

    Merci à toi pour ce contenu si riche

  126. Vous êtes magique ! Merci ! 🙏 Ça fait du bien de lire quelqu’un qui ne verse pas dans les extrêmes alimentaires et qui sait visiblement se faire du bien.

  127. Merci pour toutes ces vérités que l’on oublie si vite quand les pantalons ont rétréci au lavage …
    J’adore manger et je me rends compte que je ne grossis que quand je fais « attention » ou quand je stresse de voir le résultat de quelques écarts sur la balance. La clé c’est bien sûr la diversité et la qualité, et de ne pas se laisser aller à la facilité de déjeuner ou diner « sur le pouce … et surtout comme vous le dîtes, se faire plaisir !
    Merci Marie pour tout ce travail, pour votre Instagram que j’adore, pour vos recettes, pour votre humour, pour votre simplicité, pour vos magnifiques photos, merci d’être qui vous êtes.

  128. Merci pour cet article génial !
    Ça fait un immense bien de lire un discours mesuré dans ce monde complètement démesuré….

  129. Merci pour cet article tellement complet, dans lequel on peut se reconnaître et qui nous aide à nous sentir apaisée vis à vis de nous-même.
    J’ai décidé, pour ma part, d’écouter mon corps. Il sait ce dont il a besoin, en gardant à l’esprit un juste milieu, un équilibre et des produits sains. Parfois, il a besoin de protéines animales, parfois juste d’une petite soupe.
    Et tant pis, si je n’ai plus le poids, que j’avais dix ans auparavant…
    Encore merci pour ces conseils et ce bon sens.

  130. bonjour Marie,

    Merci pour ce superbe article.
    Depuis que j’ai découvert votre site et vos livres (j’en possède et j’en offre beaucoup), ma façon de cuisiner et le contenu de mes placards ont changé. Et je me sens mieux.
    A l’issue de votre article, je souhaiterai approfondir certains points abordés.
    Pourriez vous me conseiller des livres, des sites ……?
    Merci beaucoup pour votre aide, votre engagement.
    Bonne journée.
    Emmanuelle S.

  131. Très intéressant, merci pour cet article complet qui m’a bien éclairci les idées ! Avec toutes ces modes alimentaires qui s’enchainent et se contredisent, on ne sait plus où on en est ! Comme vous le dites, souvent le plus simple est le mieux !

  132. Bonsoir Marie
    Merci infiniment pour ton article très complet et qui tombe à pic pour moi…64 ans et une petite prise de pds insidieuse au cours de ces dernieres années et depuis ma retraite. Je ne suis pas habituée à cette nouvelle silhouette, plutôt mince depuis longtemps!
    Tes propos ont raisonné et je vais imprimer ton article pour relire ce qui va m’aider à me reprendre en mains! Merci et toujours ravie de te lire…Bizettes, Cavatine

  133. Merci, merci, merci pour cet article. Plus je lis de livres sur ce sujet, plus je me sens perdue dans la jungle du manger bien pour vivre en bonne santé longtemps. En résumé de votre article, je dirais : retrouvons le bon sens paysan!
    Nous sommes tellement privilégiés dans cette abondance de nourriture, que nous oublions les vraies valeurs. Merci encore

  134. Bonjour Marie! Superbe article, merci beaucoup, j’ai beaucoup appris! Bravo pour avoir sauté à pieds joints dans ce sujet très très épineux… Je voulais juste ajouter quelque chose sur le régime cétogène, qui est si à la mode en ce moment: c’est un régime qui a été créé par des médecins pour des gens souffrant de maladies spécifiques (certains types d’épilepsie par exemple) et nécessite une surveillance médicale pointue pour ne pas être nocif pour l’organisme. C’est dangereux à faire tout seul! Surtout si les conseils ne viennent que de magazines qui ne se donnent pas la peine de vérifier leurs sources. On risque de se ruiner la santé!

  135. Bonjour Marie et merci pour cet article que j’ai lu en deux fois entre hier soir et maintenant…. Mais à la base, je chercher juste une recette de crème brûlée pour manger un petit dessert occasionnel ( 4ans qu’on a arrêté les desserts en tout genre à la maison) ce soir après notre sousoupe de brocoli.
    Un petit plaisir quoi.
    Je suis dans ce cas où après avoir pesé 91kilos je suis descendue à 67kilos ( trop rapidement peut-être) en faisant du sport ( 45 minutes à 1h30 parfois/jour) endurance poids haltères et en mangeant IG bas. Malheureusement, j’ai dû arrêter plusieurs le sport car à force de forcer, je me suis fait mal : dos flingué, chevilles, genoux… Bref. Je suis remontée doucement jusqu’à 80kilos. Je m’étais mise à faire du hiit à fond et rebelote, je me suis flingué un pied. Désormais, je continue le hiit, 1fois par semaine, des séances d’endurance plus courtes( 20minutes) et je vais me balader avec mes enfants dans le marais à côté de mon bâtiment ( mais je ne compte pas mes pas)… J’y vais plus cool.
    Concernant les repas, la simplicité ok pour moi… Mais va dire ça à mon homme : il nous fait des plats avec 40 ingrédients différents dedans ( ceci dit, c’est bon la plupart du temps… Méme si j’ai mis mon véto sur la galette de sarrasin au chèvre miel andouillette de guémené gruyère jambon… C’était trop pour moi). Et va lui dire de manger moins de barbak… Hier encore, il s’est enfilé 380g de viande rouge au dîner! Et il ne conçoit pas qu’on ne veuille pas en manger autant que lui ( bon, j’avoue, je me suis avalé 3 oeufs mollets, j’avais faim).
    Et je sais, ce qui me fait grossir… Ce sont TES gâteaux… J’en fais tous les jours! Je sais bien que même si c’est IGbas, il ne faut pas en abuser… Mais à 16h, bim un muffin et les mardis soirs, vendredis soirs, samedis soirs devant un film BIM! 2 ou 3 muffins ( pour les cookies, c’est plutôt 6) alors que je n’ai pas faim. Depuis une semaine, j’ai arrêté d’en faire parce que ça devenait grave. Je faisais des gâteaux en bocaux par 12 ou 18 sous prétexte de passer moins de temps à faire du goûter à mes quatre enfants en rentrant du boulot… La vérité c’est qu’avec ça, j’étais sûre d’avoir ma réserve de gâteau du soir. Je suis une toxico de tes gâteaux.
    Tout ça pour dire que ton article est très intéressant car tu fais la part des choses: « c’est bien mais ». En gros, il faut être raisonnable… Et ça ça va être le gros du travail me concernant.
    En attendant, je vais aller faire mes crèmes brûlées en pensant à toi et me balader avec mes filles après l’école en pensant toujours à toi ( à ce roman que tu nous as pondu) mais sans compter mes pas.
    Bonne journée à toi

  136. Bravo et Merci Marie d’avoir osé écrire et expliquer ton chemin vers une alimentation santé ! Ton texte me parle vraiment , pour ma part j’ai suivi quasiment les mêmes étapes pour des raisons non pas de poids mais de santé. J’en suis arrivée aux mêmes conclusions que toi sans toutefois oser reprendre du gluten. Peut-être une prochaine étape !
    Merci pour ce que tu es ?

  137. Merci pour ce bel article que j’ai pris le temps de lire pour en savourer l’humour et l’intelligence. Ça fait du bien de foutre la paix à son corps et à son mental.

  138. J’ai dernièrement découvert, à ma grande surprise, que le soja est allergène. Comme j’ai reconnu sur moi nombre des symptômes identifiés, j’ai abandonné les aliments qui en contiennent et je sens vraiment une différence. (Mais c’est une tannée car ce désagrément s’ajoute à d’autres allergies à cause desquelles j’ai déjà dû renoncer à pas mal de choses.)

  139. Votre « long » article est passionnant et tellement réconfortant ! Parfois on ne sait plus ce qu’il faut manger et faire avec tous ces « sans »… et finalement gardons un peu de bon sens tout simplement. Et si vous en faites un jour un livre je suis preneuse ;-)) déjà en possession d’une bonne partie de vos livres de cuisine (pas de permaculture je n’ai pas de jardin mais malgré tout abonnée à votre autre blog-). Bien à vous.

  140. C’est si gentil à toi Marie d’écrire cet article! Et tu as tout à fait raison, la seule chose qui marche vraiment quand on a un métabolisme de gros, c’est à dire que manger équilibré ne suffit pas, c’est de mâcher, jusqu’au bout de chaque bouchée. En tout cas c’est mon expérience. Je ne suis pas obsédée par mon poids mais plus j’ai de kilos et plus j’ai mal aux genoux, et en plus je déteste renouveler ma garde robe.
    J’espère en tout cas que ta petite santé va comme tu veux, en dépit de ton hyperactivité naturelle (et un peu obligée).
    Et aussi merci de rendre hommage aux vrais bons maris qui nous aiment comme on est, voire plus que nous mêmes : quelle chance on a quand on en a un!!!
    Plein de bises ma chère Marie

  141. Bonjour Marie,
    Mille mercis pour cet article qui fait le plus grand bien. J’ai passé toute ma vie à chercher l’alimentation parfaite : végétarienne, puis végétalienne, puis flexitarienne, puis healthy, puis j’ai fait de multiples cures pour le foie, les intestins, … pour finalement être toujours aussi mal et apprendre à 55 ans que j’ai une maladie auto-immune qui m’a détruit le foie. J’en ai tellement lu que j’en étais arrivée à ne plus savoir ni quoi ni quand ni comment manger. Ma maladie m’a déculpabilisée, a libéré mes repas mais je dois faire attention à ce que je mange et éviter tout ce qui est industriel. Vos livres ne sont jamais bien loin, ils me suivent depuis très longtemps. Ils m’ont toujours ramenée à l’essentiel : cuisiner du brut de qualité et se faire plaisir. Ils m’aident au quotidien dans la préparation de mes repas qui sont plus compliqués à gérer maintenant.

    « je n’ai jamais écrit d’article aussi long de toute ma vie et je suis en train de me dire que j’aurais mieux fait d’en faire un livre » : et bien, n’hésitez pas, foncez !!! je suis sûre que, comme les autres, il sera topissime et deviendra un incontournable.
    Encore merci et bonne continuation à vous (j’attends avec impatience, comme toujours, la sortie d’un nouveau livre de votre part).

  142. Merci pour cet article qui est d’utilité publique. Cela fait un bien fou de lire quelque chose de sensé au milieu de toutes les publications aberrantes qu’on trouve sur la toile !

  143. J’ai pu regarder votre vidéo sur votre potager. J’ai été touchée par votre naturel, votre équilibre m, votre simplicité, votre douceur et votre gentillesse. Je me suis bien demandée comment une femme comme vous pouvait assumer tout ce que vous faites, j’ai trouvé la réponse dans cette phrase:  » Dieu multiplie le temps de ceux qui Le servent « .
    Bravo et merci pour ce que vous apportez.

  144. C’est en cherchant des recettes que Ma fille qui souffre du syndrome des ovaires polykystiques a découvert vos livres et s’en est servie pour son alimentation et ma fait découvrir par la même occasion vos recettes et vôtre article et maintenant je comprend beaucoup de choses moi qui ai toujours eu des problèmes alimentaires.
    Je vous remercie de prendre le temps d’écrire pour nous et cela pour notre bien être et cela gracieusement.
    AMICALEMENT Isabelle Joubert ♥️♥️♥️

Vous avez aimé ? Découvrez aussi :

Vous cherchez des ustensiles pour cuisiner sainement? Faitouts Ecovitam, extracteurs de jus Kuvings, Roaster… Je les utilise au quotidien depuis 10 ans !

10% de réduction sur tout le site !

10%

de réduction sur tout le site !

En utilisant le code promo  GOURMANDISES