Bienfaits ancestraux des bouillons d’os

Je reconnais qu’il y a sur ce blog certaines recettes plus glamour que d’autres, mais avec l’article d’aujourd’hui vous allez voir on tombe très bas ^^

Mais c’est pour votre bien ! (Promis)

Car cela fait des années que je chouchoute égoïstement ma santé avec des bouillons d’os (que l’on appelle aussi bone broth, le terme anglo-saxon qui fait moins peur ^^) sans oser vous en parler de crainte que vous ne me preniez pour une sorte de Gargamel des cuisines. Et si j’ai finalement osé sauter le pas, c’est parce que les bénéfices sur la santé sont trop fabuleux pour passer à côté !

Pour introduire la question, je vous cite ce qu’en dit la célèbre naturopathe Jennifer Hart Smith :

« Les bouillons de légumes, de poulet, d’os (ou bone broth) ou de coquillages constituent une base particulièrement vertueuse à la fois pour la santé et l’environnement (…). D’un point de vue santé, les bouillons d’os permettent de capter le collagène et la glutamine présents dans les os et les tissus animaux conjonctifs. Ils nourrissent notre peau, nos ongles, nos propres tissus conjonctifs, reminéralisent l’organisme en apportant des oligo-éléments comme le phosphore, le calcium, le magnésium, le silicium, le soufre. Le bouillon d’os a la particularité d’apaiser et de régénérer la paroi intestinale grâce à la glutamine qui consolide nos entérocytes (cellules intestinales). On y trouve aussi des acides aminés : de la glycine, de la proline, de la glucosamine et de la chondroïtine qui permettent de lutter contre la porosité intestinale, prévenir les problèmes d’arthrose, et de rhumatismes à court terme. En effet, en cuisant longtemps, l’os se déminéralise et libère ainsi tous ses minéraux dans le bouillon. Cet effet est accentué par l’ajout de vinaigre pendant la cuisson Tous ces micronutriments ne sont bien sûr pas présents dans les cubes industriels gorgés de graisses saturées et d’un excédent de sel. Le bouillon maison est véritablement à la frontière entre l’alimentation et la santé, une sorte d’alicament très efficace. Il est très facile à préparer et très abordable sur le plan financier. Si vous êtes vegans, le bouillon de légumes apporte un concentré de minéraux non négligeable mais moins nutritif et reminéralisant que le bouillon d’os. »

Pour ma part, j’ai aussi lu il y a longtemps (sans hélas réussir à retrouver mes sources) que l’une des causes de nombreuses allergies et intolérances dont souffre une partie de notre population peut en partie s’expliquer par nos habitudes modernes : avant, nos ancêtres posaient sur le poêle ou la cuisinière à bois une marmite contenant des morceaux de viande entiers (avec leurs os, leurs cartilages, leur couenne, éventuellement leurs écailles et leurs arrêtes s’il s’agissait de poisson), qui mijotaient des heures à feu très doux dans un bouillon d’aromates et de légumes : pot-au-feu, poule au pot, petit salé aux lentilles, potée, soupe de Haute-Provence à l’épeautre et au jarret, garbure, bouillabaisse, chaudrée de coquillages, etc. n’en sont que quelques exemples bien connus. Ils cuisinaient aussi des plats mijotés sans bouillon, mais réalisés avec des morceaux riches en gélatine naturelle (blanquette, daube, joue de bœuf, queue de bœuf, jarret, pied de veau, salade de museau, saucisse de couenne, pâté de tête, etc.). Or la gélatine, c’est du collagène, ce fameux collagène que l’on nous vend maintenant en gélules à prix d’or pour combler nos rides, « repulper » notre peau, colmater la porosité de nos intestins ou soigner nos articulations enflammées, à nous pauvres humains « modernes » qui nous contentons de jeter dans une poêle un steak haché ou un filet de poisson n’ayant plus ni peau, ni os, ni arrêtes, ni cartilage, ni gélatine…

Chez les Chioca, nous réalisions déjà beaucoup de ces plats mijotés ou cuits au bouillon car dans une famille nombreuse, il est bien rare de pouvoir mettre au menu du bifteck ou des filets de poulet : c’est beaucoup plus économique de cuisiner le poulet entier, ou d’acheter par exemple un morceau de jarret de bœuf nourri à l’herbe (12€ le kg chez nous) à cuisiner en pot-au-feu plutôt qu’un rumsteck ou une entrecôte à 29€ le kg…

Mais depuis 2 ou 3 ans j’ai encore renforcé le dispositif ^^

Maintenant, pour ne plus rien gaspiller je réalise des bouillons avec les os récupérés de nos repas quand nous mangeons de la viande : carcasses de poulet, os de pot-au-feu, de côtelettes d’agneau, de côtes de porc, etc. En plus de nous faire beaucoup de bien, cela permet de valoriser jusqu’au bout les produits animaux de bonne qualité que l’on consomme en toute conscience. Car pour ma part je ne suis pas vegan vous le savez, et même si je sais combien ce sujet est sensible je préfère vous le dire en toute honnêteté : plus le temps passe et plus je suis convaincue de l’importance de consommer (si on le peut économiquement… hélas) des produits animaux de bonne qualité. Mon but en écrivant cela n’est pas de choquer, de polémiquer, encore moins de peiner mes lecteurs vegans dont je respecte le choix et dont certains font preuve envers moi de beaucoup d’amitié (c’est bien réciproque), mais d’être sincère. Je vous encourage par exemple à vous renseigner sur ce qu’on appelle « l’alimentation ancestrale » : on ne compte plus le nombre de personnes qui ont été soignées de leur infertilité, de dérèglements hormonaux (thyroïde, glandes surrénales…), d’un problème de surpoids, de dysfonctionnements intestinaux sévères, etc. en réintroduisant raisonnablement quelques protéines animales dans leur alimentation.

Et même lorsqu’on est végé et heureux de l’être (il y a des gens à qui cela semble convenir), il est bien de conserver cette belle ouverture d’esprit, cette indulgence bienveillante permettant d’accepter le fait que certaines personnes digèrent incomparablement mieux les œufs, la viande, le poisson ou les laitages de bonne qualité que les produits dérivés du soja ou autres légumineuses. Forcer ces personnes-là à se nourrir de façon qui les rend malades ne fait que déplacer la question de la souffrance animale…

On peut déjà faire beaucoup contre la souffrance animale en luttant contre les élevages indignes, et en cherchant des solutions pour améliorer les protocoles d’abattage. Pour le reste, moi j’accepte sans trouble le fait que certaines espèces puissent en manger d’autres, c’est ainsi…

Juste pour l’anecdote, je connais une brave personne qui a un très gros chien. Un amour de très gros chien. Il y a quelques mois, croyant bien faire elle a passé son chien aux croquettes végétales. Et bien là, le chien vient d’attaquer et de tuer toutes les poules : il en a mangé trois, et les autres il les a entassées contre sa niche, en réserve. Il avait l’air totalement désespéré, sentant bien qu’il avait fait une grosse c*nnerie, et au début mon amie n’a pas compris : « Il était si gentil avant, cela fait 5 ans que nous avons des poules et la cohabitation était si parfaite… ».

Sauf que son chien a juste eu besoin de manger de la viande. C’est ancré au plus profond de son être, et son instinct de survie a parlé encore plus fort que le respect qu’il pouvait avoir pour les poules de sa maîtresse. Ce chien n’est pas « méchant ». Ce qui l’était un peu en revanche (bien que partant d’une bonne intention) c’est de l’avoir privé pendant 7 mois des matériaux les plus élémentaires dont tout son corps avait besoin. Il a dû souffrir beaucoup, pauvre gros toutou, avant de se décider à subvenir par lui-même aux besoins de son métabolisme de carnivore affamé, affaibli, accablé par cette alimentation non adaptée.

C’est la nature, elle est faite ainsi, et si on l’aime vraiment il serait bien prétentieux de prétendre savoir faire mieux qu’elle, en critiquant entre autres cet équilibre de la chaîne alimentaire qui comprend depuis la nuit des temps des herbivores, des carnivores et des omnivores…

Pour en revenir de façon plus terre à terre à nos bouillons, j’ai vu qu’il y avait diverses façons de procéder mais je ne me prends pas trop la tête : du moment qu’il y a une cuisson longue ET un petit ajout de vinaigre de cidre je ne complique pas les choses en mesurant précisément la température de cuisson. En revanche, je fais très attention au matériel utilisé car le bouillon reste si longtemps en contact avec la casserole qu’il serait totalement fou d’utiliser un ustensile pouvant contenir des substances douteuses voire toxiques, ou même une cocotte en fonte dont on n’est pas très sûre de l’alliage : plus que jamais, ce sont mes braves faitouts Warmcook (dont je vous ai déjà souvent parlé) qui me servent à l’élaboration de tous mes bouillons. Et outre la qualité certaine de l’inox (fabriqué en Italie, pas à l’autre bout du monde…), le couvercle à thermomètre me sert aussi à vérifier que la cuisson se poursuit même quand le bouillon frémit à peine. Quant au fond très épais, il permet que jamais les ingrédients du fond n’attachent, ce qui arrive parfois avec un faitout plus fin même quand il reste du bouillon. (Pour ces faitouts le code « GOURMANDISES » fonctionne toujours, il vous obtient 10% de réduction : et en toute transparence, je préfère vous dire que je touche un petit pourcentage aussi).

Sur ce, je termine en vous précisant que ces bouillons d’os si bienfaisants pour notre santé sont vraiment délicieux 😉 ! Ils se savourent tels quels dans un bol (c’est très réconfortant lorsque l’on rentre transi et fatigués d’une longue journée d’hiver), mais servent aussi de base pour un velouté de légumes, un risotto, etc. Comme la cuisson est longue, je vous encourage à en préparer au moins 5l, et à congeler le surplus !

Juste pour que vous ne soyez pas surpris : ce n’est qu’à la fin que ces bouillons d’os ont vraiment l’air appétissants : au début, ce grand faitout avec juste quelques os ou arrêtes en train de flotter dans l’eau vinaigrée cela peut déconcerter un tantinet ^^, et ce n’est pas le moment d’avoir une visite surprise : en découvrant votre « repas », vos amis effarés risqueraient ensuite d’organiser discrètement une quête en votre faveur ^^ (Pauvre unetelle, réduite par la conjoncture à nourrir sa famille avec des arrêtes de poisson bouillies… le monde va mal moi je vous dit !).

Nota : Je cuisine ces bouillons sur mon poêle bouilleur à bois (notre moyen de chauffage ;)) pour un coût énergétique « zéro ». Mais si vous devez les cuire sur la cuisinière, baissez le feu au minimum : votre bouillon cuira tout aussi bien et vous économiserez beaucoup d’énergie ainsi…

Une des preuves que les minéraux et nutriments ont bien migré des os vers le bouillon, c’est la façon dont il fige au frais…

NOTA : toutes ces recettes sont données pour environ 5l de bouillon

Bouillon de poisson 

  • 1kg de parures de poissons (peau, écailles, têtes, arrêtes… mais pas les entrailles ^^) ultra fraîches (on peut aussi récupérer tout cela sur un poisson cuit, ou faire cuire des petits poissons entiers peu onéreux, des poissons pour la soupe par exemple)
  • 2 c. à soupe de sel
  • 3 c. à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 fenouil
  • 1 oignon
  • 2 carottes
  • 1 poireau
  • 5 clous de girofle
  • 2 feuilles de laurier
  • Eau

Mettre le poisson dans le faitout avec le vinaigre, le sel et recouvrir d’eau. Faire cuire à feu doux pendant au moins 6H.

Filtrer le bouillon, ou mixer le tout (si l’on a utilisé des petits poissons entiers, ils se mixeront très facilement après cette longue cuisson, et cela enrichira encore plus la soupe en minéraux !)

Ajouter les aromates et les légumes découpés en petits morceaux, plus éventuellement d’autres épices aux choix (piment, safran, ail, paprika… selon les goûts). Rajouter de l’eau jusqu’en haut du faitout, et laisser cuire 30min de plus à feu doux.

Bouillon de poulet

  • 1 carcasse de volaille fermière (poulet, pintade, canard… fraîche ou récupérée sur une volaille rôtie)
  • 2 c. à soupe de sel
  • 3 c. à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 oignon
  • 2 carottes
  • 2 poireaux
  • 3 gousses d’ail
  • 2 branches de céleri
  • 5 clou de girofle
  • 2 feuilles de laurier

Mettre la carcasse dans le faitout avec le sel, le vinaigre et recouvrir d’eau. Faire cuire à feu doux pendant 12h.

Retirer les os. Ajouter les légumes coupés en petits morceaux, ainsi que les aromates et éventuellement certaines épices au choix (le macis et la muscade, entre autres, se marient bien avec la saveur d’un bouillon de volaille, de même que le carvi et le paprika. Mais l’on peut aussi le parfumer avec un bon curry, du colombo ou du garam massala). Rajouter 30min de cuisson à feu doux avant de servir.

Bouillon d’os de boeuf

  • 1kg d’os de bœuf bio ou fermiers (récupérés chez le boucher)
  • 2 c. à soupe de sel
  • 3 c. à soupe de vinaigre de cidre
  • 2 carottes
  • 2 poireaux
  • 1 cube de gingembre
  • 3 gousses d’ail
  • 1 branche de céleri
  • ½ piment rouge
  • 5 clous de girofle
  • 1 gros oignon
  • 3 feuilles de laurier
  • Eau

Mettre la viande dans le faitout avec le vinaigre, le sel et recouvrir d’eau. Faire cuire à feu doux pendant 12 à 15h minimum.

Retirer les os, ajouter les légumes découpés ainsi que les aromates. Porter à ébullition et compter encore 30min de cuisson. On peut ajouter au moment de servir des herbes fraîches comme du cerfeuil ou du persil.

N’en perdez pas une miette ! Abonnez-vous à ma newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je suis végétarienne équilibrée depuis longtemps et comme ça me cause bien malgré tout, j’ai testé (ressenti type kinesio) pour moi et niet. Mais j’ai partagé l’info car je trouve que c’est un excellent conseil ! Pour moi c’est plutôt bouillon de légumes bio et algues épices le combo gagnant (je dis bien pour mon corps hein 😉

    Merci pour l’info en tous cas et bravo pour votre intégrité une fois de plus !

    1. C’est moi qui vous remercie (beaucoup) pour votre gentil commentaire chère Sandra 🙂
      Continuez à prendre bien soin de vous, les bouillons d’algues et de légumes sont très bons pour booster la thyroïde entre autres 😉
      Bonne soirée à vous,
      Marie

  2. Merci pour ce sublime post. Je partage complètement votre vision des choses sur la viande et le véganisme. On m’a demandé il y a peu de réaliser un gâteau de mariage végan…J’ai refusé en comprenant que cela n’était possible qu’en introduisant des ingrédients vraiment transformés et aussi peu naturels que possible, pour « imiter » les œufs, la crème…Il est urgent de retrouver le sens du naturel bon pour l’homme! Merci car vous œuvrez dans ce sens.

    1. Heureusement, en pâtisserie on trouve quelques alternatives sympathiques quand on doit recevoir des invités vegan : compote à la place des oeufs, crème de coco pour la chantilly, etc. Mais c’est tout de même un peu différent à travailler 🙂
      Pour le reste, beaucoup d’alternatives vegans censées remplacer la viande ou le fromage contiennent des ingrédients transformés, et c’est quand même problématique…
      Bon week-end chère Sophie !
      Marie

    2. Bonjour Sophie,

      Quel dommage d’avoir refuser de découvrir la pâtisserie végétale : c’est un vrai bonheur de découvrir de nouvelles techniques et de se pencher sur les intérêts exacts de chaque ingrédient. Cela fait 10 ans que je fais de la pâtisserie végétale (vegan) et je n’ai jamais eu besoin d’un quelconque ingrédient différent de ceux dans ma cuisine de base. La fécule de maïs ou la levure chimique (ou bicarbonate) sont des aliments transformés j’en conviens, mais j’en utilisais déjà avant.
      L’alimentation vegan ne demande pas plus le recours aux aliments industriels que l’alimentation non vegan, dans les deux cas leur utilisation est un choix mais jamais une obligation.

      1. Bonjour LilyLoutre,
        Il m’arrive de réaliser des pâtisseries végans soit parce que j’ai des invités végans, soit par goût car certaines sont délicieuses. Mais là, je parle d’un gâteau de mariage, c’est à dire un énorme gâteau avec un cahier des charges décoratif. J’ai fait beaucoup de recherches pour essayer de trouver une solution, mais j’ai dû renoncer. Mais si vous avez une recette de pâte à choux végan, je suis preneuse.

        1. Ah oui ! Les choux vegan j’avoue c’est pénible. J’ai réussi les meilleurs avec la recette de Bérénice Leconte (son livre de pâtisserie + vidéo youtube qui complète bien). N’ayant pas le plus vaillant des fours, ils n’étaient pas parfaitement présentables mais ils étaient très bien pour les remplir. J’ai pu en faire de très beaux Paris Brest (j’avais fait une couronne de plein de petits choux).

  3. Alors là ! je suis en pamoison devant votre article 🙂 moi qui fait régulièrement des bouillons en hiver (le week-end dernier encore), je suis une fervente défenseuse de ces préparations qui donnent l’impression de faire du bien quand on les avale. Avec du vermicelle le soir, en rentrant du travail, quel bonheur !
    Et là, vos recettes pour en préparer en avance, je dis ouiiiiiiiii.
    Par contre, je ne mettais jamais de vinaigre, maintenant je saurai. Merci d’avoir réhabilité ces préparations.
    Bien à vous.

  4. Bonjour Marie,
    Tout d’abord merci pour ce texte si touchant de vérité.
    Comment et combien de temps se conserve les différents bouillons ?
    Peut-on les congeler ?

  5. Je te rejoins tout à fait sur le réconfort et les vertues des bouillons et aussi sur ta position concernant la consommation de produits carnés.

  6. Coucou Marie merci pour ce bel article sur les bouillons d os d arêtes je n’y pensais pas vraiment mais nos anciens le faisaient naturellement je ne connaissais pas toutes les propriétés bienfaisantes des bouillons
    Je vais essayer
    Je t’embrasse très fort
    Jacqueline

  7. Merci pour ces recettes de bouillons.. un régal tant pour l’organisme que pourles papilles !! Et puis food sherpa sur instagram qui confirme vos dites sur l’importance de la bonne viande.. Belle journée à vous

  8. Bonjour madame, merci pour nous avoir fait connaître toutes vos délicieuses recettes que j’ai malheureusement découvert que depuis peu. Avec mon mari nous nous régalons et regrettons de ne pas vous avoir connut plus tôt mais comme on dit mieux vaut tard que jamais. Cordialement

    1. Je suis très touchée que vous vous régaliez avec mes recettes chère Chantal, et je vous souhaite la bienvenue sur mon blog 🙂

      Je vous souhaite un bon week-end,
      Marie

  9. Très bel article, merci! Je partage votre point de vue de bout en bout , j’ai été végétarienne pendant quelques années et je savoure la possibilité de manger aujourd’hui ces plats que vous citez qui mijotent plusieurs heures dans ma cocotte! J’avais fais ce choix quand j’étais étudiante, ne pouvant me procurer de la viande de qualité ( animaux bien traités, élevés dans de bonnes conditions, nourrit le plus naturellement possible ( pâtures etc…)) en ville à un prix raisonnable. Depuis mon retour à la campagne, je reprend les recettes de mes parents / grands parents et je me régale ! Je cuisine une poule au pot demain ( élevée par mon oncle, la poulette) et je vais donc m’empresser de cuisiner du bouillon dans la foulée !

    1. Merci pour ton témoignage Angélique 🙂
      J’ai aussi testé le végétarisme dans ma jeunesse, et pour moi cela avait été la cata côté santé… après, nous sommes tous différents 😉
      Bon week-end à toi,
      Marie

  10. Bonjour Marie,

    Merci beaucoup pour ces recettes, cela fait plusieurs mois que j’hésite à tester les bouillons d’os et grâce à toi je n’ai plus d’excuses 😉
    Je me permets aussi de te féliciter pour ta collaboration avec Sondeflor, je trouve que ton univers photographique correspond parfaitement à l’esprit de la marque. J’économise petit à petit pour acheter une robe sur leur site.

    Très beau week-end à toi et à ta famille ainsi qu’un très bon Carême (c’est mon premier cette année),

    Bises amicales,
    Marie

    1. Un grand merci pour ta fidélité, et tous ces gentils petits mots que tu m’écris ma chère Marie <3
      Je te souhaite un bon Carême aussi !
      Plein de bises,
      Marie

  11. Bonjour Marie

    Merci beaucoup pour ce post passionnant et utile.
    Une petite question, pour une congélation, on le fait avant d’ajouter les légumes ?

  12. C’est aussi le principe de la garbure avec un jarret de porc. Dans ma famille, c’est traditionnel, c’est le plat du week-end en hiver, on profite de ce bouillon riche et nourrissant en se délectant des légumes et de la viande du jarret. Le bouillon d’os est également très recommandé lors du post partum pour aider la mère à se remettre de l’accouchement.
    Je vais essayer la prochaine fois que j’ai une carcasse de poulet d’en faire également un bouillon. Merci pour cette recette.

  13. J’ai la même vision de l’alimentation. J’aime beaucoup les bouillons. Brigitte Fichaux en parlait aussi dans ses formations🥰 ainsi que de l’importance de conserver des protéines animales dans notre alimentation. Pour les bouillons, il faut réduire les temps de cuisson si on a une intolérance ou sensibilité à l’histamine. Merci pour ces recettes savoureuses 😊

  14. Comme toujours Marie, tu m’amènes sur un plateau, ce que je cherchais depuis quelques jours sur différents sites….. mille mercis.je t’embrasse fort. ❤️ Marielle

  15. Bonjour Marie
    Merci pour cette nouvelle piste culinaire qui fait la part belle au gaspillage !
    Pour obtenir de la gélatine vous vous arrêtez avant l’ajout des légumes et vous mettez au frais?
    J’ai offert un cuiseur warmcoock a ma fille mais j’ai pas su utilisé le code ..c’est sûrement trop tard!?!
    Belle journée
    Flore

  16. Merci Marie votre article tombe à pic
    Je viens dee faire tester avec insistance car ce n’est plus au goût du jour… l’ostéoporose !
    C’est une radio.. enfin plutôt une densitometrie des os vertèbres lombaires et hanches
    Auparavant cet examen était fait presque systématiquement pour les personnes qui commençaient la période de ménaupose !
    Et bien voilà la mauvaise nouvelle est tombée…mes vertébres lombaires sont atteintes de cette vilaine maladie complètement indolore.
    Je suis sportive très dynamique, et je mange bio depuis mon plus jeune âge je fais mon jardin Vis à la montagne…. j’ai…..59 ans !!!!!Pas 80ans

    En me renseignant pour améliorer ma santé…je m’étais déjà dis ! Ah oui les bouillon d is ça serait bien que tu en refasse c’est plein de collagène !
    Et bien voilà je vais m’y mettre ! Évidemment ! L’article était pour moi !
    Encore merci pour les recettes
    Vos livres débordent de ma bibliothèque ! je les lis toujours avec bonheur comme des romans!
    Merci Marie ! Amitié

    1. Aïe, quelle calamité cette ostéoporose ! J’espère vraiment que tu réussiras à la contenir. J’ai en tout cas lu beaucoup de choses encourageantes sur les bouillons pour se reminéraliser…
      Prends bien soin de toi 🙂
      Mes amitiés aussi,
      Marie

  17. Bonjour Marie, merci beaucoup pour ces recettes. Cela fait quelques années que je suis convaincue du bienfait des bouillons d’os souffrant d’1 ostéoporose très sévère et ce plat me soulage beaucoup.
    Continuez à régaler nos papilles et nos yeux avec vos photos.
    Excellent week-end.

  18. Bonjour
    Voici en effet 3 recettes réconfortantes et l’argumentaire qui précède me semble tellement sensé … Rappelons nous qui nous sommes, au plus profond de nos cellules…
    En ce qui concerne le bouillon de poulet , je suppose qu’une fois les os enlevés les légumes incorporés dans le bouillon il faut laisser cuire 30 mn comme pour les autres recettes ?
    Encore merci pour ce beau partage de recettes et de pensées

  19. Merci pour cet article très détaillé et votre point de vue sur l’alimentation qui le réconcilie avec ma culpabilité de trouver utile de manger de la viande. Malgré mon amour des animaux et l’envie d’un monde plus juste envers eux…
    Je vais essayer ces bouillons rapidement.
    Belle journée à vous🥰

  20. Bonjour Marie, comment conserver ce bon bouillon, pour ma part ce sera avec les os ?
    J’adore ta douceur, ta gentillesse, ton blog et tes bonnes recettes… j’aime aussi beaucoup quand tu vas au jardin…
    Bisous

    1. Ces bouillons se conservent 3 ou 4 jours au frais (plus, je n’oserais pas) et plusieurs mois au congélateur.
      Des bisous aussi, et merci pour ton gentil message 🙂
      Marie

  21. Bonjour,
    merci Marie pour ces délicieuses recettes.
    Je pratique le bouillon depuis longtemps avec mes légumes.
    J’ai des os gratuitement en les demandant aux producteurs autour de moi, au moment de la découpe.
    Je fais aussi du bouillon de cosses de petits pois, c’est délicieux, notamment dans le risotto.
    Qu’est-ce que vous appelez un « cube de gingembre »?

    1. Et bien un morceau de gingembre frais à peu prêt aussi épais que la largeur du rhizome. Je sais que ce n’est pas bien précis ^^, mais c’est en fonction du goût 🙂
      Bon week-end à toi Christine,
      Marie

    1. Oui, comme toutes les recettes bienfaisantes et économiques que l’on peut réaliser avec ce qu’on a sous la main 🙂
      Bon week-end à vous,
      Marie

  22. Merci Marie pour cette recette qui tombe à point. Je suis en formation de naturopathe actuellement et je viens d’apprendre tous les bienfaits des bouillons. J’avais décidé de me lancer mais je n’avais pas de recette précise alors j’hésitais un peu à me lancer … c’est décidé ce week-end j’achète un bon poulet fermier et je m’y mets !

    1. Dans ce cas, dépiaute ton poulet pour récupérer sa chair après 1H30 de cuisson environ, sinon il sera trop cuit 🙂
      (Sauf si tu utilises juste la carcasse)
      Bon week-end à toi,
      Marie

  23. Marie, que du bon sens en fait. Regardons ce que mangeaient nos grands-parents au lieu de re-inventer le monde et de se gaver de pilules magiques hors de prix. Aux USA, ou je vis, le Bone Broth est dans tous les magasins « Healthy » et est vendu a des prix pharaoniques. Ma thyroide me joue des tours comme une montagne russe, je vais ajouter davantage de proteines animales.
    Merci pour ce beau billet « reconfortant ».

    1. Je galère aussi avec la mienne, si tu savais… mais j’essaye d’éviter de prendre du levothyrox, donc pour le moment je tente toutes les alternatives naturelles. Malgré tout je prends un peu de poids, pfff, malgré tous mes efforts. Patience ^^
      Bon week-end à toi,
      Marie

  24. J’avais essayé une fois la recette de bone broth de ton livre de recettes de poissons, ce fut une délicieuse découverte ! Malheureusement, comme je l’ai écrit sur Instagram, ce n’est pas du tout le délir de mon mari, et j’en suis bien déçue. Puis à part des parures vendues parfois sur poiscaille, je ne pourrais pas essayer de bone broth de viande ou de poulet car pas de boucher bio ou fermier, ou même fiable, dans les environs. Un jour, j’espère pouvoir en faire un « rituel » aussi !

    1. Peut-être qu’avec du poulet label rouge ce serait déjà pas mal, de cela on en trouve tout de même un peu plus facilement il me semble.
      Bon week-end Déborah 🙂
      Marie

      1. Je suis musulmane, et j’essaie de manger halal, le vrai, de l’élevage à l’abattage. Ce qui fait que malheureusement, la viande n’est pas toujours dans mes assiettes chaque semaine. Je sais que tu es croyante, c’est difficile de faire des choix qui sortent de nos convictions. Animaux élevés décemment ou élevage douteux mais abattage rituel 🙁 je vais finir par céder et alors voir ailleurs puisque les musulmans ne sont pas aussi impliqué dans l’élevage « fermier ». Je pense essayer ce weekend un bouillon de poulet, j’ai vu des carcasses en vente au marché. Mes chats ne tolère le poulet que de ce boucher, j’espère que c’est bon signe !
        Mon mari à un oncle à la campagne en Algérie qui est boucher, il achète lui-même les bêtes, j’essayerais le bouillon de boeuf à l’occasion.
        Bonne soirée

        1. Oui chère Déborah, même si je n’en parle pas beaucoup je suis profondément catholique, mais cela n’implique pas trop de complications côté nourriture si ce n’est certains jours de jeûne, ou sans viande (mais ça fait du bien :)).
          Effectivement, même en dehors de la nourriture il est parfois un peu difficile de résister aux choix qui « sortent de nos convictions » comme tu le dis (surtout dans notre monde un peu bizarre…), mais je pense que c’est une bonne chose de ne jamais rien lâcher qui troublerait ou attristerait la paix de notre conscience. Rien ne vaut le bonheur d’une âme en paix, et de se savoir tout particulièrement aimée par le Bon Dieu. Cela aide à surmonter tout le reste avec joie et confiance.
          Bonne soirée à toi aussi 🙂
          Marie

  25. Bonjour Marie, quelles belles recettes réconfortantes, j’ai déjà fait ça avec mes carcasses de poulet. Pour l’ustensile de cuisine tout inox de bonne qualité, je pense que Baumstal et Warmcook se valent n’est-ce pas ? J’ai un faitout Baumstal qui n’a pas d’indicateur de chaleur mais que je peux couper 10 mn avant la fin de la cuisson, le matériau diffusant largement après. Qu’en penses-tu ?

  26. Je viens de commander chez Warmcook le joli Roaster tout blanc en édition limitée et le code promo a fonctionné aussi. Du coup j’ai pris le livret de cuisines de Marie 🙂

  27. Hello Marie,
    je pense comme toi en fait et j’adore les bouillons, je n’en fais pas assez souvent !
    Marion Kaplan conseille de ne pas faire bouillir les bouillons de façon à ne pas « précipiter » les minéraux contenus dans le bouillon.
    Bonne soirée à toi dans tes montagnes !

    1. Oui, j’ai lu cette info mais beaucoup de naturopathes ne sont pas si exigeants sur le mode de préparation des bone broth ^^
      Du coup je t’avoue que je ne fais pas tant attention, mais c’est peut-être encore mieux de ne pas faire bouillir? Je ne saurais pas te dire avec certitude…
      Bon week-end Vanessa 🙂
      Marie

  28. Bonjour Marie, c’est extrêmement tentant ! Pensez-vous que ce soit possible de réaliser un tel bouillon en marmite norvégienne ?
    Merci d’avance

    1. Je n’ai pas d’expérience avec la marmite norvégienne mais si tu as l’habitude de l’utiliser ça se tente 🙂
      Bon week-end à toi,
      Marie

    2. bien sûr on peut utiliser la marmite norvégienne, il suffit de réchauffer le tout toutes les 4 h soit 3 fois en 12 h , c’est une réelle économie, surtout l’été ou le feu n’est pas allumé.
      Et cela évite de chauffer trop fort !!! promis ça marche

  29. Cet article me fait vraiment plaisir. Vous abordez une cuisine rustique, ancienne, économique et savoureuse … Pour le bouillon de poulet, je prends effectivement la carcasse restante d’un poulet cuit. Ca donne vraiment le sentiment de ne pas gâcher. Et c’est tellement bon ! Par contre je ne connaissais pas l’ajoût du vinaigre.
    Merci pour cette recette toute simple.

  30. Bonsoir Marie
    Merci tout plein pour ce bel article si vrai ! Je te rejoins complêtment sur tout ce que tu as écrit. Il est urgent de se rappeler des gestes de nos ancêtres, souvent peu honéreux et tellement mieux pour l’humain. Et le bouillon servi dans tes belles assiettes, un peu garni avec des herbes et du pain grillé, fait quand même assez glamour 😉
    Merci encore!
    Bien cordialement
    Ruth

  31. Quel bonheur cet article! Merci Marie! J’adore ta philosophie, comme une confirmation que nous ne pédalons pas à l’envers… Et lire les commentaires me réjouis on est plusieurs à essayer de Vivre et non plus de survivre dans un monde bizarre ;o) ps: j’ai testé les saucisses c’est une réussite grâce à tous tes conseils!

  32. Merci pour ces belles photos et les recettes. Je fais du bouillon chaque fois que je cuis un poulet, avec la carcasse soit crue si je c oupe le poulet en morceaux, soit cuite si on le rôtît. je n’y pense pas trop pour le boeuf mais je devrais! C’est tellement bon en hiver, et quand on est malade aussi. Quand on a eu COVID en famille l’été dernier, une bonne « chicken soup » nous a aidés à nous sentir mieux. Rien de tel!

  33. Oooh, un bouillon de pot-au-feu et quelques pâtes « langue d’oiseau », c’est un dîner toujours apprécié, même par nos jeunes.
    Merci, Marie, d’avoir partagé ces recettes bienfaitrices.

  34. Bonjour, vos commentaires sur une nourriture ancestrale m’ont tout à fait convaincus , d’autant que j’ai reproduit cette cuisine familiale avec laquelle j’ai grandi, avec ma propre famille. Avec un poêle bouilleur dans ma cuisine d’enfant et dont je rêve d’avoir un bel exemplaire chez moi . Je refait tout cela de mémoire et cela mijote. Je vais essayer vos bouillons de 10h, n’étant jamais allée aussi loin. C’est un principe chez nous, de la viande, peu,mais de qualité, avec la chance d’être en Limousin, de savoir comment grandissent et vivent les animaux, au pré…, de savoir que les poules sont elles aussi dehors, mangeant de l’herbe, des insectes, et parfois manger, une truite, un brochet, un sandre, quand le pêcheur ne rentre pas bredouille, et se régaler d’huîtres de l’île de ré où l’on va parfois , l’hiver, voir des amis du cru…. Revenir à l’essentiel, privilégier la qualité dans la simplicité, ces fzmru plats qui communiquent aussi la joie du môme partagé quand les enfants devenus grands, passent à la maison. Bon week-end. Et Merci

    1. Voilà, c’est tout à fait cela : de la sagesse et de l’humilité. Cela nous préserve de beaucoup d’âneries très préjudiciables à notre santé 🙂
      Bon dimanche à vous Kux !
      Marie

    1. Oui, je reconnais que cela semble disproportionné, mais j’ai pris l’habitude de faire ainsi parce que je n’ai souvent qu’une seule carcasse. Cependant, il est évidement possible d’en mettre plus, le bouillon sera davantage concentré en nutriments.
      Bon dimanche à vous 🙂
      Marie

      1. Bonsoir
        Cet article est arrivé à point pile au moment où je me posais des questions sur ces fameux bone broth vendus à prix d’or !

        J’ai donc testé le week end dernier, avec une carcasse de poulet rôti + peau. J’ai laissé chauffer 12h + 30 min avec les légumes mais le bouillon obtenu m’a paru bien clair et peu gélatineux. Mais excellent au goût.

        J’ai quelques questions :
        – pour les petits poissons qu’on mixe, peut-on partir de sardines ? Ou faut-il des plus petits encore, type friture ?
        – si on part d’un poulet cru, j’ai vu dans les commentaires qu’on peut récupérer la viande après 1h30 de cuisson. Faut-il écumer en début de cuisson ?
        – j’imagine que vous utilisez le warmcook 9l ? J’ai peur que le 6l soit trop petit …

        Merci beaucoup pour ces recettes et globalement pour vos livres et ce blog !

        1. Bonjour Virginie,
          Pour répondre dans l’ordre à vos questions :
          – Avec des sardines, je n’ai pas essayé, j’espère que le goût ne sera pas trop fort
          -Je n’écume pas le bouillon, mais peut-être devrais-je le faire 🙂
          -J’utilise deux faitouts 6l car je n’ai pas encore le 9l 🙂
          Très belle journée à vous, et merci pour ce gentil message 🙂
          Marie

  35. Merci Marie pour votre recette. Je vous rejoint vraiment sur tous vos articles, votre façon de manger…. C’est dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes …
    Je fais beaucoup de bouillons mais là je pense qu’ils seront 100 fois meilleurs. Car les miens ne mijotent pas longtemps. Je le fais juste avec de l’os à moelle, pour le bœuf, je pense que ça suffit. En plus après je mange la moelle un délice pour moi.
    Je pense que dès que j’en fais un, je vais pouvoir faire une bonne soupe à l’oignon. J’en salive de bon matin.
    Merci encore. Je suis bien contente d’avoir trouvé votre site.
    Bon week-end

    1. La moelle est un véritable « super aliment », gras certes, mais tellement bienfaisant !
      Et puis, les bouillons et les soupes à la moelle sont tellement delicieux…
      Bon dimanche Karine 🙂
      Marie

  36. Ben alors là! on est vraiment connectées ! je viens de faire du bouillon de poulet avant hier . J’en fais maintenant chaque fois que je fais du poulet, car mes petits enfants en raffolent . Donc, inconcevable que la carcasse du poulet ne finisse pas en bouillon !! La dernière fois que nous sommes allés déjeuner chez notre fils ainé, ma belle-fille nous avais cuisiné un bon poulet fermier et sur la gazinière mijotait le bouillon d’os préparé par notre fils.
    Je fais la même chose avec les carcasses de crevettes, les « déchets » de poisson en veillant à utiliser des bons produits évidemment. Mes bouillons, quand ils ne sont pas utilisés tout de suite, sont congelés dans des bocaux.
    En revanche, je ne connaissait pas l’astuce de rajouter du vinaigre de cidre. Je le fais parfois quand je prépare du « jambon blanc » à partir d’un rôti de porc (selon ta recette). Je ne pensais pas non plus à en faire à partir d’os autre que ceux de poulet ou de pot au feu.
    Je sens qu’il va y avoir recrudescence de bouillons dans ma cuisine.
    Merci pour toutes ces astuces. Compte tenu du contexte, tes recettes, ta bonne humeur, tes articles non moralisateurs sont bienvenus.
    Bises affectueuses.

  37. Merci Marie pour cet excellent article. Je craque souvent pour vos recettes sucrées, avec quelques scrupules passagers, mais là, c’est avec la conscience tout à fait tranquille que je vais pouvoir tester vos recettes. A vrai dire, je connaissais les bouillons et leurs bienfaits mais pas avec des cuissons aussi longues.

    1. La cuisson très longue n’est pas absolument obligatoire, mais permet d’obtenir un bouillon plus concentré en nutriments.
      Bon dimanche à vous Jacqueline !
      Marie

  38. Merci Marie pour cet article très très intéressant. Personnellement, je ne mange pas de viande mais c’est à cause du goût que je ne supporte pas. Ce que j’apprécie dans ces recettes, c’est le fait de ne pas gâcher. Que l’être humain se nourrisse d’animaux, oui, mais ces animaux ont donné leur vie pour nous nourrir et il faut respecter cela, ne pas en abuse et ne pas gâcher. Le seul hic dans la recette, cest le temps de cuisson. N’ayant que des plaques à induction, cela me paraît irraisonnable en terme d’énergie, dommage. Cependant je garde la recette dans un coin de ma tête, on ne sais jamais, peut-être utiliser un jour un sorte de four solaire? Bon weekend à vous et à vos lectrices.

    1. Je comprends très bien Ma ! De mon côté, j’utilise le dessus du poêle à bois qui sert à chauffer la maison, donc la cuisson ne me coûte rien. Mais sur une plaque, mon époux me dit qu’une cuisson longue à feu minimum ne dépense pas tant d’énergie que cela. Moi je n’en sais rien, mais cela vaudrait le coup de savoir exactement ^^
      Bon dimanche à vous,
      Marie

  39. Bonjour Marie! J’avoue je ne me suis pas encore lancée dans les bouillons, bien que je sois convaincue de leur intérêt et que je déprime à chaque fois que je jette tous les os du poulet! Je vois bien quoi faire d’un bouillon de viande, mais que fais-tu du bouillon de poisson?
    (Bravo pour ton nouveau muret, je suis toujours épatée quand c’est « fait maison »!)

    Bonne journée à toi.

    1. Le bouillon de poisson, c’est très bon aussi ! On le consomme exactement comme celui de viande 🙂
      Merci pour ton gentil message, et bon dimanche à toi Claire !
      Marie

  40. Bonjour,
    Je suis un peu décontenancée par les informations de cet article. Les informations laissent sous entendre que consommer du collagène permettra à notre corps de fabriquer du collagène, avec une corrélation directe. Or il n’en est rien ! Le collagène sera digéré et les acides aminés récupérés serviront à refabriquer l’ensemble des acides aminés (non essentiels) puis l’ensemble des protéines dont notre corps aura besoin. C’est l’apport en protéines et surtout leur richesse en différents acides aminés qui permet, entre autre, la fabrication du collagène pas la consommation de collagène particulièrement. Et l’équilibre en protéines/acides aminés est apportée par n’importe quel type d’alimentation équilibrée (pareil pour les minéraux).
    Par contre oui, faire ses propres bouillon permet d’éviter les bouillon cube qui globalement n’apportent pas grand chose d’autre que du sel.

    Cela fait très longtemps que je n’avais pas laissé de message et je me rends compte que je ne saute le pas que pour parler de biochimie. J’ai juste eu du mal à ne pas réagir. Malgré cela, j’espère que vous ne le prendrez pas mal. Ce n’est pas mon intention et même si je ne le dis pas sous chaque article, je prends bcp de plaisir à vous lire et à vous suivre sur Instagram (j’ai même renvoyé une tablette qu’on m’avait offerte car les couleurs n’étaient pas aussi jolies que sur l’ancienne, j’ai vérifié chaque tablette à partir de vos photos : les lumières et les couleurs me transportent plus que chez n’importe qui d’autre).

    1. Vraiment aucun souci Lily 🙂
      Moi je ne suis pas médecin : je me contente de lire beaucoup, et ensuite il m’arrive de partager une information lorsqu’elle me semble pertinente et validée par de nombreux professionnels de santé semblant sérieux. C’est le cas pour les bouillons d’os, qui font merveille et ont soigné ou soulagé un grand nombre de personnes atteintes d’ostéoporose, de problèmes intestinaux parfois graves (colopathies, maladies de Crohn, etc.), de rhumatismes, etc.
      Loin de moi l’idée de m’aventurer à expliquer en détail comment cela fonctionne, ce serait bien imprudent car je n’ai aucune formation validée ni « légitimité » pour cela :). Mais apparement, le bouillon d’os cela fonctionne vraiment.
      Bon dimanche à vous, et un grand merci pour ce message au ton si chaleureux,
      Marie

  41. Merci vraiment d’avoir si bien décrit tous les avantages d’un bon bouillon d’os, je joins l’avis de la fondation Kousmine.
    https://www.kousmine.fr/lincroyable-bouillon-de-poule/
    Pour cuire et limiter les dépenses énergétiques j’utilise une marmite norvégienne, cela reste chaud environ 4 h mais rien n’empêche pour obtenir les 15 h de préparation de réchauffer 3 ou 4 fois la marmite contenant le bouillon avant de la remettre dans le lit douillet de la M N .
    En fait j’utilise ce mode de cuisson pour beaucoup de réalisations et surtout les céréales , ce qui risque d’attacher …
    J’ai confectionné une marmite en tissu en récupérant les éléments d’un vieil anorak, mais il existe beaucoup de façons de s’y prendre.
    J’ai été végétarienne près de 20 ans et mon intestin ne m’en a pas dit merci . Si vous avez le temps de lire je vous conseille « qui veux la peau des vaches » de claude Aubert, que j’ai connu dans ma jeunesse végan pur jus (il s’agit du fondateur de terre vivante, c’est un homme exceptionnel !!) il a dû lui aussi évoluer . Merci N M

    1. Oui, Claude Aubert est quelqu’un de très intéressant, vous prêchez une convaincue Nicole…
      Merci en tout cas pour l’astuce formidable de la marmite norvégienne !
      Bon dimanche à vous 🙂
      Marie

  42. Bonjour Marie. Je viens de récupérer les carcasses de poulet chez ma marchande de vollaile (elle les donne !!).
    Une question, puis-je utiliser la cuve de mon Vitaliseur comme faitout ?

  43. Toujours un grand plaisir de vous lire. Des conseils plein de bon sens & joie de vivre, joliment exprimés avec générosité et bienveillance.
    merci beaucoup. sharon

  44. Merci pour cette excellente recette, je suis une grande (et vieille) adepte du bouillon d’os.
    J’ai un petite question qui ne concerne pas la recette. Il y a quelques années vous aviez parlé de l’huile d’olive d’Arnaud Gillet d’Héraklion, la conseillez-vous toujours ? J’ai beaucoup de mal à trouver une très bonne huile.
    Je vous remercie.

    1. Oui, toujours ! C’est une huile formidable, et la famille Gilet semble vraiment passionnée par leur quête de qualité.
      Bon dimanche à vous Anne,
      Marie

  45. Merci Marie pour ces recettes ! Coïncidence je rapporte justement des os à moelle ! J’aimerais un petite précision : on met directement les 5 l d’eau, le vinaigre et les os à cuire ? Et pour une cuisson par induction : on met à chauffer sur le minimum aussi mais cela risque d’être à peine chaud ?
    à bientôt
    Sophie

    1. Je n’ai pas de plaque à induction, mais une fois que l’eau arrive autour de 85°C cela peut commencer à cuire vraiment comme il faut même si le bouillon ne « bout » pas.
      Bon dimanche à vous Sophie,
      Marie

  46. Merci pour votre bienveillance. C’est une recette facile à réaliser, et nous aurions bien tort, de nous en priver. Et félicitation pour votre article. L’exemple du chien de votre amie, qui, à bout de force, en revient à son instinct premier, est un excellent argument pour faire comprendre aux véganes dans l’époque d’aujourd’hui, à quel point il est important pour l’opinion publique de ne point aller à l’encontre des lois de la nature, et de se méfier des fausses bonnes idées. Notre organisme sait instinctivement tout ce qui est bon pour lui à consommer. Pourquoi pas nous, en pleine conscience ? Je vous trouve admirable, de ne pas céder aux altérations du temps, et c’est donc une affaire à suivre, en vue d’un happy end jouissif… Bien à vous (…). Titi

  47. bonsoir Marie
    Bel article sur ces bouillons que nos parents ou grands parents faisaient et que nous avons plus ou moins abandonnés.
    Je n’aurais pas pensé à faire un bouillon d’os de poisson.
    Pour ma part mes bouillons de poule je les congèle pour faire d’excellents risotto.
    Merci pour ces recettes. C’est toujours un plaisir de vous lire
    Bon WE

  48. Merci Marie pour cet article. Mon acupunctrice m’a conseillé pour l’arthrose de faire bouillir des pieds de porc et de boire le bouillon. J’avoue que ça ne me tente pas vraiment. En revanche je récupère toujours mes bouillons de pot au feu ou poule au pot que je congèle et dans lesquels j ajoute du vermicelle. Par contre ça reste gras et parfois pas trop digeste. Est ce la mème chose que desdits bouillons ?

    1. Tu peux sans souci les dégraisser une fois qu’ils sont froids Ninidio 🙂
      Et du coup, un bouillon dégraissé avoisine les zéro calories 😉
      Bon dimanche à toi !
      Marie

      1. Bonjour Marie,

        merci pour ces recettes que je veux mettre en pratique. Comment dégraisser le bouillon? Peut-on le faire pour le bouillon de poissons?
        Maria

        1. En les laissant refroidir pour pouvoir ensuite enlever facilement le gras figé sur le dessus.
          Quant au bouillon de poisson, il ne se dégraisse pas 🙂
          Bonne journée à vous Maria,
          Marie

          1. Merci beaucoup Marie
            je voulais vous dire que je suis mfg_bokujin sur instagram qui vous laisse souvent des commentaires et des coeurs
            Vous êtes une amie, même si nous nous sommes jamais rencontrées. Vous m’enseignez tant de choses! Et je viens de comprendre dans les commentaires que vous êtes croyante. Encore une joie de partage.
            Je vous souhaite une journée radieuse
            Maria

          2. Merci pour ce si gentil message chère Maria, et désolée de vous répondre si tard…

            Je vous embrasse,
            Marie

  49. Bonjour
    Merci pour cet article! Plus je vous lis, plus je découvre que je suis vraiment sur la même longueur d’onde et ça fait du bien d’avoir cette mine de bonnes recettes a disposition toute en sachant que je peux faire confiance à l’idée derrière! Moi j’utilise depuis longtemps le bouillon de viandes, surtout le bouillon de poulet pour soigner ma santé et celle de mes enfants. En période de grippe, ou autres maladies d’hiver je fais généralement un bon bouillon de poulet qui est très digeste et aide vraiment à guérir plus rapidement, en offrant de bons minéraux et graisses sans devoir avaler trop de nourriture, car quand on est malade, on n’a pas trop envie de manger… Et le bouillon d’os par contre je l’achète maintenant, car je n’ai plus de poêle à bois comme vous, je trouve que c’est vraiment long à cuire sur le gaz… c’est une des raisons pourquoi nous auront, après les rénovations de notre maison, nous auront certainement de nouveau un poêle a bois ;-), avec plaque de cuisson intégré bien sûr ;-).

    1. Merci pour votre gentil message Roze 🙂
      J’espère que la rénovation de votre maison vous permettra bien vite d’adopter un poêle à bois pour mijoter de bons bouillons…
      Bonne soirée à vous,
      Marie

  50. Merci pour cet article que j’aurais aimé connaître plus tôt ! Il n’y a pas de sujets plus glamour que d’autres quand il s’agit de notre santé.

  51. Bonjour Marie,
    J’hésitais beaucoup après avoir lu les articles de luxceybeauty et rosegwet (sur instagram), tiens il s’agit aussi d’une Marie;), qui parle beaucoup de ces bouillons en postpartum mais pas que.
    Votre article m’a donné l’impulsion pour aller chez mon boucher. En attendant des œufs de bœuf il m’a donné des os de porc, j’espère que cela convient?
    Chez moi je n’ai que du vinaigre de riz est ce que cela convient? J’avais une ancienne bouteille de vinaigre de cidre mais une espèce de peau, mère ? Recouvre le dessus.
    Pour le moment j’utilise beaucoup votre livre cuisine du monde. Goûteusement merci

    1. A mon avis, le vinaigre de riz peut faire l’affaire, de même que le vinaigre de cidre un peu vieux car cela ne se périme pas 🙂
      Bonne soirée à vous,
      Marie

  52. Merci Marie. Voilà ce que j’adore chez vous : (Entre autres choses) le bon sens et la mesure. Chez nous, après des tentatives de veganisme, nous revenons, avec mesure et bon sens, à une alimentation omnivore. Je n’ai jamais fait de bouillon de ma vie mais votre article me donne sérieusement envie de me lancer. 💚

  53. Lors d’un stage matinal dans une école de cuisine, il procède de la même façon : tous les os de poulet mijotent des heures et des heures sans assaisonnement pour utiliser le bouillon comme les cuisiniers le souhaitent.
    J’ai jeté le bouillon d’un ragoût de queue de boeuf, c’était vraiment trop gras et écoeurant. Pas sûre que mon bidouf aurait digérer en revanche les bouillons de poulet, miam.
    Je re commencerai en métropole, il y a plus de choix de bons produits de base.
    Merci Marie et belle journée.

    1. Tu aurais éventuellement pu mettre le bouillon de queue de boeuf au frais, puis le dégraisser une fois que toute la graisse serait remontée à la surface 🙂
      Bonne soirée à toi ma chère Totoche !
      Marie

      1. Oui c’est ce que j’ai fait mais mon 7ème sens stomacal m’alertait : « tu ne vas pas digérer, ne mange pas ». J’ai donné la graisse et le gras aux poules de la copine qui se sont jetées dessus, les gourmandes.
        Des bises Marie.

  54. Bonsoir 🙂 j’ai essayé de le faire mais il a fallut que je rajoute plusieurs fois de l’eau car en qq heures le bouillon avait diminué de 3/4 et je n’en avais plus assez pour rajouter les légumes. Du coup je me questionne : est-ce que mon bouillon aura conservé toutes ses vertus ? 😕

    1. Oui, bien sûr qu’il aura conservé ses vertus 🙂
      Mais si la bouillon était à ce point réduit, c’est peut-être que le feu était un peu fort?
      Chez moi cela réduit un peu (forcément !) mais pas tant.
      Bonne soirée Cénoah 🙂
      Marie

  55. C’est la première fois que j’entends parler de ces bouillons. Il faut que j’essaye. Tant de vertus, c’est impressionnant.
    Ne le prends pas mal, moi aussi je fais des fautes, mais je crois que «arêtes» de poisson ne prend qu’un r.
    Bises, et merci pour cette recette!

  56. Merciii pour tous vos conseils précieux. Je ne manque jamais de vous lire sur tous les réseaux. J’ai un pot au feu sur le poêle cette nuit ;)) concernant l anecdote du chien, cela m’a rappelé une histoire du père castor que je lisais à mes loulous : Marlaguette. C est une belle histoire d amitié entre une petite fille et un loup…qu elle aimerait végétarien…Amitiés

    1. Et oui, mais les loups ne sont pas végétariens, et certains ont même hélas bouloté plusieurs jolies petites chèvres de mon fils cet automne, ce qui est bien triste… pour autant, ils n’y sont pour rien, ils ont juste faim. Mais ce fut un grand drame pour nous…
      Bonne soirée à vous Guiliano 🙂
      Marie

  57. Bonjour, merci beaucoup pour ce super article, qui me conforte dans mon idée actuelle d intensifier mes bouillons!
    J’ai cependant une question pratico pratique ! Étant famille nombreuse aussi, je vise tjs la grande quantité ! Sauf que je me retrouve coincée par la capacité de 10l de ma casserole inox. Et un volume de 10l, ça va vite quand on y met déjà une bonne grosse poule du poulailler, et qqs légumes ! Il ne reste plus tant de jus que ça !
    Sur le site de casseroles que vous mentionnez, leur capacité max est de 9L!
    Si vous utilisez plus gros, je suis preneuse car je peine à trouver un faitout plus gros en inox de qualité…
    Par avance merci.
    Camille

    1. Hélas non, je n’ai pas de faitout inox plus gros que cela ^^
      Mais j’ai une cocotte en fonte de 40cm de diamètre (marque « Invicta »). Je n’ose cependant pas l’utiliser pour les bouillons d’os, car mieux vaut de l’inox…
      Bonne soirée à vous Camille 🙂
      Marie

  58. Merci pour ce magnifique sujet! D’ailleurs bravo pour tout ! J’aime vos livres, votre humour, le descriptif presque féerique de votre potager! Un décor de rêve, une poésie qui me réchauffe le coeur! Je vous trouve merveilleuse !
    Bonne continuation et meilleures salutations. Michèle André

  59. Bonsoir, complètement d’accord sur la qualité nutritive du ou des bouillons,
    mais je ne laisse pas 12h mon mijoté sur le feux si je ne suis pas présente.
    Ensuite difficile d’obtenir la matière première, pour un urbain, je vois la tête de mon boucher si je demande des os bio..
    En me concédant le processus naturel des hautes températures des hautes pressions (HTHP) réalisé par ma Nutricook j’obtiens en faisant cuire la matinée mes joues de boeuf, un brouet sympathique et goûteux, qui gélifie à froid également.
    Quant au bouillon de poisson?? je me demandais si tu avais mis (impossible de vouvoyer les gens que j’aime bien) des méduses, bon, sais-tu que Coutanceau vient de perdre un étoile au Michelin à faire manger les arêtes et nageoires aux clients?
    tu n’imagines comme j’ai pu rire au rééquilibrage alimentaire du gros toutou
    Encore merci de prendre du temps pour nous envoyer de bonnes feuilles et recettes.
    Je ne tiens vraiment pas à publier ce commentaire, il vous est personnel.
    Amitiés Agnès Faurie

  60. Coucou Marie , merci beaucoup pour cet article si intéressant . J ai fait le bouillon avec 2 carcasses de poulet mais il n a pas figé mème au bout de 15 h . Peut ètre avais – je mis trop d eau le faitout étant large . J ai récupéré 6 l de bouillon ??? Belle journée et grosse bise . Martine .

    1. Je reconnais que le bouillon avec la carcasse de poulet est moins concentré que celui réalisé avec 1kg d’os de boeuf, mais sans être une spécialiste il me semble que cela fait tout de même un bon bouillon 🙂
      Bonne soirée Martine !
      Marie

  61. Merci de la réponse,
    c’est tout simplement l’aspect des légumes dans la casserole.. du bouillon de poisson
    j’admire la ténacité qu’il faut pour préparer ces bouillons.
    La lecture des ingrédients qui composent les bouillons en poudre du commerce, salés comme une saumure, incite bien à retrousser les manches. Merci de partager.

  62. Bjr Marie, article super intéressant ! merci. Je suis bien mal en point en ce moment (hospitalisée) perte de sodium qui a du mal à remonter, perte de poids (11kg en 1 an) je pèse 39kg pour 1,63m… je ne tiens plus debout. Pensez-vous qu’une cure de bouillon d’os (ma grand-mère en faisait et je cherchais la gelée partout) pourrait m’aider à remonter et à gérer un dérèglement hormonal ? Merci pour votre réponse, je vous lis avec bcp d’intérêt et vos livres sont une source d’inspiration. Merci.

    1. Chère Michèle, je pense que cela ne peux vous faire que du bien, mais vous semblez si fatiguée qu’il vaut mieux tout de même demander conseil à votre médecin en cas de doute.
      Prenez bien soin de vous,
      Marie

  63. Bonjour Marie,
    J’aurai aimé savoir si dans vos projets de livre(s) de recette(s) vous avez en vu un livre style nutrition cétogène, sans sucre.
    Je vous demande cela car j’adore vos livres de recettes et il est actuellement difficile de trouver ce genre de livre actuellement.
    Cordialement et merci pour toutes vos idées et vos livres.

    Christine

    1. Pour l’instant non, et je ne pense pas le faire à l’avenir car à titre personnel je pense que nous avons besoin de glucides, même s’il en faut peu (de bonne qualité, à IG bas). Si l’on coupe toutes les sources de glucides, c’est un énorme coup de buttoir sur notre métabolisme, le système hormonal, etc.
      Bref, nous sommes tous différents mais à titre personnel je ne le ferais pas 🙂
      Dans votre cas, c’est peut-être différent 🙂
      Bien à vous,
      Marie

      Marie

  64. Bonjour,
    Ce que j’aime chez vous depuis ..euh très longtemps. c’est votre non dogmatisme(ça se dit ça?)
    Moi aussi j’ai envie de manger conne j’aime et comme je le sens , sans préjugés, sans étiquettes et pas envie qu’on me mette dans une case.
    Merci pour votre démarche qui me nourrit tout autant que ces bouillons d’os.

    1. Que je suis touchée par ce message… vraiment merci du fond du coeur Saturnelle !
      Je vous souhaite une belle journée,
      Marie

  65. Merci pour ces excellentes recettes !
    Depuis toujours je réalise des bouillons d’os. Je vais pouvoir en améliorer le goût et agrémenter mes recettes.

  66. Salut Marie! J’ai fait ce bouillon d’os ce soir avec ma carcasse de poulet! J’ai adoré! Pour l’occasion on a acheté un poulet fermier bio, chose qui nous arrive rarement car nous ne mangeons quasiment pas de viande… Donc on était content de manger du poulet, et le jour suivant ce bouillon qui tombait à pique car très léger pour un repas du soir avec une salade! Bon, pas si léger que ça, car j’avais aussi préparer ton « indémoulable » au chocolat-chataigne-orange… Bref, ce fut un jour où l’on a beaucoup penser à toi 😉 ! Et c’est toujours un plaisir!! Gros bisous Marie!

  67. Bonjour Marie, je suis abonnée depuis très longtemps à votre newsletter. Pour la première fois, je prends le temps de vous laisser un commentaire. Pas besoin de m’envoyer une réponse, j’ai lu votre réponse aux grincheux qui souhaitent monopoliser votre attention. La générosité avec laquelle vous partagez vos informations suffit largement à me contenter. Vos articles constituent un rayon de lumière, de bon sens et d’humanité. Et vos photos sublimes me donnent à chaque fois envie de regarder la nature avec plus de curiosité, d’empathie et d’émerveillement. J’ai acheté plusieurs de vos livres et je m’y réfère régulièrement. Un autre grand merci pour cela. J’ai mis votre livre sur la permaculture sur ma liste d’anniversaire… Malheureusement, j’ai deux prédateurs de jardin qui me donnent bien du fil à retordre et mettent à mal mes nombreuses initiatives de jardinage, en l’occurrence, les chats de mes enfants. Les enfants ont quitté le nid familial, pas les chats. Mais sur les câlins et la ronronthérapie, ils sont champions du monde. J’habite au Pays basque mais j’ai vécu 25 ans en Asie et les plats d’inspiration asiatique occupent une place importante dans les menus hebdomadaires. Autant vous dire que vos recettes de bouillons d’os ont tout de suite attiré mon attention. Nous avons déjà testé à la maison le boeuf et le poulet. Sublime. Je jette dedans quelques wontons « maison » (cuisinés en lot et qui se congèlent très bien) et c’est l’extase, n’ayons pas peur des mots. Par conséquent, moi qui suis une quiche pour les recettes de poisson (un comble puisque j’habite au bord de l’océan), je vais tester des recettes de wontons de poissons et essayer également votre recette de bouillon de poisson. Décidément, vous ouvrez de nouveaux horizons à vos lecteurs·lectrices. Prenez bien soin de vous et de votre famille.

    1. Chère Valérie, je viens de trouver votre message et il m’est impossible de ne pas vous répondre tant vous m’avez fait chaud au coeur.
      Merci, vraiment, un IMMENSE merci pour ces mots qui me touchent tellement, et me motivent, et me soutiennent bien au delà de ce que vous pensez.
      Prenez bien soin de vous aussi 🙂
      Marie

  68. J’adore les bouillons de viande, mais je pensais pas qu’il fallait les cuire 12 à 15 h !!! Moi qui trouvais déjà que 3 heures c’était beaucoup ! Mais j’essaierai, merci.

    1. On n’est pas absolument obligé, en soit on pourrait ne les cuire qu’une heure, mais plus la cuisson est longue plus les nutriments de l’os migrent vers le bouillon 🙂
      Bonne journée à toi Marion,
      Marie

  69. Merci infiniment pour cet article et ces recettes.
    Je vous suis sur Ig, votre publication m’avait intriguée. J’ai préparé un bouillon d’os ce matin pour la première fois avec la carcasse de notre « poulet du dimanche ». Je me suis régalée ce soir !

  70. Bonjour Marie,
    Merci pour ces recettes! Il y avait bien longtemps que je n’avais pas fait de bouillon. Et bien vois-tu, après lecture de ton article il ne m’a pas fallu longtemps pour mettre sur le feu le mien! Merci pour ça 🙂
    Saurais-tu me dire combien de temps se conserve un bouillon s’il te plait?
    Je ne l’ai pas fait mijoter 12h par contre, ici cela a duré 6h, il est donc encore très liquide.
    Merci Marie pour tas articles toujours sympas à lire, et ton compte insta que j’adore !

    1. Je pense que bien au frais, cela peut se conserver quelques jours, environ 5 jours je dirais.
      Merci pour ton gentil message Rachel, et bonne journée à toi,
      Marie

  71. Bonjour, tout d´bord j’aimerai vous remercier pour votre belle générosité, votre blog est une pépite de bon sens et de bienveillance, merci.
    J’aimerai vous demander quelques précisions, une fois le bouillon cuit faut-il rajouter de l’eau pour avoir 5 litres de bouillon ou au contraire le déguster tel quel puisqu’à ce moment il est le plus concentré possible, ou rajouter de l’eau au fur et à mesure de la cuisson ?
    Ensuite j’aimerai savoir quelle quantité de bouillon il faut par personne pour en ressentir le plus de bénéfice ?
    Et enfin, il vaut mieux congeler le bouillon nature ou avec les légumes cuits ? Ou vaut mieux les cuire au fur et à mesure de l’utilisation du bouillon ?

    1. Je ne saurais pas répondre avec précision, vraiment désolée.
      J’en consomme un peu tous les jours quand j’en ai, et quand je n’en ai plus je n’en refais pas forcément tout de suite, cela dépend des opportunités 🙂
      Un naturopathe saurait probablement mieux répondre pour ce qui est des bonnes quantités à consommer chaque jour.
      Et pour ce qui est des légumes c’est égal je pense.
      Bonne journée 🙂
      Marie

  72. Bonjour Marie,

    Ça me fait plaisir de voir cet article sur ton blog ! Je suis originaire d’une pays ou le bouillon d’os est la base de la cuisine pour faire les potages de légumes au quotidien. J’ai grandi ainsi, et j’apprécie particulièrement ces saveurs car , naturellement rempli de vitamines et minéraux, il n’y a pas mieux pour la santé.
    Je cuisine presque toutes les semaines ce type de bouillon, principalement de la volaille, mais des fois du porc ou du veau. T’as essayé de rajouter du persil tubéreux à tes bouillons? un délice !
    Bon bouillon !!

    1. Ah oui, je connais très bien et j’en cultive chaque hiver 🙂
      Là, je n’ai pas osé le mentionner car je pensais que personne ne connaîtrais, la preuve que non ^^
      Bonne journée à toi Iulia 🙂
      Marie

  73. bonjour Marie, merci pour cet article, j’ai toujours aimé les bouillons mais je n’en faisais plus beaucoup par manque de temps…
    est ce que tu enlèves certains morceaux de gras des os de viande pour faire le bouillon? ou est ce que ces morceaux de gras contribuent au bienfait du bouillon?

    merci mille fois pour ces beaux articles de cuisine saine et raisonnée

    1. S’il y a trop de gras ce n’est pas forcément très appétissant, mais on peut dégraisser une fois le bouillon refroidi.
      Bonne journée à toi Valentina 🙂
      Marie

  74. Bonjour Marie,
    peut-on faire ces bouillons avec d’importe quelles os? sanglier etc?
    Sinon, comment fait-on du bouillon d’algue? j’ai vue plus haut un commentaire dessus et cela m’intéresse car j’ai un problème de thyroïde et j’attend mon petit 5eme qui j’aimerai, soit en bonne santé.
    Je vous remercie de votre aide.
    Catherine

    1. A mon avis, aucun problème pour les os de sanglier ! C’est du gibier, il n’y a pas de viande plus saine…
      Concernant le bouillon d’algue cela se fait comme un simple court-bouillon de légume, sans cuisson longue.
      Prenez bien soin de vous Catherine, et félicitations pour cette grande famille 🙂
      Marie

  75. Merci Marie de tout ce que tu partages.
    Je redécouvre les bienfaits de ces bouillons que ma maman fait depuis toujours, et que je n’ai jamais fait avant …

    Une petite question : si je fais déjà du bouillon de poulet avec le poulet entier, est-ce que je peux remettre la carcasse à mijoter une seconde fois en faisant cette recette ?

    1. Oui, aucun souci Natalia, car cela permettra d’extraire davantage de minéraux et de nutriments qu’il n’avait été possible de le faire lors de la première cuisson, plus courte.
      Bonne journée à toi 🙂
      Marie

    1. Merci Béatrice !
      J’espère que vous allez recevoir les prochaines notifications 🙂
      Bonne journée à vous,
      Marie

  76. J’adoooore, je partage tout ce qui est dit. C’est l’intelligence de la cuisine! Merci et bonne continuation!

  77. Bonjour Marie,
    Tout d’abord je vous remercie pour votre vision de la cuisine et de la vie en général, que je partage. J’attends toujours votre newsletter avec impatience.
    Je vous envoie ce message parce qu’il se trouve que je reçois une réponse à un commentaire que je n’ai jamais formulé(« petit éloge de la nuance… »), et ce, pour la deuxième fois. Cela ne me dérange absolument pas , bien-sûr, mais je préfère vous le signaler(je me souviens que vous aviez abordé ces problèmes « informatiques » et je me dis que j’ai reçu une réponse qui ne m’était pas destinée et que quelqu’un attend peut-être…..) Ce minuscule problème ayant été soulevé, je vous souhaite une très bonne soirée. Au plaisir de vous lire à nouveau.
    C.L.

    1. Merci beaucoup Claudine pour votre si gentil message.
      Je ne sais hélas plus comment régler ces problèmes de commentaires, mon blog a un côté facétieux… un peu pénible par moments 🙂
      Je vous souhaite un très beau week-end de Pâques,
      Marie

  78. Bonjour Marie, et tout d’abord, mille et mille mercis pour vos photos, vos articles, qui réjouissent le corps, le coeur, l’âme, et le ventre 🙂
    Ma maman nous ayant adorablement apporté un poulet de chez un merveilleux boucher au déjeuner, je suis en train de faire votre bouillon. Toutefois, je n’ai pas compris s’il fallait couvrir la casserole ou pas ? J’ai lu tous les commentaires et… bref, il mijotera moitié à couvert, moitié à découvert. On verra bien ! SI vous avez le temps et la gentillesse de résoudre ce mystère, merci infiniment ! et sinon, merci quand même pour tout le reste, et bonnes vacances de Pâques ! Amicalement, Hélène

    1. Pauvre Hélène, je suis tellement navrée de répondre avec tant de retard… Le bouillon a eu largement le temps de cuire entre temps ^^
      J’espère qu’il était bon 😉
      Oui, à couvert c’est mieux mais pas obligatoire…
      Bien amicalement aussi,
      Marie

  79. Bonjour
    Je suis tés contente de vous découvrir depuis votre article de mécontentement sur l’émission TV!
    Hasard? Non. Cadeau de la vie car depuis ce 32 mars nous sommes dans notre propre maison avec jardin et je vais enfin pouvoir créer mon potager! Un rêve !
    Comme d’avoir un jour un poulailler !
    Mais avant de foncer tête bêche, n’y connaissant rien et avec un jardin plein de taupes et de campagnol-terrassier, je préfère m’informer pour au contraire préparer le terrain !
    Quand je vois les photos de votre terre de potager! Waou ! Bravo!
    Alors je vais voir lequel de vos livres m’aiderait pour commencer. Éventuellement si vous avez un conseil pour m’orienter puisque votre article révèle que vous en avez écrit plusieurs !
    Votre démarche et état d’esprit me correspond.
    Même les bons plats puisque je pratique aussi les bouillons d’os depuis longtemps ☺️
    Franchement j’adorerai apprendre auprès d’une perle comme vous.
    Mais bon, je vis dans la Creuse, alors vive les livres et votre blog!

    1. C’est tellement gentil Caroline, je suis vraiment touchée pas vos mots…
      Si vous voulez, je vous invite à venir visiter mon blog de jardin (permaculture-familiale.fr) : j’y dispense gratuitement pas mal d’infos pour aider mes lecteurs (mais c’est bien modeste car je manque parfois un peu de temps). J’espère que cela vous donnera ce fameux petit « coup de pouce » 🙂
      Régalez-vous bien au jardin !
      Marie

  80. Bonjour chère Marie,
    Je me permet ce « chère » car même si vous ne me connaissez pas vous faites partie de ma vie depuis un long moment maintenant. Après un léger burn out en 2016 et la grande décision d’enfin prendre soin de moi au même titre que de mes enfants, de mon mari ou de mon employeur (oui oui je me faisais passée après tout « ça » alors autant dire que je n’avais plus de temps pour moi) j’ai décidé de reprendre Ma Vie en main. Consciente que cela passerai par beaucoup de chamboulements et d’efforts, j’ai changé de boulot, de façon de voir la vie, de façon de manger et de façon de prendre soin de moi. J’ai quand même gardé mes gosses et mon mari (enfin en tout cas à ce moment là 🙂 pour le mari s’entend). N’étant pas adepte (et surtout incapable de suivre) des régimes je me suis tournée vers le rééquilibrage alimentaire. Et là, après quelque recherche j’ai entendu parlé de l’IG bas. Ayant quelques problèmes hépatiques, je me suis dis Bingo c’est pour moi! Youpi j’avais trouvé! mais alors quelle prise de tête pour comprendre et changer mes habitudes… et c’est là que vous êtes entrée dans ma vie. J’ai finalement compris que ce n’était pas si compliqué et j’ai découvert grâce à vous des saveurs délicieuses et je me suis carrément « désintoxiquée » du sucre. En 2019 mon conjoint obtient une mutation, finie la grisaille parisienne et bonjour la Méditerranée. Des projets plein la tête, me voilà partie pour le suivre en abandonnant mon boulot que j’adorais, mes amis que j’adorais aussi ;)… Une nouvelle vie s’offrait à notre famille! et là patatras mon cher et tendre se dit que tant qu’à changer de vie pourquoi pas changer de femme également. Je me suis donc également débarrassée dudit mari (qui hésitait encore entre moi et l’autre) mais j’ai aussi plus qu’abandonnées les bonnes résolutions, mon urgence étant de sortir de cette tristesse et de cette épreuve. Je suis très résiliente et j’ai tout reconstruit mais il m’a fallut un peu de temps, 23 ans de vie commune ne s’effacent pas en un tour de main. Je suis restée dans le sud pour ne pas séparer mes enfants de leur père, j’ai trouvé un boulot, j’ai acheté un appart fait les travaux et découvert les joies d’une liberté retrouvée. Mes enfants étants désormais assez grands pour comprendre et se débrouiller avec les plats tout fait et la cuisine à la va-vite, j’ai gouté aux joies des sorties avec de nouvelles copines. Bon j’avoue, je n’en suis pas très fière mais j’ai fait comme j’ai pu pour m’en sortir. Mais voilà c’était sans compter sur l’influence que vous aviez eu sur moi et sur ce petit goût amer de l’abandon que j’avais fait de mon corps, de ma santé et surtout celle de mes enfants. Alors je suis allée chercher vos bouquins à la cave, j’ai fait le ménage dans mes placards et j’ai tout repris à zéro. Vu que vous êtes grandement responsable de cette reprise en main, j’avais décidé de vous dire merci sobrement en vous félicitant de vos recettes délicieuses et de vos explications toujours simples et de votre pointe d’humour qui me fait cuisiner en souriant; mais je crois que je vous ressemble un peu de ce côté là, quand je me mets à écrire je partage, peut-être (certainement) un peu trop ma vie. J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop mais je voulais vraiment vous remercier à la hauteur de votre contribution.
    très belle journée à vous
    Véro

    1. Chère Véro, j’ai lu votre message avec énormément de peine pour vous, je crois que vous avez vécu ce que l’on peut imaginer de pire dans la vie d’une femme… La trahison dans un couple est vraiment un épouvantable fléau, de surcroît totalement légitimé voire encouragé par notre société devenue dingue alors que cela brise tant de vies et de coeurs !
      Je vous trouve très courageuse d’avoir eu le courage de rester proche pour que vos enfants puissent continuer de voir leur père. Moi, comme ça à chaud je crois que le lui aurais cassé une bouteille de jus de choucroute sur la tête et je serais partie à l’autre bout du Monde avec mes enfants pour ne plus voir sa face de furet (mais c’est très à chaud, j’avoue, juste parce que je suis en train de bouillir d’indignation ^^).
      Prenez bien soin de vous et de vos enfants.
      Marie

  81. Merci pour ce long exposé. Je viens de faire un bouillon de chardons.
    J’ai déjà fait des bouillons de chardons, prêle, gaillet gratteron, ce printemps (cuisson 3 heures). J’ai beaucoup aimé.
    Je viens d’acheter un petit poulet. Je vais donc garder les os… et faire cuire 12 heures!!!???
    Je rajouterais des chardons, gaillet gratteron, prêle, berce commune… Je préfère aux légumes… et je viens de découvrir…
    J’attends un bouillon au goût sauvage et torride!!!

    1. J’aime aussi beaucoup cuisiner les plantes sauvages mais je ne communique pas beaucoup là dessus car je crains toujours un peu que les lecteurs se trompent… imaginez un peu qu’ils aillent mettre de la grande cigüe dans leur bouillon à la place de la berce ^^
      J’espère en tout cas que vous vous êtes bien régalés avec ce bouillon sauvage 🙂
      Marie

      1. Merci.
        Cela confirme que l’on peut faire des bouillons de plantes sauvages.
        La prêle, le gaillet grateron, les chardons sont sans risques.

  82. Bonjour Marie. Tout d’abord merci pour vos articles ici et sur le blog de permaculture. Je me délecte et savoure chaque article. Grâce à vous et vos conseils nous avons continué cette année le potager, sans se décourager, en essayant de toujours y croire face aux aléas météo et face à nos difficultés de débutants (manque de temps surtout en étant chefs d’entreprise). Ayant beaucoup de problèmes de santé, je cherche à adapter au mieux mon alimentation après avoir erré longtemps au milieu des diktats qui envahissent tour à tour nos réseaux. Je reviens vers une alimentation plus ancestrale et moins coûteuse aussi il faut le dire. Je le tourne vers les bouillons en ayant suivi votre recette. Une question en revanche, doit-on dégraisser le bouillon ou non ? Le gras contient-il des bienfaits ? Je n’ai aucun problème avec mon poids, ni celui de ma famille, ni autre, le goût du gras est un peu déroutant quand on a plus l’habitude mais on s’y adaptera je pense.
    Merci encore pour votre présence ici et ailleurs, pour vos livres et votre poésie dans vos photos.

    1. Si vous n’avez aucun souci de poids, effectivement un peu de gras dans le bouillon ne vous fera aucun mal 🙂
      Merci en tout cas pour ce gentil message Fanny, et continuez à prendre bien soin de vous,
      Marie

  83. Bonjour,
    J’avais loupé cet article de février, le plaisir de vous lire … sans me taper les 193 commentaires, j’imagine les fanatiques rigoristes bavant sur les bouillons impies !
    Je fais de même avec les carcasses de poulet, ou chez un éleveur en bio avec les carcasses de canards, appelées « Demoiselles » en Béarn, vendues 0,50 € et des bons légumes bio et épluchures précieuses.
    Tout est une question d’éducation de vie, j’ai toujours vu chez moi, zéro plats préparés industriels, viandes d’éleveurs amis et légumes du jardin. Alors je continue, mes enfants aussi, et commence à influencer mes petits enfants à entrer dans notre Secte en leur faisant faire des biscuits… Mea culpa, je les appâte au sucré pour le goûter et salé pour l’apéro des parents. Ils sont si fiers !
    Cordialement, de bonnes choses à votre famille.
    Cécile La Ticouse.

    1. Merci pour ce gentil message chère Cécile 🙂
      Dans l’ensemble ça va, je n’ai pas reçu de commentaires trop méchants. Je pense que les personnes vegan ont bien compris que je ne cherchais pas à les blesser ni les attaquer, juste à défendre avec sincérité mon point de vue 🙂
      Je te souhaite une belle après-midi 🙂
      Marie

  84. Bonsoir Marie,
    Je vous découvre dans l ‘Archipelle, passionnée de cuisine mais avec mon quotidien ! Je vous remercie pour cet article me faisant souvenir des plats mijotés par ma grand-mère Ariegeoise sur sa cuisinière à bois.

  85. Bonjour Marie,
    C’est la toute première fois que je vous laisse un commentaire (il faut une première fois à tout dit-on !). Je vous lis, vous écoute, vous suit depuis quelques années, mes étagères ploient sous le poids de vos livres de cuisine et je ne parle pas de celui du jardin (le 2nd en préparation n’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde). J’étais tombée sur un de vos livres par hasard et j’avais l’impression que vous viviez dans mon propre petit potager de l’époque, j’ai fini par acheter ce livre et je l’ai depuis offert à toutes mes copines (ah, la cuisine bio du quotidien).
    Après toutes nos années de « relation », pourquoi prendre la parole aujourd’hui ?
    Et bien, en réécoutant votre passage à l’Archipelle, j’ai réentendu le mot « collagène », je suis revenue sur cette page pour relire attentivement cet article. Mon dernier a des problèmes de santé, depuis qu’il est tout petit et a des gros soucis de peau ultra méga sèche. J’ai mis un os de boeuf dans la soupe du dimanche et l’état de sa peau s’est nettement améliorée.
    Alors, je viens vous remercier, du fond du coeur, pour cet article, après des années de galère, nous avons enfin une piste qui s’ouvre à nous.
    J’ai prévu de rallumer le poêle pendant les vacances et de faire de gros gros bocaux de bouillon pour la cuisine au quotidien.
    Combien de temps peut-on conserver les 5 litres de bouillon au frigo ? Je n’ai pas de congélateur…
    En vous remerciant encore une fois, vous êtes formidable, continuez comme ça !!!
    Amicalement,
    Karine

    1. Chère Karine,
      Même au frigo, il me semble que le bouillon ne peut pas bien se conserver plus de 4 ou 5 jours, mais vous pouvez le congeler je pense.
      En tout cas, je suis profondément touchée par votre message…
      Prenez bien soin de votre petit dernier 🙂
      Marie

  86. Bonjour Marie.
    Je peux faire la même chose avec mes os de côtelettes d’agneau qu’avec votre recette de bouillon de bœuf. Merci.

  87. Bonjour
    Merci pour ce blog tellement riche!
    Je me posais une question concernant ces bouillons; ma grand mère en préparait sur son fourneau à bois, j’y pense souvent mais je n’ai jamais osé me lancer car elle laisser mijoter un ou deux jours (mais forcément le fourneau était chaud en permanence…) mais comment faire avec ma pôv’ gaziniere 🫣 je vais vider ma bouteille de gaz si je laisse mijoter si longtemps … mais surtout même en le lançant tôt le matin et en l’arrêtant tard le sourd pas sûr que ça suffisent (et je n’ai pas trop envie de laisser chauffer la nuit sur le gaz 😅) puis je faire en plusieurs fois et interrompre le mijotage pour le reprendre plus tard?
    Avez vous tous des fourneaux à bois (chanceux !!!) ou bien comment faites vous? Merci!!!
    Et merci encore pour tous les bons conseils, les délicieuses recettes, les magnifiques photos et ta sublime plume!!

    1. Sur une gazinière, le mieux c’est de faire cuire son bouillon moins longtemps (voir les temps de cuisson de mon article), et à très petit feu. Car il est vrai qu’on ne peut pas se permettre de vider la bouteille de gaz avec 2 jours de cuisson ^^

    2. Moi, j’interromps la nuit. Je porte même souvent à ébullition, et je laisse refroidir une heure, puis je rallume.
      Je viens d’acheter un kilo d’os à moelle. J’en fais cuire trois que je vais manger ce soir. J’en ferais 4 autres demain à midi. Je laisserais toute la journée, et je reprendrais samedi matin, en rajoutant des feuilles de choux, de consoude, de bourrache et de romarin.
      Samedi à midi, j’aurais un délicieux bouillon os et légumes…

  88. Bonsoir,
    merci pour ce bel article, très intéressant. Je ne me suis pas encore lancée mais c’est prévu, j’ai encore besoin de trouver des os d’animaux bio…!
    Avez-vous une astuce pour la congélation ? Mettre simplement le tout dans des bocaux en verre …?
    Est-il possible d’en rajouter un peu dans les soupes et autres sauces pour rajouter du goût ?
    Je vais regarder de ce pas si vous avez d’autres recettes avec des « bas morceaux », dont les abats.

    1. Pour la congélation, le verre risque hélas d’éclater. Pour ma part, je consomme le bouillon sur quelques jours, en le gardant au frais.
      Car on pourrait le congeler dans des sachets hermétiques, mais quel dommage de mettre des perturbateurs endocriniens au contact d’un si bon bouillon ^^

    2. Sur Internet, on trouve des recettes avec des morceaux de poulet, ailes, pilons, en plus des os.
      On peut donc facilement trouver des découpes de poulet bio.
      Je l’ai déjà fait.

  89. Merci pour cette recette Marie.
    Petite question : peut on mettre des épluchures de carotte, oignon etc en début de cuisson avec les os afin de donner du goût des le début car j’imagine que mettre carotte etc en fin de cuisson c’est plus pour avoir des morceaux pas trop cuit en plus ?

    1. C’est au choix, mais cuire si longtemps les légumes cela leur fait perdre beaucoup de leur intérêt, c’est le souci 🙂
      Bonne journée à vous Marie,
      Marie

Vous avez aimé ? Découvrez aussi :

Vous cherchez des ustensiles pour cuisiner sainement? Faitouts Ecovitam, extracteurs de jus Kuvings, Roaster… Je les utilise au quotidien depuis 10 ans !

10% de réduction sur tout le site !

10%

de réduction sur tout le site !

En utilisant le code promo  GOURMANDISES